Service civique : outil d’insertion ou minimum social ?

orientation-pour-tous.fr
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

François Hollande annonce qu’il veut élargir le service civique sous une forme « universelle » : un service civique de deux ou trois mois qui ne serait pas indemnisé et sur la base du volontariat. En 2014, le service civique a attiré environ 35 000 jeunes. Cette première expérience professionnelle est certes jugée enthousiasmante par la plupart des volontaires qui s’y engagent. Mais ce succès interroge. Est-ce un moyen d’insertion professionnelle ou d’épanouissement ? Comment vivre avec une rémunération mensuelle de moins de 600 euros ? Quatre jeunes volontaires en service civique, Sofia, Chris, Manuel et Guillaume, ont répondu à Edouard Zambeaux dans son émission Périphéries sur France Inter. Quatre engagements qui témoignent aussi de la précarité étudiante.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
1 RÉACTION
  • Nola 29 septembre 2014

    J’ai trouvé ce reportage très juste, l’analyse de chacune des personnes interviewées raisonne et fait réellement réfléchir. Je partage beaucoup de ces sensations sur le volontariat en service civique: à la fois tremplin, espace ouvert à l’expérimentation, espace de construction mais qui reste précaire et demande une grande débrouillardise et également une intégrité des structures accueillantes pour ne pas faire du service civique un moyen de créer des postes à bas cout. J’ai fait un service civique qui m’a apporté beaucoup, j’ai surement eu de la chance au vue de certains témoignages glanés sur internet disant avoir eu le sentiment d’être utilisé. Pour ma part j’ai eu le sentiment d’avoir été écouté et reconnu pleinement durant 10 mois. Merci encore pour cette expérience et merci pour cet espace d’expression!

RÉAGIS