Le top 10 des clichés entendus sur mon adoption

Adoption
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Pour la petite histoire, je suis née quelque part en Corée du Sud. J’ai vécu mes trois premiers mois là-bas, ballottée de famille d’accueil en famille d’accueil. Arrivée en France en septembre 1992, j’ai été adoptée par des parents français d’origine polonaise. J’ai vécu une enfance plutôt normale et je vis désormais la vie tout aussi normale d’une « adulescente » de 22 ans. Bref, j’ai plutôt bien vécu l’adoption, l’abandon et tous ces conflits d’identité dont sont victimes certains adoptés. Ma vie est en France, mes parents sont français et j’adore les macarons. Je chante la Marseillaise sous la douche et, l’hiver, je râle comme une bonne Française. La plupart des gens comprennent ça. Mais pour certains… l’adoption reste un mystère.

« Mais, en fait, tu les vois encore tes VRAIS parents? »

Faute d’ouverture d’esprit ou simplement parce qu’ils sont cons (il faut le dire quand c’est nécessaire…), ils se permettent parfois de sortir des inepties plus grosses qu’eux ou, animés par une curiosité malsaine, ils posent parfois des questions que toi-même… tu ne comprends pas.

Me voilà donc aujourd’hui à vous rédiger mon top 10 de ce que l’on a déjà pu me sortir à moi ou à mes parents à propos de mon adoption ou de l’adoption en général.

1) « Mais, en fait, tu les vois encore tes VRAIS parents ? » Sincèrement, arrêtez avec cette question. Je ne comprends pas le sens que vous voulez lui donner. Déjà, qu’est-ce qu’un VRAI parent ? Celui qui vous donne la vie et qui vous abandonne après ? Ou celui qui vous élève et fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui ? Voilà, on est d’accord. Ensuite, stoppez avec vos questions de savoir si oui ou non je connais mes parents biologiques ou pas. Non, je ne les connais pas, et je ne veux pas les connaître. Je pense que ma vie est déjà assez compliquée comme ça pour que je m’ajoute des soucis volontairement.

2) « Tes parents doivent être riches pour avoir deux enfants adoptés! » Ouais, ils sont très riches, même que sur le catalogue des bébés en vente on était plusieurs candidats à vouloir être achetés par mes parents, mais ils nous ont choisi nous parce qu’on est trop beaux.

3) « Ah bah ça va ! Tu parles bien français quand même ! » Je suis désespérée.

4) (À ma mère) « Ah, elle est belle hein… Mais un peu foncée, vous ne pouvez pas l’échanger contre une autre un peu plus claire ? » Bah, c’est-à-dire qu’ils n’avaient plus en stock le coloris de bébé que mes parents voulaient, alors ils ont du se rabattre sur moi, la foncée.

5) « Et ça va, tu les aimes bien tes parents ? » Bof, ça dépend s’ils m’achètent des fringues de marque et la PS4 ou pas. Sérieusement, parfois je suis quand même un peu envahie par une vague de désespoir lorsque j’entends ça.

6) (À mes parents) « C’est un beau geste que vous avez fait là ! » Petit rappel : l’adoption est un lien de filiation comme un autre. En aucun cas, cela ne doit être vu comme un geste humanitaire… Si mes parents voulaient contribuer à ralentir la faim dans le monde ou financer la distribution de vaccin en Afrique centrale, ils auraient fait un chèque à une ONG.

7) « Ouais mais toi, tes parents, ils sont obligés d’être plus gentils qu’avec des enfants normaux. » C’est clair, au lieu de me donner des roustes de la mort quand j’avais fait une connerie, j’avais le droit à des gentilles claques aller-retour avec des fleurs et des paillettes. Et même qu’ils ne me disputaient pas vraiment, ils faisaient ça en chanson, comme dans une comédie musicale.

8) (À mes parents) « Faudrait que plus de gens fassent comme vous, on est déjà trop d’habitants sur Terre, pourquoi faire des enfants ? » Cet étrange moment où tu as l’impression que l’écolo en face de toi te voit simplement comme un déchet recyclé… J’espère quand même être une jolie canette plutôt qu’une grosse boîte de flageolets.

9) (À mes parents) « Pfff, le trafic d’enfants !!!!!! » Mon père est moustachu, mais ce n’est pas pour autant qu’il dirige la mafia portugaise, arrêtez les gars.

10) « Moi j’pense que je ne pourrais pas adopter des enfants, j’aurais toujours le sentiment que ce ne sont pas les miens. » Ah bah c’est sûr que si la filiation pour certaines personnes ne se résume qu’à des gènes et à du sang, ça va être compliqué. Tu m’étonnes qu’après on parle de la consanguinité comme d’un nouveau fléau.

Juste des héros du quotidien, et ça, c’est déjà énorme

Le pire dans tout cela, c’est que la liste ne s’arrête pas à 10. J’en ai tellement entendu… et mes parents encore plus. Il serait temps que les mentalités évoluent un peu, que l’ouverture des gens ne soit pas en option et que, peut-être, les gens réfléchissent avant de parler.

Je remercie quand même toutes ces personnes indélicates ou au cerveau aussi développé que celui d’un poisson rouge de m’avoir aidée à rédiger cet article. En passant, j’embrasse bien tendrement aussi toutes ces personnes qui ont pu me blesser durant mon enfance (et encore aujourd’hui) grâce à leur intolérance sans fin et à leur intelligence très limitée. Merci d’avoir fait de moi quelqu’un de plus fort et d’avoir contribué au sens de la répartie dont je peux faire preuve aujourd’hui.

