Confusion seximentale

zep-paint-palette-adrian-van-leen-openphoto
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

On dit souvent que je parle comme un mec, que j’emploie des termes crus, que je parle de « cul » facilement et peut-être trop ouvertement. J’ai fait ma rentrée en master cette année. Je me suis dit que j’allais rencontrer des personnes intéressantes, cultivées et j’espérais bien, ouvertes d’esprit. Au début, ce sont de simples relations de collègues de classe, ensuite on aborde des sujets plus personnels :
– T’as un copain ?
– Non.
– Et depuis combien de temps tu es célibataire ?
– Bientôt un an
– Moi j’ai un copain mais on n’a pas encore couché ensemble. J’attends d’être amoureuse pour le faire. Je trouve ça rabaissant de donner son corps à quelqu’un dont on n’est pas amoureuse.
– Moi, il m’arrive de coucher avec des mecs juste pour la soirée et basta.

A partir de ce moment-là, je sais que j’ai été jugée. Dans ma tête, deux petites voix se confrontaient. L’une :
– Où je suis tombée là ? Dans une classe de frigides ? Je rêve ou je vais passer pour la fille facile ?!
L’autre rétorquait :
– Sans aller dans l’extrême, tu ne serais pas mieux en couple au lieu de t’envoyer en l’air avec des mecs qui ne seront plus là le lendemain ?

Essayer l’amour…

Alors vient le moment du doute. Faut-il systématiquement être en couple pour être heureuse puisque, de toute façon, la séparation est inévitable un jour ou l’autre ? Ou bien est-il préférable de choisir sa propre façon de vivre et s’envoyer en l’air quand on le souhaite et sans avoir de compte à rendre à personne ? Dans le deuxième cas, le bonheur est ponctuel et intense mais la plupart du temps je n’ai personne sur qui je peux me reposer. Et puis, bon, c’est l’hiver et faut bien le dire, l’hiver ça rend un peu. J’ai envie de me mettre sous une couette par temps de pluie avec mon copain, et mater des films à la télé. Ouais l’hiver, ça rend comme ça. Alors je me suis dit que j’allais essayer l’amour (au moins pour la saison).

Après deux, trois rencards (qui se sont, selon moi, très bien passés) avec un mec plutôt cool, il m’annonça qu’il s’était mis avec quelqu’un. Ascenseur émotionnel déclenché : incompréhension, colère, déception, faim (Roquefort, mon sauveur). Les rencards avec d’autres mecs se sont enchaînés. Des rencards à regarder ma montre, à rigoler à des blagues pas drôles par gène et à me dire que je serais mieux en pyjama à regarder « Tellement Vrai » à la télé avec ma coloc !

J’aime/j’aime pas

Alors c’est quoi la solution ?! Profiter et s’envoyer en l’air parce qu’on a qu’une vie ou chercher une relation stable, mais encore faut-il la trouver. Je me suis posé la question si je pouvais plaire aux garçons et s’il n’y avait pas quelque chose qui clochait chez moi. La personne qui me connaît le moins c’est tout simplement moi. Alors j’ai fait une liste de ce que j’aimais et ce que je n’aimais pas pour réussir à me définir. J’aime : la musique latine, parler espagnol, passer des heures à regarder le paysage en automne, peindre même si je n’ai pas de talent, chanter des chansons en yaourt, danser n’importe comment, partir à la dernière minute en week-end improvisé, boire un verre de vin blanc le soir avec ma coloc, fumer ma clope seule le matin avant d’aller bosser…. Je n’aime pas : ne pas avoir confiance en moi, les prétentieux, les petits pois carottes, me sentir rejetée.

Alors c’est ça, en écrivant ce post je me rends compte que la dernière chose que je n’aimais pas c’était de me sentir rejetée. Je fais l’amour ponctuellement avec des personnes différentes parce que je sais qu’il n’y a pas de lendemain. En amour, les lendemains sont incertains. Mais peut-être que je n’y connais rien.

