Mon service civique a été un tremplin vers le monde du travail

Pure Bathing Culture perform in The Galaxy Barn at Pickathon 2013 at Pendarvis Farm just outside of Portland, OR on Aug 2, 2013. Photo Credit: Mick Orlosky
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

En sortant de l’IUFM en juin 2011 avec un master Métiers de l’Education et de la Formation mais sans l’admission au concours de recrutement de professeurs de écoles j’étais assez inquiète pour mon orientation. Extrêmement motivée pour candidater auprès de plusieurs structures susceptibles de m’embaucher sans le concours, j’ai rapidement démarré mes recherches.

Le service civique faisait partie de mes candidatures mais sans grande conviction puisque mon souhait était de travailler et l’engagement dans une association ne m’emballait pas tant que ça. Et puis finalement tout s’est très vite mis en place. Début juin, j’ai passé un entretien avec la responsable du pôle et j’ai reçu un appel quelques jours après m’annonçant que je faisais partie de l’équipe de l’AFEV Perpignan pour l’année scolaire 2011-2012.

Motivée par les problématiques d’éducation

En septembre je démarrais donc ma mission de volontariat auprès d’une association dont les actions et les projets me motivaient beaucoup ayant toujours été sensible aux problématiques liées aux inégalités, et particulièrement celles touchant à l’éducation. Durant les premiers mois de service civique, j’ai pris mes marques dans l’association, auprès de l’équipe, des partenaires ainsi que dans mes missions. J’ai appris à connaître de nombreuses structures, associations et institutions dont j’avais vaguement voire jamais entendu parler. J’expliquais régulièrement à mon entourage en quoi consistait mon engagement, le statut de service civique étant peu connu je devais souvent le défendre auprès des institutions et des collectivités (CAF, Pôle Emploi, Sécurité Sociale…).

Cette année de volontariat a non seulement été l’occasion de m’accorder un temps de découvertes et de rencontres dans un domaine qui me tenait à cœur mais aussi de prendre le temps de réfléchir à mes envies professionnelles. Mettre un pied dans le monde du travail au cours de ces dix mois de volontariat m’a fait prendre conscience que la coordination de projet, la relation aux familles, aux partenaires de l’éducation et de l’enseignement ainsi que le travail en équipe me correspondaient. En un an j’ai donc pu me concentrer sur les projets et les actions de l’association, m’immerger dans un engagement au sein duquel petit à petit je me suis surprise à m’épanouir mais aussi réaliser à quel point les actions en direction des publics en difficulté m’animaient.

Un tremplin vers l’emploi

Aujourd’hui et depuis un peu plus d’un an je suis Chargée de Développement Local à l’AFEV Perpignan. À mon tour d’accompagner les volontaires en Service Civique de notre équipe tout au long de la durée de leurs missions. J’essaie ainsi de les suivre au mieux, d’être présente tout en les laissant autonomes mais surtout de leur faire prendre conscience que pendant quelques mois ils/elles auront la possibilité de se tromper et dans ces moments là je serai justement leur filet de sécurité. L’année de service civique me semble être une expérience à saisir en tant que jeune. Elle a été pour moi comme un tremplin vers le monde du travail, l’opportunité de me constituer un réseau de contacts, de faire de nombreuses rencontres et l’occasion de m’accorder du temps pour envisager mon orientation professionnelle future.

 

Jeanne, 25 ans, Chargée de Développement Local à l’AFEV Perpignan


 Crédit photo Flickr : Redfishingboat (Mick O)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

RÉAGIS