Enfin, et même si je sais qu’ils ne liront sûrement jamais cet article, une grosse pensée à mes seuls et uniques parents, ceux qui m’ont élevée et qui me supporte encore aujourd’hui. Papa et Maman, merci d’avoir fait de moi ce que je suis aujourd’hui. De m’avoir inculqué des valeurs. Merci de me supporter encore quand je suis chiante, quand je dis que vous ne m’aimez pas et même si je ne sais toujours pas garder une chambre ordonnée à 20 ans passés ; quand je vous dis que j’ai envie de vomir lorsque je mange des oranges et que j’ai mal à la tête en me touchant le ventre. Pour toutes ces petites choses du quotidien et pour les gros tracas de la vie que vous m’avez aidée à traverser avec brio. Merci aussi d’avoir été là à des périodes où je pensais que plus personne ne le serait. Bref… j’arrête là parce que, Maman, t’es en train de me crier dessus en polonais pour que j’aille mettre la table.

N’oubliez jamais de rester fiers de ce que vous êtes, de ce que vous avez traversé et de ce que vous deviendrez. Vous n’êtes peut-être pas des super-héros, mais juste des héros du quotidien, et ça, c’est déjà énorme.

Marjorie, 22 ans, étudiante

Crédit photo Gebeka Films

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
34 RÉACTIONS
  • sonia 16 novembre 2014

    Magnifique !!!!
    Merci pour ce texte magnifique et tellement vrai ….
    Ma fille a 9 ans et nous avons deja eu ce type de discussion qui nous fait bco rire tant les gens sont cons!!!
    Bonne continuation marjorie
    Sonia

  • NOEL Sophie 16 novembre 2014

    Maman adoptantes de deux petites filles d’origine haïtienne, nous en avons aussi beaucoup entendu.
    Si cela vous intéresse, j’en parle dans mon journal (le journal d’une maman (presque) comme les autres : http://mamancommelesautres.blogspot.fr/

    Merci pour ce texte amusant
    Sophie

  • yamna 16 novembre 2014

    J’adore ton article: je le trouve tellement vrai. Je suis maman de magnifiques garçons (adoptés) et j’aimerais tellement qu’ils puissent le lire, donc je le conserve!
    Merci pour cette belle répartie
    Je te souhaite plein de bonheur
    Yamna

  • Audrey 17 novembre 2014

    Moi je trouve cet article bien agressif.
    La 1 et la 10 me semblent totalement justifiées, on demande juste si tu as toujours du contact avec tes parents biologiques, si tu as su les retrouver, ensuite tout le monde n’est pas capable d’adopter, que tu le veuilles ou non. Bref je vois vraiment pas le malaise, s’insurger comme ça c’est violent, après y’a certaines question/affirmations qui sont cons et méchantes mais là pour le coup je lis l’article je me sens limite agressée.
    Les gens sont cons quand ils agressent, après c’est juste de la curiosité mal placée et blessante, ça mérite pas que tout le monde se fasse traiter d’abruti au passage. Bref, un article agressif et intolérant, bien que vrai sur certains points.

    • Loulou 17 novembre 2014

      Bonsoir
      J’ai adoré votre post, étant moi-même maman à 2000 pour cent de deux trésors d’Asie….et en ayant entendu des vertes et des pas mûres.
      Je me permets de répondre à Audrey en disant que ce genre de remarques sont encore plutôt light, même si elles sont lourdes….
      Imaginez que vous, maman bio, soyez accostée pour que l’on vous demande si tous vos enfants sont du même père etc… vous trouveriez cela indécent, vos enfants se sentiraient peut être blessés. Je ne refuse pas de parler de l’adoption de mes Loulous, mais certaines personnes dépassent le stade de la curiosité bienveillante. Je trouve vraiment maladroit de parler de vrais parents ou de parler des parents biologiques à quelqu’un qu’on ne connait quasi pas ( et généralement, ce ne sont pas les mais, les proches qui questionnent ainsi mais de VRAIS inconnus ).
      Quand à la remarque 10, j’avoue ne pas apprécier… j’ai l’impression d’être niée en tant que parent, pourquoi vouloir opposer adoption et lien bio… l’amour, dieu merci, dépasse tout cela….

      L’adoption est tout simplement une magnifique histoire d’amour et même si elle fascine ou intrigue certains, elle n’est ni plus ni moins qu’une histoire de parents comblés par leurs enfants.

      Loulou, raide dingue de ses trésors qui sont pour elle la chair de sa chair

    • Lina 16 juin 2016

      Quant à moi, je le trouve écrit avec beaucoup d’humour, comme une caricature de personnes qui manquent de tact. En ce qui me concerne, on m’a demandé si mes deux enfants adoptés avaient la même mère biologique …si on aimait nos enfants… que, de toute manière, on ne pouvait les aimer autant qu’eux leurs vrais enfants. J’ai répondu à ces deux question en la leur retournant : «  »vous les aimez, vos enfants ? » C’est infiniment blessant et je ne pense pas que je pourrais entrer sans y avoir été invitée dans l’intimité de quelqu’un ..