 

 

Numa, 22 ans, étudiante, Marseille

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
TAGS :
4 RÉACTIONS
  • Clo 10 février 2014

    Numa, je comprends bien ce que tu ressens. Je suis déjà sortie avec un garçon, et ça s’est très mal passé. Depuis que je l’ai quitté, je me sens bien. Mais, maintenant que je suis célibataire, je ne sais pas ce que je veux: si je veux des histoires d’un soir, ou si je veux réessayer d’avoir un copain. Parce que quand on est célibataire, c’est la liberté, pas de compte à rendre. Après ma rupture, je me suis inscrite sur 5 sites de rencontres, mais je ne sais pas trop pourquoi j’ai fait ça. Pour essayer de l’oublier ? Rencontrer d’autres personnes ? Ou pour des plans cul ? De plus, je souhaite devenir comédienne et scénariste. Dans ce milieu là, je pense qu’il n’est pas facile de trouver quelqu’un (ce n’est qu’un avis, je peux me tromper). Un garçon m’a laissé ses coordonnées sur un site de rencontre, mais je ne sais pas si je lui plairais s’il me connaissais vraiment. Je n’ose pas le contacter (en plus si ça se trouve c’est un psychopathe). Et, cerise sur la gâteau, je suis gravement malade. Raison de plus pour profiter de la vie, me direz-vous. Ce n’est pas si simple. Va-t-il accepter ma maladie ? Va-t-il m’accepter comme je suis, avec mes qualités et mes défauts ? Je ne devrais peut-être pas me poser tant de questions… Juste pour te dire Numa, tu n’es pas seule dans ce cas là, et si tes camarades te jugent, c’est qu’elles sont bêtes !

  • C 12 février 2014

    Faisons l’amour quand on en a envie, profitons de nos amis, rencontrons de jolies personnes, arrêtons de mettre des étiquettes sur tout, faisons la fête, et un jour, on rencontrera quelqu’un qu’on aime un peu plus que les autres, et ce sera beau. En attendant, on peut aussi écouter Romain Duris, « C’est quoi ce bordel avec l’amour là ? Comment ça se fait qu’on devient dingue à ce point ? T’imagine le temps qu’on passe à s’prendre la tête la-dessus ? Quand t’es seule tu te plains : est-ce que je vais trouver quelqu’un ? Quand t’as quelqu’un : est-ce que c’est la bonne ? Est-ce que je l’aime vraiment et est-ce qu’elle m’aime autant que moi je l’aime ? Est-ce qu’on peut aimer plusieurs personnes dans sa vie ? Pourquoi on se sépare ? Est-ce qu’on peut réparer les chose quand ça part en couille ? Toutes ces questions à la con qu’on se pose tout le temps ! … Pourtant on peut pas dire qu’on y connaît rien ! On est préparés putain : quand on est petit on lit des livres d’amours, on lit des contes, on lit des histoires d’amours, on voit des films d’amour ! L’amour, l’amour, l’amour ! »,

  • s 2 mai 2014

    J’adore ton commentaire C. Ce sont de belles paroles mais en pratique c’est plus difficile a réaliser. Je ne sais pas si t’es un homme ou une femme. Mais moi en tant que femme bien sûre que j’aimerais coucher avec n’importe qui n’importe quand sans me soucier des « on dit » mais je n’y arrive pas. J’ai été élevée et conditionnée dans une ambiance religieuse où le sexe est tabou même la fornication. Et le sexe avant le mariage est impensable lol. Sans parler de la réputation de salope que ça me ferait… Le grand amour on est peu nombreux à encore y croire et du coup on est tous et toutes frustrées…

  • M 23 mars 2015

    Merci pour ce texte. Je me retrouve totalement dans ce que tu écris : célibataire depuis toujours, je me suis un peu forcée à essayer « l’amour ». Evidemment ça n’a rien donné.
    J’aime séduire et rencontrer des hommes, passer une nuit avec eux et même parfois deux (gros gros progrès déjà!) mais je ne suis, pour le moment, pas prête/adaptée pour plus. Je n’ai pas de sentiments pour ces hommes, alors peut être que je n’ai pas trouvé le bon ou peut être que ce n’est juste pas fait pour celle que je suis maintenant.
    C’est déjà suffisamment troublant et culpabilisant, « le regard des autres ». Quand j’explique que je n’ai jamais eu de relation le « regard des autres » hésite entre pitié et jugement, j’ai choisi de provoquer et de parfois un peu abuser pour effacer la pitié de leurs yeux.
    Le plus important c’est de faire ce que l’on a vraiment envie, avec qui l’on en a envie, non ?

RÉAGIS