Des jeunes, de l’alcool et… des clichés

Alcootest
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Incroyable ! J’ai appris grâce à l’émission « Alcootest » sur France 4 que l’alcool rendait… bête ! On sait enfin comment les jeunes se comportent quand ils sont ivres, ce qui arrive inévitablement dès lors qu’il est question de passer une bonne soirée. Bien entendu…

Des cobayes saoulés

Dans un hangar, des cobayes qui ont entre 20 et 30 ans boivent de l’alcool et sont soumis à des tests, sous le regard réprobateur d’un présentateur en costume et aux yeux bleus plein de mépris.

L’émission commence. On fait boire à deux joueurs d’échecs « quatre unités » d’alcool ; entendez par là quatre verres, mais « unités », ça fait plus sérieux. Le téléspectateur ne peut alors que constater que ces deux jeunes un peu idiots peinent à se concentrer et à réfléchir. Ok.

Puis, pour illustrer l’inconscience des jeunes (puisque c’est bien connu, seuls les jeunes boivent), on filme deux banlieusardes qui organisent une soirée dans le garage de l’une d’entre elles. Et là : l’immanquable « binge drinking ». Les téléspectateurs qui veulent « tout savoir sans jamais oser le demander » ont de quoi être satisfaits ! L’alcool coule à flots dans ce garage qui abrite la jeunesse insouciante. On fait, entre autres, la connaissance de Manon, l’hôte, qui « ne refuse pas une occasion de boire quand elle se présente », et de Sébastien, « en pleines révisions mais qui tient quand même à faire la fête ». Soit.

Révélation : l’alcool est mauvais pour la mémoire !

Retour au hangar, auprès des cobayes. Merci « Alcootest », nous avons enfin obtenu des réponses à ces questions qui nous taraudent tous :

Oui, l’alcool est mauvais pour la mémoire puisque les jeunes ayant bu les fameuses quatre unités d’alcool n’ont pas réussi à bien reproduire un dessin.

Non, l’alcool ne rend pas plus créatif. La preuve ? On a mis une brique entre les mains de trois jeunes en leur demandant de trouver des mots pouvant y être associés. Ils ont tout juste été bons à rire niaisement, et à comparer la brique à un porte-savon.

Et oui, l’alcool altère la diction : le trio n’a pas réussi à lire convenablement la fable du Corbeau et du renard.

Stop aux clichés

Entre temps, Manon et ses amis sont allés en boîte à Paris, sur un coup de tête, ont pris les transports saouls, ont parlé fort dans le métro, ont fait une bringue d’enfer et ont fini sur un pont à manger un grec.

Une vraie leçon cette émission ! Elle aidera, j’en suis sûre, à valoriser l’image des jeunes dans les médias. Merci à vous les cobayes !

Sinon, on peut toujours se donner rendez–vous à la remise des prix de Stop aux clichés qui récompense les journalistes qui se donnent au moins la peine de distinguer jeunesse et bêtise.

Marie-Amélie, 23 ans, étudiante en master de communication, Paris

Crédit photo France 4

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
1 RÉACTION
  • Bruno ZUNINO 17 octobre 2014

    Je propose de faire la même avec des vieux poivrots de bar PMU. Au niveau du cliché on sera au moins aussi bon, et on pourra tous bien rire en voyant Maurice -troisième petit blanc en main- parier sur « mistral gagnant » un bourrin qui n’a jamais rien gagné dans la 3eme à Auteuil…

RÉAGIS