  • Marjorie 17 novembre 2014

    Merci à tous pour vos commentaires sous l’article, ça me touche vraiment 🙂

    Ensuite, pour répondre a Audrey, je n’avais pas pour but d’agresser les gens avec cet article. Je voulais juste partager une certaine exaspération justement provoquée par cette « curiosité mal placée et blessante » que mes parents et moi avons subi et subissons encore aujourd’hui, plus de 20 ans après l’adoption. Avant d’envoyer cet article à la rédaction de ZEP, j’ai fait lire cet article a beaucoup de personnes, et ces personnes ont partagé ce texte autour d’eux et je n’ai jamais eu de retours comme le tien donc c’est pour cela que je n’ai rien modifié. Si je savais que cet article pouvait être mal interprété ou le second degré mal compris, je ne me serais pas permise d’envoyer de tels propos.
    Ensuite, je ne pense pas avoir à me justifier à qui que ce soit concernant mon ressenti sur l’adoption, chaque personne est différente et vit les choses de manière toute aussi différente. L’ouverture d’esprit va dans les deux sens. Et pour tout t’avouer, en tant qu’enfant adoptée, quand tu as ce genre de questions/affirmations malsaines depuis que tu es née, tu en as juste marre d’essayer de trouver des excuses aux gens. Voilà pourquoi je ne pense pas que l’intolérance vienne de moi. Bien au contraire, lorsque des personnes viennent me parler de l’adoption en général je leur répond volontiers et je ne suis pas fermée a l échange concernant ce sujet. Mais quand je vois (oui, parce que ça se sent ce genre de trucs à force) que c’est uniquement pour alimenter une curiosité malsaine, je ne réponds pas. Ou alors je réponds pas une bêtise aussi grosse que celle présente dans leur question.
    Enfin, je suis consciente que tout le monde n’est pas « capable » d’adopter, et je respecte ce point. Mais je trouve ça indécent qu’on dise ce genre de propos (cf. le point 10) ) devant mes parents qui ont limite fait un parcours du combattant pour pouvoir fonder une famille.

    Voilà, j’espère que tu auras mieux compris mon point de vue. Je te souhaite de passer une bonne journée et au plaisir d’échanger avec toi 😉 bises

    • seung-nam 19 novembre 2014

      bonjour.
      je voudrais me permettre quelque remarques suite a cet article. pour me situer par rapport a Marjorie, je suis moi aussi adopté, venant du même pays que toi, Marjorie, mais j’y ai vécu 7 ans avant de venir en France. j’ai aujourd’hui 35 ans et c’est vrai que cette liste recense une partie des questions qui reviennent souvent.
      contrairement a toi je ne fait pas de déni sur mon pays d’origine, ni sur mes parents biologique. je ressent dans tes propos un certain rejet, comme lorsque tu dis « mes seul et unique parents ». n’accepte tu pas le fait que tes parents de filiation sont bel et bien tes parents adoptif, mais aussi qu’ il existe dans ta vie ceux qui t’ont donné la vie?
      l’ambiguïté de l’adoption que je retrouve dans beaucoup de cas, c’est cette incompréhension de la part des adoptés sur la filiation naturel et la filiation du a l’adoption.
      je te trouve assez immature dans tes propos aussi, dans le sens ou je trouve (chose bien française d’ailleurs) une certaine teinte de violence caché (peut être du a l’exaspération de ces questions qui reviennent sans cesse) face a ce manque d’ouverture d’esprits auquel tu fait face. mais honnêtement lorsque tu répond dans ces mots, ce n’est pas non plus faire montre d’ouverture d’esprits. est ce de l’immaturité? je ne saurais l’affirmer.
      oui bien sur il y a des questions bête, mais aussi des questions maladroite, qui ne sont pas juste malveillant. c’est de la psychologie. ces gents peut être montre un certain intérêt face a toi a ce que tu es, en te demandant des questions comme sur tes parents biologique. si toi même tu n’arrive pas a comprendre la signification qu’il y a derrière les mots « vrai parent » je pense que tu as encore du chemin a faire pour accepter ce que tu est et d’ou tu viens. il n’y a rien d’illégitime a poser cette questions. juste les mots utilisé sont maladroit.
      toi par contre en disant que tu ne veux pas connaitre tes parent biologique tu montre une facette de toi qui a une certaine rancœur, et de la colère. c’est bien ton choix, je ne le critique pas, je peux voir ce qu’il y a derrière ces mots, qui sont pour le coup plutôt violent.
      je le vois souvent aujourd’hui de par les adoptés coréen que je connais bien. certain on dépassé le stade ou tu est, avec ce ras le bol de ces questions intrusive, d’autre sont et resterons encore longtemps dans ce déni de ce qu’ils sont. cela est nourris par cette colère cette rancœur du a toute les facettes de l’adoption.
      pour te dire la vérité, il me semble que ceux qui ont eu une adoption réussi, et adopté bébé, s’en sortent moins bien que ceux qui n’ont pas eu cette chance.dans le recensement de mon entourage les cas les plus problématique sont ceux adopté très tot, et souvent une adoption réussi dans le sens ou avec leurs parents adoptif, ca s’est bien passé.
      tu veux te défaire de ce lien qu’il y a avec tes origines, mais est ce que tu le peux? on est ce qu’on est non? est ce que le matin dans le miroir tu vois une française avec le type caucasien?
      bien sur le fait d’avoir eu une éducation française fait que tu te comporte comme tel. mais malgré tout ton apparence reste le même.
      je suis proche de la communauté coréenne en France, sachant aussi que j’ai été marié avec une coréenne. j’ai bien sur cherché a me rapproché de mes origines. mais jamais je ne me suis dis que pour autant je ne suis pas français. on dis souvent qu’on est des bananes. parce que jaune a l’extérieur mais blanc a l’intérieur. et c’est plutôt vrai.
      bref ce que je veux te dire, c’est de mettre de l’eau dans ton vin (ou ton soju! 🙂 ). si les gents ne sont pas d’une grande tolérance ou d’une grandeur d’esprit, est ce que tu te dois d’être pareil? tu dis avoir montré ce texte a ton entourage, mais honnêtement, entre vivre l’adoption et comprendre l’adoption, il y a un fossé, qui est gigantesque. donc ce qu’a bien pus te dire tes amis , ton entourage, a propos de ce texte n’est pas il me semble très objectif, puisque l’adoption est un sujet bien délicat que peut de gents peuvent le comprendre, a commencer par les parents adoptif eux même.
      aller courage, ta vie n’est pas simple mais crois moi ca ne va pas en se simplifiant.

