Jeunes et partis politiques, quand l’écard se creuse…

zep-jeunesse-charlie
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Entre désillusion vis à vis des partis et envie de changer le monde, entre abstention et engagement associatif, quelques jeunes interviewés par Edouard Zambeaux au Forum européen de jeunes engagés s’expriment dans l’émission Périphéries. Des jeunes déboussolés mais volontaires…

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
TAGS :
1 RÉACTION
  • Maxime 30 septembre 2014

    « La démocratie c’est pas forcément la politique ».
    Je ne dirais pas cela quant à moi. L’étymologie de la politique, c’est l' »organisation de la cité ».
    Donc dès lors, en tant que mode d’organisation reposant sur le pouvoir de la majorité, il me semble que la démocratie est intrinsèquement politique. D’ailleurs la démocratie est un « régime politique », c’est dans la définition.

    Je dirais plutôt que la démocratie, ce n’est pas forcément les politiciens.
    Les politiciens sont les agents de la « démocratie représentative », qui est pour moi une formule assez oxymorique, car dans un tel système politique, la majorité n’est pas au pouvoir, elle se contente de choisir qui va être au pouvoir.

    Pour moi, la seule démocratie à proprement parlé, c’est la démocratie directe. Un régime politique dans lequel, c’est la majorité de la population qui vote directement les lois.

    On retrouve en suisse une démocratie semi-directe. <- D'un côté il y a dans ce pays des représentants, mais il y a aussi de nombreux référendums à partir desquelles, les citoyens votent eux-mêmes des lois. Cela me semble déjà préférable à notre modèle français actuel.

    La représentation me semble-t-il, génère des effets délétères, tend à faire de la politique la chose de politiciens carriéristes, opportunistes, gagneur-pragmatiques, et bien sûr (c'est un incontournable me direz-vous), démagogues. Ce dernier terme peut sembler trivial, mais je pense que peu de gens mesurent l'ampleur de l'impact qu'ont les stratégies de communication sur le choix du candidat, au moment du vote.

    Bien des gens se reposent à mon avis, sur l'idée qu'ils sont libres de choisir pour qui ils vont voter.
    [D'ailleurs, dire aux gens qu'ils sont libres est un très bon moyen de les manipuler, puisque ça flatte leur ego(c'est un procédé que l'on retrouve dans le domaine du commerce par exemple. La stratégie consiste à faire en sorte que même le dernier des abrutis se sente malin et ai l'impression d'avoir fait une bonne affaire). Autrement dit, il n'y a pas plus esclave que celui qui ne sait pas qu'il en est un, ça marche aussi en politique, ça me semble évident. ]
    Je ferme la parenthèse.

    Je tiens à préciser que d'ailleurs, même une démocratie directe me semble stérile, si l'ignorance triomphe. Pour moi, l'éducation du peuple, son érudition, son éveil philosophique(et notamment philosophico-politique), est la condition d'une démocratie pertinente. Comme disait Georges Palante: "il n'y a point de démocratie vraie sans aristocratisation de la foule"( ce qui n’est d’ailleurs pas sans rejoindre la formule d »‘élitisme pour tous », d’Antoine Vitez cette fois ci.)

    En tout cas, confronté à ces faits, je ne vote plus. J’ai voté en 2012 pour les présidentielles et les législatives, puis en 2014 pour les municipales, mais là, je pense que je suis parti pour quelques années d’abstention (ou alors, je voterai blanc si c’est prit en compte).
    D’une part, je n’ai pas confiance en les politiciens (je n’en vois pas un qui soit à la fois honnête et compétent), et je dirais alors qu’ils sont tous plus ou moins pourris et/ou médiocre. Or, je ne suis pas capable de savoir en définitive, lesquels sont les moins pourris et/ou médiocres, je ne suis pas à même de localiser le moindre mal. Je ne m’estime pas assez compétent pour voter, faute de suffisamment de culture et de réflexions pertinentes.

    Dans l’émission de france inter, il est évoqué une jeunesse déboussolé. Soit, je suis déboussolé. Je considère que je n’avais pas la bonne boussole, donc je l’ai jeté à la poubelle, et j’attend d’avoir la bonne pour recommencer à voter, ce en sachant que même si je le fais, ce ne sera qu’une affaire de moindre mal et qu’il n’y aura rien là de réjouissant. Avant, je pensais que je savais. Maintenant, j’en sais assez pour savoir que je ne sais pas.
    En tout cas, je trouve très nobles ces personnes qui ne vont pas voter et qui s’investissent dans des associations.

    Je pense qu’il n’y a pas que les jeunes qui sont déboussolés, et je l’espère. Mieux vaut ne pas avoir de boussole que d’avoir une mauvaise boussole. Les désillusions sont salvatrices à long terme.

    Je pense qu’il faut savoir prendre du recul sur un certain nombre de chose, y compris sur la démocratie dans son ensemble. En elle-même, sans cette « aristocratisation » du peuple, elle ne me semble pas d’un grand intérêt, et peut même s’avérer dangereuse(attribuez moi un point godwin si vous voulez, mais je rappelle qu’hitler a été élu démocratiquement). Avec l’ignorance, la manipulation régnera là où régnait autrefois la force(il y a aujourd’hui plus de manipulation que de force, c’est une forme de persuasion plus subtile). Et avec les nouvelles techniques tels que le neuromarketing, j’aime autant dire qu’on a du soucis à se faire.

    Soit dit en passant, l’argument « il faut aller voter, il y a des gens qui sont morts pour ça », me fait rire. Comme si la pertinence d’une idéologie se comptait en nombre de cadavres.

    La complexité de la politique, et des domaines qui lui sont corrélés(anthropologie, psychologie, éthique, philosophie-politique, économie, politique intérieur et extérieur,…) m’invite à la modestie.

    Je ne vote pas, en me disant donc que si ça se trouve, je serais plus nocif en votant qu’en ne votant pas.

    Ne serait-ce que pour l’instant, je me contente d’exposer mes points de vue, de partager mes idées et celles des autres, je débats, je me cultive, j’essaie de réfléchir,… C’est pas ça qui changera la face du monde mais bon, si ça peut permettre à des personnes de se remettre en question, c’est déjà ça. Moi j’ai bien aimé, lorsque des personnes m’ont montré que les choses étaient plus complexes que je le pensais, et j’espère que d’autres aimeront ça aussi.

RÉAGIS