Face à des enfants, c’est toi le chef !

Enfants travail
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Je travaille  pour une association nommée Socrate. L’idée en est simple : proposer à des lycéens bénévoles de venir accompagner pendant une heure par semaine des élèves de primaire ou de collège dans leur école. Il s’agit d’une idée simple mais brillante et je vais tenter de vous expliquer pourquoi…

Enfant-lycéen, ensemble pour affronter le système scolaire

Partons du point de vue des élèves. Il s’agit souvent d’enfants issus de familles défavorisés à qui les parents ne peuvent offrir l’aide d’un professeur particulier et qu’ils n’ont pas le temps d’aider en dehors de l’école. Nous leur offrons donc un soutien qu’ils n’auraient pu avoir autrement. Pour ces enfants, le lycéen qui les encadre est un interlocuteur différent de ceux qu’ils ont l’habitude de rencontrer. Contrairement à leurs professeurs, ce n’est pas un adulte. Il a l’âge d’un grand-frère/grande-sœur et un rapport à eux très différents, beaucoup plus dans la coopération. Car le lycéen est dans le même bateau, lui aussi affronte, quoi qu’à plus haut niveau, le même système scolaire. Et cette connexion permet la mise en place d’une relation qu’un adulte ne saurait avoir avec eux.

Mais le vrai génie de cette idée vient de ce qu’elle apporte au lycéen. Car c’est aussi pour eux l’occasion de prendre un rôle qu’on ne leur confie habituellement pas : le rôle d’un tuteur, d’un responsable. C’est quelque chose de très particulier dans le fait de travailler avec des enfants. Lors d’un parcours « standard » vous sortez du lycée ou de la fac et vous vous faites engager dans une entreprise de fabrication de dés à coudre, ou je ne sais quoi. Vous commencez au bas de l’échelle et, de la même manière que vous écoutiez vos professeurs, vous faites ce que vos supérieurs vous disent et découvrez le fonctionnement de votre entreprise. Lentement, à force de gagner en expérience et en assurance, vous vous faîtes votre place, commencez à acquérir des responsabilités et vous retrouvez finalement à guider et diriger ceux qui sont arrivés après vous, jusqu’au jour où vous devenez le roi du dé à coudre.

Face à des enfants, vous devenez le chef !

Cependant, dès l’instant où vous vous retrouvez face à des enfants, quel que soit votre niveau de compétence ou de confiance en vous, vous devenez le chef. Vous êtes celui à qui ils obéissent et qui leur sert de modèle. C’est une pensée assez terrifiante pour quelqu’un qui n’a aucune expérience particulière de se retrouver soudain avec une telle responsabilité. Mais c’est aussi ce qui en fait une expérience si enrichissante. Surtout pour des lycéens, trop souvent considérés  par certains adultes comme irresponsables et dénués d’autonomie. C’est l’occasion de se prouver à eux-mêmes ce dont ils sont capables. Après-tout, s’ils peuvent aider un enfant, ils peuvent bien s’aider eux-mêmes.

Ce que je viens faire là-dedans ? J’encadre et conseille les binômes lycéen-élève. J’ai toujours aimé travailler dans le domaine de la pédagogie. Pour moi, les enfants sont un énorme amas de potentiels et c’est à ceux qui les entourent de les modeler pour en faire quelque chose de beau et incroyable. Une responsabilité terrifiante mais tellement excitante. Il y a tant de choses à apprendre à un enfant. A un adulte aussi bien sûr, mais l’adulte a honte de ne pas savoir et se refuse à le montrer. L’enfant, lui, sait qu’il ne sait pas et n’en est que plus curieux de ce qui l’entoure. Ce qui rend le travail de ceux qui le guide d’autant plus intéressant.

Vous l’aurez compris, travailler auprès d’enfants est quelque chose d’incroyablement enrichissant. Je ne vous dis pas d’en faire un choix de carrière, mais je vous conseille vivement d’en faire l’expérience à l’occasion. Si par exemple vous avez dix-sept ans ou plus et cherchez un job d’été, je vous conseille, ne serait-ce qu’une fois, d’essayer d’être animateur dans une colonie de vacances. Vous pouvez le faire sans diplôme et, même si la paie est absolument honteuse, c’est quelque chose qui vaut la peine d’être vécu. Essayez-donc !

 

Camille A., 23 ans, étudiant et volontaire en service civique, Ile-de-France

Crédit photo Gratisography

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

RÉAGIS