      • Marjorie 19 novembre 2014

        Bonjour Seung-Nam,

        C’est dommage que tu lises cet article avec déjà des a-priori par rapport à mon âge. Je vis bien mon adoption, mais je ne renie pas pour autant mon passé. Pourquoi l’un n’irait pas sans l’autre ? Plusieurs personnes m’ont fait cette remarque, mais je ne la comprends pas. Je ne pense pas que ce soit une question de maturité mais bel et bien une question de caractère, de façon d’appréhender les choses.
        Mon article recense ici (avec un peu d’humour, du moins j’ai essayé, apparemmment ça n’a pas fait rire quelques uns …) les « pires » choses que j’ai eu l’occasion d’entendre à propos de mon adoption. Et oui, lorsque je dis que ma vie est ici c’est qu’elle l’est bel et bien. J’ai grandi en France, pourquoi devrais-je dédoubler ma personnalité pour une culture dont je ne connais que très peu de choses ? Ce n’est pas un rejet, j’appellerai plutôt ça « faire avec ce que l’on a », sans dénigrement pour la culture française/occidentale pour autant hein.. Je ne comprends pas pourquoi je devrais me « compliquer la vie » avec des questions vis à vis de mes origines si tout va bien pour moi à l’heure actuelle.
        Enfin, concernant les « réponses » que j’ai pu écrire en dessous des paroles de personnes a propos de l’adoption, elles font peut être transparaître une certaine exaspération mais je ne m’excuserais pas pour cela étant donnée que cette exaspération est présente. Je ne vois pas pourquoi on devrait toujours se justifier vis à vis des autres quant à notre histoire… C’est aux personnes en face de nous de faire preuve parfois d’un peu plus de « délicatesse » et de savoir – vivre. On ne pose pas n’importe quelle question lorsqu’on ne connait pas la personne. Et, comme le dit très bien une lectrice dans les commentaires, c’est bien souvent des gens que l’on connait très peu qui se permettent ce genre de remarques.
        Tout cela pour te dire que je n’ai aucune rancoeur envers qui que ce soit, ni de la colère envers la Corée ou mes parents biologiques. Ma vie est en France, j’ai grandi ici et je me sens française/occidentale plus que coréenne, et en aucun cas affirmer cela et le vivre pleinement constituerait une sorte de déni de soi pour un enfant adopté vivant dans notre pays aujourd’hui.
        Chacun sa façon de voir les choses et de les vivre. J’ai choisi de voir les choses comme ça, et je respecte aussi les autres façons de vivre l’adoption. Chacun son ressenti, et c’est en cela que je pense être tolérante (un peu moins à l’égard de la curiosité malsaine, comme dit dans mon article effectivement, mais je pense que tu peux me comprendre un minimum comme tu as été toi aussi adopté).
        Enfin, et j’aimerais que ça soit compris par les futurs lecteurs une bonne fois pour toute, il faut arrêter d’être autant dans l’interprétation de cet article. Il faut lire ce qu’il y a à lire, point. j’ai l’impression que certaines personnes sont beaucoup trop dans l’interprétation de mes propos. Certes ce n’est peut être pas le sujet des plus légers, mais je vous demande quand même de respecter mon point de vue et de ne pas chercher à me faire dire ce que je n’ai pas dit au sein de cet article.
        Au plaisir d’échanger avec toi à nouveau 🙂
        Marjorie

        • seung-nam 20 novembre 2014

          Bonjour Marjorie.
          Détrompe toi, je n’ai eu aucun a priori sur ton âge puisque je ne le connaissais pas. Je l’ai vue dans ton article suite à la lecture, et aussi l’ai ressenti en te lisant.
          Si je t’ai dit qu’il y a peut-être une certaine immaturité dans ton ressenti, c’est que justement je suis passé par là, comme beaucoup d’autres. J’ai eu aussi ces même réflexions, ces mêmes affirmations, ces mêmes certitudes, en pensant être certain de qui je suis, certain de moi-même et de ce que je dis (et je pense encore l’être un peu encore aujourd’hui même si je me suis bien calmé). Et je me sentais bien comme cela, pensant savoir ou j’allais.
          Malgré tout, je me suis rendu compte que d’être dans cette forme de certitude, tout en pensant être ouvert aux autres, n’était qu’un réconfort illusoire. Et en restant campé sur ces certitudes, je me suis pris des claques.
          Les autres sont ce qu’ils sont. Il y a de tout. Et il faut savoir les accepter. Il arrive que la personne qui t’aura posé une question intrusive, bête et tout ce que tu veux d’intolérable, deviendra peut-être un très bon ami, parce que tu te rends compte qu’il ne savait pas la délicatesse du sujet, mais pour autant il est quelqu’un de très ouvert.
          Donc avec ton 1er ressenti, d’exaspération et d’ennuis, tu te fermes. Et c’est là où je dis que tu n’as pas l’ouverture d’esprit que tu reproche ouvertement à ces gens.
          Après comme tu dis chacun fait bien comme il veut. Dans ton article il y a cet humour dont tu parles, c’est vrai que cela m’a fait sourire. Mais aussi je me suis retrouvé dedans, parce que j’avais les mêmes ressentis que toi tu as aujourd’hui, cette capacité a affirmé que je suis sûr de ce que je dis.
          Et oui je sais bien que tu vas dire plus ou moins le contraire, que tu es ouverte, et prête à parler de ça avec n’importe qui le voudra, cependant tu resteras sur tes positions, à défendre ce que tu penses être certaine.
          Mais pas de malentendu, j’ai lu et compris ce que tu voulais dire dans ton article. Je comprends bien que la personne que tu ne connais ni d’Eve ni d’Adam, celle que tu croise dans les transports le matin, celui que tu ne reverras surement jamais (à 99%) de ta vie, ça peu exaspérer, fatiguer si c’est tous les jours ou presque. Cependant je n’en croise pas des masses. Ça n’a pas dû m’arriver plus de 3 fois dans ma vie d’adulte. Surement aussi parce que les filles sont plus sujettes à être abordées que les mecs.
          Mais sincèrement je pense que cela arrive plus souvent avec des personnes que tu rencontres par l’intermédiaire de ton entourage, des personnes avec qui tu es amené à discuter puisque c’est l’ami d’un ami, ou le cousin d’une amie…etc.
          Ce que je dis n’est en aucun cas une leçon d’un ancien à une jeune, juste que, ce que tu dis, et pense être, je l’ai ressenti aussi. Sur qu’il a des différences, mais d’une manière global, c’est similaire.
          Il apparait que tu connais certaine personnes que moi aussi je connais, et si tu veux en discuter ce sera avec plaisir, et dans la bonne humeur (parce que à travers ce que je te dis tu peux être amené à penser surement que je suis quelqu’un de très sérieux, voir emmerdant…mais ce n’est pas du tout le cas, l’âge ne fait rien a l’affaire.. 🙂 ).

