Immigration : pourquoi l’intolérance n’est pas une fatalité

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

A en croire le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme remis le 1er avril 2014, les Français seraient de moins en moins tolérants. C’est ce que j’ai lu dans mon journal ce matin. Mais pourquoi est-ce que je refuse de croire à ces chiffres? Pourquoi ai-je tendance à trouver un lien entre ce rapport et la monté du Front National ? Quand on a du mal à trouver des solutions aux problèmes des Français on désigne un ennemi. Et dans ce cas ce sont les étrangers le problème : les Roms, les Maghrébins, les Noirs…

Le risque du communautarisme comme fond de commerce

Avant on disait que c’était nous qui étions les intolérants, nous qui refusions de nous intégrer aux principes de la République à cause de nos coutumes et de nos religions. J’ai toujours été incompris quand je disais à mes camarades que le malheur de la France c’était d’avoir utiliser le principe de laïcité comme un instrument pour stigmatiser une  communauté, contre les musulmans. Au lieu de voir dans la laïcité un principe républicain.

Comment en vouloir à une partie des Français musulmans ou d’origine musulmane le repli communautaire ? Moi j’en veux particulièrement à certains médias qui ont fait du communautarisme musulman un fond de commerce. J’en veux aussi à certains politiques qui ont fait de l’immigration la base de leur programme électoral, faisant un lien direct entre immigration et insécurité. Ces médias épaulés par une classe « pseudo intellectuel » qui crient que la France est en danger, que la culture française est en voie de disparition. A chaque fait divers la question de savoir si l’islam est compatible avec les valeurs de la république sort des placards pour devenir le sujet numéro 1 des plateaux télé.

Ces Français dont les médias ne parlent jamais

Nous n’avons plus besoin du Front National pour effrayer les Français, les médias jouent bien ce jeu. Ils parlent plus des candidats au jihad en Syrie, de cet imam polygame, de ce père qui force ses filles à porter le voile etc.. Ils ne parlent jamais de ces Français(e)s  qui vivent leur religion musulmane en toute tranquillité. Ils ne parlent jamais du lycée-collège Averroès de Lille qui se distingue par ses résultats exceptionnelles, ni de la Meilleure Nanny de France 2013, Isabelle Catiau, française musulmane portant le voile,  ni de ses jeunes musulmans et musulmanes qui réussissent dans leur études, créent des emploi et aident à faire rayonner l’image de la France ! On fait toujours montre la minorité qui agissent mal pour pousser les gens a mettre tout le monde dans le même sac !

La France ne peut pas se permettre d’être intolérante. Un passé colonial et une histoire en tant que pays des droits de l’Homme à fait de la France un pays cosmopolite, un pays dans lequel on peut vivre et s’intégrer sans pour autant rejeter nos origines. Non seulement s’intégrer mais aussi arriver au plus haute sphère du pouvoir. Voyez Nicolas Sarkozy d’origine Hongroise et maintenant Manuel Valls d’origine catalane…

Se réconcilier avec son passé

Sur la responsabilité des pseudo-intellectuels qui entretiennent ce regard inquiet sur l’immigration, permettez moi de citer un passage d’un article qui m’a beaucoup plu de Courrier International (« Pourquoi les Français n’ont rien à craindre de l’immigration« ) écrit par un professeur américain qui enseigne la philosophie dans une université parisienne :

« […] L’histoire montre que, par leur éducation philosophique, bon nombre de philosophes finissent par s’attacher plus encore à leur identité nationale ou ethnique. Cette tendance semble particulièrement répandue dans l’Europe d’aujourd’hui, et plus encore en France. Beaucoup d’Américains imaginent que la philosophie française est dominée par des penseurs abscons comme Jacques Derrida, qui s’était fait une réputation de séduire d’innocents disciples par des proclamations en forme de koan. Mais une sous-espèce bien plus dangereuse du philosophe français est l’“intellectuel public”, dont les déclarations, par l’intermédiaire des médias français, sont parfaitement compréhensibles, d’une simplicité confinant au simplisme, et souvent totalement irresponsables. »

Enfin, ce même professeur américain écrit aussi une chose qui me semble très importante à comprendre et à scander comme un slogan :

« La France sera dorénavant une mosaïque ethnique, et il revient autant aux Français qu’aux immigrés de faire en sorte que cette diversité fonctionne. » J’ai alors confiance en cette tolérance qui réconcilie avec le pays avec son passé et le tourne vers son avenir !

 

 

Boubacar, 25 ans, étudiant en Licence 3 de science politique, Nanterre

Crédit Dovid-Yitzhak 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
1 RÉACTION
  • Matthieu 5 avril 2014

    Merci pour ton article Boubacar ! Je te rejoins totalement dans tes propos. La laïcité est en effet le principe de donner la liberté aux personnes de croire ou ne de ne pas croire en Dieu. Mais, il ne doit en aucun cas, empêcher de pratiquer sa propre religion. Ainsi qu’elle que soit les croyances de chacun, on doit les respecter. Tu fais référence à la religion mulsumane dans ton billet. Je pense qu’en effet, les médias sont en partie responsables de la mauvaise image que l’on peut se faire d’elle . Après, c’est à nous aussi de faire la part des choses. Il existe de très nombreux médias aujourd’hui. Ainsi, il est primordial de faire le tri, afin de se faire sa propre opinion. Mais, on vit tellement dans une société de consommation, où l’on veut tout tout de suite, qu’on ne prend plus le temps pour analyser. Du coup, on a tendance à généraliser. On oublie, en effet, qu’il y a des Français mulsumans ou d’origine mulsumane, qui réussissent et qui contribuent également à la réussite de notre pays.
    Par ailleurs, il est évident que quelque soit la religion que l’on peut avoir, elle n’encourage en aucun cas à la haine et à la violence. Que dans toute religion, hélas, il existe des extrémistes. Et c’est souvent eux, que l’on voit, que l’on entend le plus, à la télévision. C’est à cause d’une minorité de personnes que bien souvent la religion a une mauvaise image.
    Nous vivons dans une société qui a été fondée sur des principes judéo-chrétiens. Ainsi, nous avons un héritage. Par conséquent, certaines personnes ne voient pas d’un très bon oeil, la construction de mosquées. Mais, je suis d’accord avec toi, sur le fait, que la France a un passé colonial. Elle a occupé des pays d’Afrique. Elle a utilisé leurs ressources notamment des ressources humaines, pour avoir des soldats pour la guerre et de la main d’oeuvre. Ces personnes font partie de notre histoire et de l’identité de la France.

RÉAGIS