Toutes les filles de la cité veulent ressembler à Beyoncé

4606535
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

La mode et la publicité nous répètent sans cesse que la norme de la beauté est la minceur. 
A force de voir des mannequins zéro défaut, zéro cellulite, zéro graisse j’en suis arrivée à vouloir un corps à 0 % de matière grasse. 
Oui, être mince comme un mannequin ou un people est devenu un objectif. Parce que oui mon poids m’obsède. 
J’aime mes formes, je me trouve parfois pulpeuse mais je suis persuadée que je m’aimerais davantage avec quelques kilos en moins. 
L’ironie c’est que mon modèle de référence n’est pas la mannequin typique à qui on voit les os mais plutôt Kim Kardashian, Beyoncé et Jennifer Lopez.

48 calories pour un Pépito

Pour arriver à mon objectif j’ai fait plusieurs régimes : Dukan, Thonon + un régime inventé par moi-même à 600 calories par jour… mais en vain. L’effet yoyo me poursuit.
 Tout mon quotidien me parle de mon régime. Pour lutter contre mon poids j’ai installé une application « compteur de calories » sur mon iphone qui m’indique qu’un Pépito me fait récolter 48 calories alors qu’une clémentine 35 calories. 
Vous pensez bien que mon choix est vite fait !

Mais bon, je suis lucide et j’ai bien remarqué que tous ces régimes ne fonctionnaient pas. Alors je me fais suivre depuis quelques semaines par une nutritionniste qui me réapprend à manger et à ne pas me priver et surtout à ne pas regretter les cochonneries que je mange. Elle m’a dit : « Tu peux manger de tout et arrête de penser que cet aliment est mauvais pour toi ».

Le poids c’est dans la tête

Après ce rendez vous, je suis allée avec des amies au restaurant où le serveur m’a gentiment dit : « Mais vous êtes très bien comme ça, je ne comprend pas pourquoi vous voulez perdre du poids ». Un mensonge ? Une disquette pour que je revienne manger dans son restaurant ? Non. Il était sincère et persuadé que le poids c’est dans la tête tant qu’on a confiance en soi et qu’on s’aime. Pour me le faire comprendre il m’a même offert un chocolat que je n’ai toujours pas mangé mais que j’ai gardé en souvenir de cette petite rencontre.

« Sarah, tu as un boobaraba »

Le pire dans tout cela c’est que j’aime la nourriture et que je ne me déteste pas comme ça, j’aime mes formes mais je suis persuadée que j’aurais plus confiance en moi avec le poids « idéal ». Cette confiance et ce « non rejet » je le tiens, je pense, de mes origines maghrébines où les femmes généreuses sont mises à l’honneur et où là-bas je n’ai aucun complexe car je rentre dans la norme de minceur. C’est pareil lorsque je vais dans la famille de ma meilleure amie guinéenne qui me lâche un « Sarah, tu as un boobaraba », pour la traduction tu as de « jolies fesses »…

Sarah, 21 ans, étudiante, Nancy

Illustration : Beyonce 2013 UK Tour (DR)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
1 RÉACTION
  • Mahe 19 février 2014

    Continue à te sentir belle telle que tu es,comme tu l’as dit c’est dans la tête,tes références devraient être celles de toutes les filles d’aujourd’hui.
    Qui ne voudrait pas ressembler à Beyonce?
    L’essentiel c’est de s’accepter et de montrer aux autres qu’on en jette car on assume!

RÉAGIS