  • Emma 17 novembre 2014

    Maman d’une fratrie de 3 frères et sœurs, j’ai entendu des milliers de fois « c’est un beau geste que vous avez fait là »…ou « moi, je n’ai pas adopté parce que ca coûte beaucoup d’argent ! » ou « vous avez eu de la chance, ils sont normaux ! » et devant mes enfants…Grrrr, ca me met hors de moi mais maintenant je passe mon chemin ! Bien à vous. Emma

  • Laurence 17 novembre 2014

    Bravo pour ce texte Marjorie, je ne suis pas adoptée et donc je n’ai pas vécu cela mais je te comprends tout de même et je pense que tes propos ne sont pas exagéré. Je vis au quotidien des situations aussi aberrante parce que mon fils est « un peu jaune » (celle là me viens d’une sage femme de la maternité…) ou « un peu sale » ou encore « trop bronzé pour être mon fils » (et pourtant, il n’est pas adopté). Alors je te souhaite de continuer de prendre tout ça avec dérision!!! Super témoignage !!!

  • Marie 17 novembre 2014

    Bonsoir Marjorie,
    Je viens de tomber par hasard sur ton article, et je dois te dire qu’il m’a bien fait rire!
    J’ai été adoptée y’a un peu plus de vingt ans moi aussi, et même si mes parents ont essayé de me préserver de la stupidité de certaines personnes, j’ai eu droit au même genre de remarque depuis que je suis arrivée dans les bras de mes parents. Et c’est vrai qu’à force, ça en devient très lourd, soit tu passes pour une rescapée de la fin du monde sauvée par des gros richousses en manque de sensations fortes, soit tu passes pour le petit légume non-calibré mis en-dehors du panier…
    Certains oublient que l’adoption est un geste d’amour, non pas une action humanitaire ou je ne sais quoi d’autres. Ce geste sert à fonder des familles, tout simplement. Et comme tu l’as dis plus haut, c’est pas si facile d’avoir le droit à la construire cette famille, c’est un réel parcours du combattant, faut arrêter de fantasmer sur le fait qu’il y ai des millions d’enfants dans le monde à adopter et que dès qu’on en a envie, « hop » on clac des doigts et on nous envoie un paquet par la poste avec un petit bébé à l’intérieur (qu’on a bien évidemment choisit par correspondance…).
    Et concernant la question des « vrais » parents, faut arrêter. Certes y’a ceux qui nous ont fait, mais y’a surtout ceux qui nous aimé, éduqué, protégé… et rien que pour ça, la question ne devrait pas nous être posée, ou du moins, pas comme ça, il faut un minimum de délicatesse pour se permettre de venir mettre le nez dans quelque chose que l’on ne peut pas comprendre. Ils ne se posent pas la question de savoir si oui ou non, on en a quelque chose à faire de nos origines ou si même on a le besoin de se poser ce genre de problème…

    En tout cas ça m’a fait très plaisir de lire ton article, et bravo pour ta répartie! 🙂

    Marie

    • seung-nam 20 novembre 2014

      Bonjour Marie,

      Je souhaite répondre à ce que tu dis. Je retrouve en toi les mêmes ressentis que Marjorie. Je ne reviendrais pas dessus. Ce qui m’interpelle c’est quand tu dis :

      «Certains oublient que l’adoption est un geste d’amour, non pas une action humanitaire ou je ne sais quoi d’autres. Ce geste sert à fonder des familles, tout simplement. Et comme tu l’as dis plus haut, c’est pas si facile d’avoir le droit à la construire cette famille, c’est un réel parcours du combattant, faut arrêter de fantasmer sur le fait qu’il y ai des millions d’enfants dans le monde à adopter et que dès qu’on en a envie, « hop » on clac des doigts et on nous envoie un paquet par la poste avec un petit bébé à l’intérieur (qu’on a bien évidemment choisit par correspondance…).

      Tu penses sérieusement que les gens adoptent uniquement par amour ???
      Bien sur une grande majorité le fait, mais qu’en est-il des autres, ceux qui ont déjà créés une famille ? Ou les humanistes ?
      Te rappel tu de la vague d’adoption illégale suite à la catastrophe a Haïti ? M’affirmeras tu que ces gens-là ne voulais qu’adopter parce qu’ils souhaitaient ardemment créer une famille, ou juste pour sauver ces enfants ?
      Je suis au regret de t’annoncer que le monde des bisounours n’existe pas. En effet il existe bel et bien des parents qui adoptent, par caprice ou par intérêt humanitaire, ou pour d’autre raisons…
      Oui l’adoption coute cher, mais cela ne limite pas des masses la liste d’attente des potentiels parents qui souhaitent adopter.
      Et oui il y a des milliers d’enfants de par le monde à adopter ou le sont potentiellement. C’est triste mais c’est comme ça.
      Et crois-moi les parents qui adoptent dans un autre but que le désire d’avoir un enfant, de le chérir et de l’aimer comme étant le sien, ça ne donne pas de bon résultat. Le fait d’être parents n’est pas simple, ceux qui ont adopté encore moins, mais d’autres pensent qu’avoir un toit et de quoi vivre suffit à ces « pauvre enfants du tiers monde ».
      Bref je te réponds que non l’adoption n’est pas que un geste d’amour pour certains (et pas que quelques un. Il y en a bien plus que tu ne le pense)

  • Pouquet 17 novembre 2014

    J’ai été adoptée et je ne l’ai su qu’à 33 ans. Et pourtant je me retrouve dans ton texte. Les réflexions des voisins que je ne comprenais pas (eux ils savaient). Et même les problèmes à l’adolescence avec ma mère qui pensait que je ne réagirai pas comme cela si j’étais sa vrai fille… J’ai 60 ans et Dolto n’était pas encore passée par là pour expliquer la crise d’adolescence. Alors bravo pour ce texte.

  • tita 17 novembre 2014

    je t’admire!!!!!
    ma fille me ressemble comme 2 gouttes d’eau, et pourtant je suis assassinée de stupides reflexions…bref je reponds du tac o tac direct….
    bravo pour ton récit!

  • truc 18 novembre 2014

    Je suis désolé, mais pour moi vrai parent ça veut dire parent biologique. C’est comme ça, ce sont tes vrais parents. Ca veut pas dire que tu dois appeler tes parents adoptifs tes faux parents…

    • Loulou 20 novembre 2014

      Petit passage à nouveau sur le blog, pour lire d’autres avis, car on dit que les échanges sont enrichissants, pas vrai 😉 …
      Vrais parents / faux parents quel débat ! Etre parent, qu’est ce que c’est finalement ?
      Alors voilà comment je l’exprimerais : cette sensation de sérénité, d’amour, de plénitude, cette émotion énorme lorsque ton enfant dort là, dans tes bras, que tu poses tes lèvres sur son front et que tu pourrais ainsi passer des heures à le regarder dormir, bercé dans tes bras, ce sentiment sauvage de louve qui fait que tu es prête à tout pour tes petits, le bonheur et la fierté qui t’étreint lorsque tu les regardes vivre-jouer-rire-chanter-participer au spectacle de l’école etc etc etc…. l’angoisse qui parfois t’étreint lorsque -ils sont malades-ils sont loin de toi… la tristesse qui te déchire le coeur lorsque ton fils a son 1er chagrin d’amour … tout ce que je vis depuis que je suis devenue maman, pour tout cela, oui, je sais que je suis une vraie maman….
      Et pour ceux qui pensent que je ne suis pas leur vraie mère, tant pis si leur esprit, leur coeur sont trop étriqués pour comprendre la puissance et la force de notre lien.
      Désolée Marjorie je ne voulais pas  »pourrir  » ton blog et relancer des polémiques où finalement, il n’y a pas lieu d’en avoir, et je comprendrais si ce post n’est pas validé, mais comme à chaque fois que le sujet touche mes enfants, je m’enflamme.
      Je voulais juste finir en disant que tout comme toi, je pense que l’adoption est multiples, que l’on ne peut rien généraliser, chaque enfant chaque parent est unique, et personne ne peut prédire comment plus tard un enfant adopté réagira vis à vis de ses origines (déni, acceptation, recherches, que sais je encore …. )
      En tout cas je te souhaite une très jolie vie entourée de ceux que tu aimes, parce que finalement, c’est le plus important.
      Loulou la bavarde

  • Marie 20 novembre 2014

    Bonjour Marjorie,
    je suis coréenne adoptée aussi comme toi par une famille française.
    Aujourd’hui, j’ai 40 ans, je suis mariée, mère de 3 enfants, et il est vrai que lorsque j’étais plus jeune ce genre de questions m’agaçait et je trouvais ça déplacé et exaspérant.

    Aujourd’hui avec le recul, qu’est ce qui est déplacé? Le fait que les gens se posent des questions? Qu’ils sont curieux? Qu’ils disent ce qu’ils pensent?…
    Je ne pense pas que les gens sont simples d’esprit ou cons lorsqu’ils posent ces questions, ils sont juste maladroits et ça touchent peut être plus certains adoptés et leur famille que d’autres.
    Comme disait un autre coréen adopté, « il n’y a aucune question stupide en soi ».

    En te lisant, je sens énormément d’agressivité et de rancœur…
    Est ce que c’est si important que ça ce que pensent ou disent les autres? Le plus important n’est pas plutôt le fait que tu as des parents qui t’aiment et t’aimeront, des amis qui t’entourent… ?
    Tu ne pourra jamais nier le fait d’avoir été adoptée et tes parents ont fait un choix en adoptant, et lorsque l’on parle de « très beau geste », (on ne parle pas de geste « humanitaire » mais on parle d’amour, dans le sens ou tes parents ont voulu donner de l’amour à quelqu’un, et ce quelqu’un c’est toi) et cette adoption elle sera toujours présente, durant toute ta vie!!!
    Que diras tu lorsque tu auras des enfants? Leurs feras tu ressentir toute l’agressivité de tes propos lorsqu’ils te poseront la question: maman pourquoi tu ne ressembles pas à ta maman? Ils sont ou tes VRAIS parents? (vrais=parents biologiques, à cet âge 5 et 7 ans, on a encore du mal avec les mots, c’est pas pour autant qu’ils sont cons), maman, pourquoi est ce qu’on t’a adopté? dis maman, c’est quoi adopter?…
    et j’en passe. Leur diras tu, mais ma pauvre fille qu’est ce que t’es conne!!! non, ils ont juste envie d’apprendre, de découvrir, de savoir… A un moment donner tu devras leur dire, car ils auront besoin de savoir car ça fait partie aussi de leur histoire!!!

    PS: Je souris lorsque je lis tes propos parceque certaines anecdotes sont plutôt rigolotes, mais tu dois savoir, qu’à l’époque et encore aujourd’hui, adopter un enfant coute très cher!!! et c’est rester dans l’esprit des gens. Mes parents m’avaient montré combien ils avaient du débourser pour pouvoir faire une demande d’adoption, et lorsqu’une demande capotait, il fallait de nouveau payer pour en faire une autre… D’où la question: « tes parents doivent être riche »!!!
    Quand quelqu’un vous dit « moi je ne pourrais jamais adopter… » n’ont-ils pas le droit d’avoir leur opinion? J’ai des amis autour de moi qui ne peuvent pas avoir d’enfants, certains veulent adopter mais n’ont pas les moyens de le faire, d’autres ne veulent pas parceque ils ont envie d’avoir des enfants d’eux et ça peut se comprendre, et ce n’est pas pour ça que je vais les traiter de cons.

    Moi la question qui me revient le plus souvent c’est plutôt, corée du nord ou corée du sud? ce qui me fait sourire.

    • seung-nam 20 novembre 2014

      je suis d’accord avec ce que tu dis.

      • NOEL Sophie 20 novembre 2014

        Bonjour Seung-nam,
        Je voulais vous demander : de quelles adoptions illégales post-séisme en Haïti voulez-vous parler ?

        • seung-nam 21 novembre 2014

          je veux dire de ceci.
          http://www.adoptionefa.org/index.php/actualite/384-haitinepasconfondrehumanitaireetadoption
          aux dernières nouvelles rien n’a été conclus, mais ce cas a fait grand bruit, et je me rappel d’un témoignage d’une mère francais au JT qui voulait adopter a tout prix très vite en se justifiant par l’urgence de la situation.

          • NOEL Sophie 21 novembre 2014

            Oui, Seung-Nam, il y a eu des américains mal intentionnés qui ont tenté de profiter de la situation pour enlever des enfants, et c’est monstrueux.
            Mais il y a eu aussi beaucoup de mensonges autour des parents adoptants, dont nous faisions partie, qui étaient en procédure légale depuis bien avant le séisme, et qu’on a accusé de faire du trafic ! L’Unicef a tenté de retirer notre fille de son orphelinat pour la mettre dans des camps, à l’abri des méchants adoptants que nous étions !
            Bernard Kouchner, alors ministre des affaires étrangères, a dit en pleine séance du sénat que nous avions illégalement acquis nos enfants sur catalogue !
            Et je constate que les amalgames, la désinformation et les préjugés ont la vie dure, quand je lis des phrases comme « la vague d’adoption illégale post séisme » que vous n’avez pas pris la peine de nuancer, au risque de blesser douloureusement… Moi, je lis ces phrases avec colère, mais je suis une adulte, et je me fais une raison. Mais que diront mes filles, plus tard, quand elles tomberont sur ce genre d’affirmations ?
            Le texte de Marjorie a cela de très vrai qu’il questionne sur la façon dont les personnes voient l’adoption. Trop de désinformation, de fantasmes, d’ignorance, de rejet, d’amalgames… en font un sujet qui engendre de la douleur chez les adoptant et les adoptés.
            Faisons attention à ce que nous disons : c’est la base du respect mutuel que l’on se doit.

    • Lina 16 juin 2016

      Bonjour Marie,
      Je pense qu’au sein de la famille, on peut se poser toutes les questions qui nous passent par l’esprit. Par contre, venues de personnes qu’on ne connaît pas ou à peine, c’est de l’indiscrétion et un manque de tact. Lorsqu’on devient amis, c’est différents, on échange sa façon de ressentir les choses.

  • Samheena 21 novembre 2014

    Parmis les milliers de rencontres que l’on va faire dans sa vie, nous serons confrontés , nous « enfants adoptés  » à 2 types de réactions et questions
    Les pires sont celles que décrit parfaitement Marjorie dans son article , avec ses mots, son vécus et sa rapartie du haut de ses 22 ans.

    Je me retrouve beaucoup dans tout ce qu’elle écrit, moi maman de 36 ans mariée , 2 enfants , ayant retrouvé ma mère biologique en Corée…
    Je ne renie rien, j’accepte la vie comme elle est et je l’aime.
    Mais aujourd’hui ( parceque je rencontre bcq de monde )
    c’est une réalité : on me pose encore ce genres de questions  » est ce que tes faux parents ont été gentils avec toi? »

    Attention tout le monde n’a pas la même attitude et certaine personne bien plus intelligente savent aborder ce sujet sensible.

    Alors, je propose de dédicacer cet article à toutes ces malheureuses personnes ( pas méchantes, mais pas très futées ) qui ont sorti un de ces 10 clichés à un enfant ou Parent d’adopté de s’y prendre autrement la prochaine fois, ou ou de se taire…

    A bon entendeur, salut

    Amitiés à Marjorie

  • martine 26 mai 2015

    Bonjour
    je suis maman d’une petite haitienne née en 2007 et joyeuse (il faut le dire) survivante du terrible séisme de 2010.
    J’ai adoré votre liste des top. J’ ai lu les commentaires et personne n’a à vous dire ce que vous devez
    ressentir et comment l’exprimer. SI vous devez modifier le ton (moins sévère face à la bêtise ou la maladresse des autres) et les propos, vous êtes assez grande pour le faire (ou non) en vieillissant. En tout cas, merci de montrer qu’on peut être normal et avoir une vie normale même quand on est adopté….j’espère que ma fille ira aussi bien que vous au même âge…..parce que je suis fatiguée de n’entendre que ce qui va mal…..

  • Marjorie 22 novembre 2015

    Coucou Marjorie

    Très amusé par ton article qui est tellement vrai ! Ma petite Chipette a 4 ans et j’en ai déjà beaucoup entendu .. Du très Marant et du très con ! Je garde ton article sous la main un jour il me servira j’en suis sur !
    Pleins de bonnes choses !

    Marjorie

    • Marjorie 2 janvier 2016

      Merci beaucoup 🙂 Une très belle année à vous et à votre petite famille ! Bises

  • élo 22 novembre 2015

    Article tellement vrai et écrit avec une plume assez sympa…
    Bravo et aucun jugement, les histoires de vie sont tellement différentes!!!
    Maman heureuse de 3 loustiques bientôt 4…aux yeux bridés…français et trisomiques!

    • Marjorie 2 janvier 2016

      Merci beaucoup 🙂
      C’est vrai que mon histoire en tant qu’enfant d’adopté m’a, dans un sens, permis d’avoir un esprit beaucoup plus ouvert et de ne pas juger lorsque l’on ne connait pas l’histoire d’une personne. Du moment que cette même personne est heureuse…C’est le principal.
      Je vous souhaite une bonne année 2016, bises

  • marie 16 décembre 2015

    J aime beaucoup ton post Marjorie tout en sensibilité quoi qu en pensent certains lecteurs.
    Nous sommes les vrais parents de nos enfants car nous les elevons au quotidien et les aimons pour la vie. Mon fils n a pas la meme couleur de peau que moi, il est arrivé chez nous à 5 ans. Je ne nie pas ses racines, sa vie d avant mais il est mon fils pour la vie maintenant. Nous avons entendu ton top 10 sous toutes ces formes, gentille ou plus intrusive voire agressive, personne ne demande à une femme enceinte si le pere est bien le pere et dans quele position elle a concu son bébé non ? Un peu de respect, de pudeur, notre adoption est parfois visible ce n est pas pour cela qu on doit vous la raconter.
    Bonne route Marjorie, je te souhaite le meilleur.
    Marie

    • Marjorie 2 janvier 2016

      Bonsoir Marie, désolée pour la réponse tardive mais je ne me rends pas souvent sur cette page pour lire les commentaires. Merci bcp pour vos compliments, je suis contente de savoir que mes écrits ont un écho chez certaines personnes et cela me fait d’autant plus chaud au coeur lorsque je sais que c’est pour des adoptants ou adoptés.
      Je vous souhaite une très bonne année 2016 à vous et à votre famille.

  • light 6 avril 2016

    Salut !

    J’adore ton article !

    Cela dit, j’avoue que tu m’inquiètes un peu. J’ai une amie qui a été adoptée (elle vient du Cambodge) et je crois bien que je lui ai posé la question 1) quand on a fait connaissance. Pas tout de suite ,d’emblée, là direct, mais quand elle a bien voulu m’en parler. Cela dit, je n’ai pas parlé de « vrais » parents, car je suis d’accord avec toi, les « vrais » parents sont ceux qui nous élèvent. Mais j’ai dû lui demander si elle connaissait ses parents biologiques. J’espère qu’elle ne l’a pas pris comme toi, sinon ça veut dire que j’ai fait une gaffe. On est très proches et je ne voudrais pas lui avoir fait de la peine sans le vouloir !

    Cette question 1) me parait quand même assez naturelle et la remarque 10 aussi même si ça manque un peu de tact. Ce n’est pas forcément contre toi, c’est juste un ressenti personnel des gens. Cela dit, je comprends ta réaction.

    . J’avoue qu’au moment où j’ai posé la question 1) à mon amie, je ne pensais pas du tout que ça pouvait être vu comme un manque de tact par certains. Je veux dire, c’est une manière de s’intéresser à toi, à ce que tu es, à ce que tu vis. . Je veux dire ; , Et si on ne te posais JAMAIS de questions, est-ce que tu n’aurais pas l’impression que finalement les personnes ne s’intéressent pas vraiment à toi, à ce que tu es, au plus profond? Si on ne te posais jamais de questions, ça voudrait dire quelque part que l’adoption est un sujet tabou, non? Est-ce que ça serait alors plus confortable? Je ne suis pas sûre.

    Pour moi, le fait d’en parler avec l’ amie dont je parlais, de pouvoir lui poser des questions était plutôt une bonne chose puisque ça voulait dire qu’elle l’assumais, que ce n’était pas tabou, donc pas de malaise et aussi et surtout qu’elle me faisait vraiment confiance car elle ne l’évoque pas non plus avec n’importe qui.

    Au fait, je vois que tu connais Couleur de Peau : Miel vu l’image qui illustre ton article. As tu vu le film ou lu les BD L’as tu aimé ?

  • Arnaud 7 octobre 2016

    Salut !

    Je suis d’accord avec toi sur le fait que certaine question peuvent être « relou franchement »… Mais je crois qu’il faut se mettre à la place des personne qui apprenne soudainement que tu est adopté, ça ne doit pas être facile de répondre à une telle annonce sur le coup. Vous ne croyez pas ?

    J’ai 17 ans, et suis moi même adopté, c’est pas la joie tout le temps, beaucoup trop de questionnement sur le passé (surtout quand on ne connaît ni sa date de naissance, ni son lieu). Mais je crois que je commence à me faire au question classé « stupide », et plus on me les pose, moins je les trouve stupide. Je pense sincèrement que c’est plus difficile pour les personne avec qui on en parle que pour nous même. Tout le monde essaye de trouver les bon mots etc.. et on connais tous les gaffe que l’on peut faire avec le stresse !

    J’aimerais juste dire (au adopté qui lisent ça) et à tout le monde de ne pas trop dénigré les personne qui parle de « VRAIS » parent par exemple, ce n’ai pas méchant, simplement une maladresse, beaucoup essaye de bien faire, et je ne sais ou je serais sans certain !

    (pour ceux qui on fait des gaffe au paravent, ou qui en ferais dans le future, ne vous inquiété pas sérieusement, je pense que beaucoup comprennent, et puis on ne le prend pas mal (du moins moi pas), c’est plutôt qu’on essaye de bien faire de ne pas trouvé ses mots ^^)

    Par contre très bonne article, bien rédigé !

    Bonne soirée à tous !

RÉAGIS