Egalité filles/garçons : elles disent stop aux clichés sexistes

zep-objects-of-desire
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Pour la Semaine des droits de la femme, organisée à Perpignan en 2013, des jeunes de l’AFEV se sont mobilisées pour témoigner de quelques stéréotypes sexistes et les déconstruire, le plus souvent avec la meilleure arme : l’ironie.

« Elle est une salope, lui est un Don Juan. »

Au lycée, Margot sort avec un mec, ça fait deux jours. La semaine dernière elle était avec un autre. Elle a la réputation de sortir, voire, coucher avec tous les mecs. Tout le monde pense que c’est une fille facile. Mickaël, c’est « THE » mec du lycée. Toutes les filles le trouvent trop beau. D’ailleurs il a toujours une copine, différente chaque semaine, mais il est toujours pris : « Mickaël, c’est trop un beau gosse ». Mêmes profils mais des regards différents. Pourquoi serait-elle déconsidérée et lui valorisé ?

Lucile, 24 ans, Libourne

« Femme au volant, mort au tournant ! »

Depuis que j’ai le permis j’t’entends me dire, qu’une femme ne devrait pas avoir le droit d’conduire ! « Fais attention au poteau », « vas-y descend j’vais t’faire ton créneau », mais sérieux mon gars faut pas généraliser, perso moi j’ai jamais raté une priorité. C’est pas méchant, ça m’fait même rigoler, mais si tu veux jouer avec les clichés, n’oublie pas que c’est moi qui conduit quand t’as trop picolé…

Charlotte, 19 ans, Perpignan

« Hé salope ! J’te parle ! »

Quand je marche dans la rue et que j’entends une formidable invitation à l’amour du type : « Tss Tss, Mademoiselle, t’es très charmante, j’te mettrai bien sous ma couette ! », j’ai tendance à ne pas répondre et à continuer ma route. C’est là que cela devient encore plus fougueux et que j’entends me dire : « Hé salope ! J’te parle ! ». Aucun doute, cette personne essaie donc de communiquer avec moi. S’installe alors un immense dilemme entre faire demi-tour pour aller expliquer à cet homme que je ne suis ni un objet, ni une salope ou bien continuer ma route et contenir la colère qui m’envahit.

Jeanne, 24 ans, Perpignan

« Oh ça va, t’es pas vraiment une fille toi ! »

Oui, j’aime porter des survêtements moelleux quand j’ai envie d’être à l’aise. Oui, j’aime faire du sport et regarder des matchs de foot à la télévision. Mais je ne suis pas pour autant une « demi-fille »! Avis aux garçons machos et aux filles caricaturales !

Chloé, 21 ans, Perpignan

« Fais pas ta fille ! »

Un été, avec des ados, retour sur la colo à vélo après un festival, lors d’une après-midi pluvieuse. Hassan, un adolescent de 14 ans refuse de s’asseoir par terre pour le pique-nique parce que c’est sale. Pour le motiver, l’animateur à mes côtés lui dit : « Mais Hassan, fais pas ta fille ! » Les bras m’en tombent ! Je ne peux pas m’empêcher de le reprendre. Cette phrase, vraiment : aucun rapport !

Marion, 24 ans, La Rochelle

« Le moment fatidique où ton prof de sport dit : Bon on va faire deux groupes, d’un côté les forts, de l’autre, les filles ! »

Ne nécessite pas de commentaire… !

Lisa, 19 ans, Grenoble

« Ca y est, tu es bonne à marier »

Si tu sais cuisiner, faire le ménage, coudre, repasser et laver le linge, ça y est, c’est bon : tu es enfin prête à rencontrer quelqu’un et à construire quelque chose. En ce qui me concerne, bien que j’aime vivre dans un environnement propre, faire le ménage n’est pas ma passion. De plus, je ne sais absolument pas cuisiner et m’occuper de mon linge me fait royalement ch..r !! Non, je n’ai rien d’une parfaite petite femme d’intérieur. A priori je ne serai donc pas bonne à marier. Et tant mieux ! Ça m’aidera à faire le tri entre un macho et celui qui sera avec moi par amour.

Hélène, 26 ans, Toulouse

« Ça va ! T’as tes règles ou quoi ? »

Non, mon agacement est très sincère et n’a rien à voir avec mes hormones et là tu aggraves ton cas je pense !

Elsa, 25 ans, Perpignan

« Attends, t’aimes pas cuisiner ? Mais pourtant t’es une fille! »

Non, par contre j’aime manger ! On échange de tablier ?

Fedwa, 23 ans, Grenoble

« Femme à lunette, femme à kekette ! »

Mes amis, si la myopie avait comme effet secondaire l’appétence sexuelle, ça se saurait ! Et on en fait quoi des femmes à lentilles ?! Elles seraient moins coquines ?

Moi et mes lunettes vous demandons la paix. Ni intello, coincée, moche ou plus fan des kekettes qu’une autre !

Mélanie, 21 ans, Perpignan

« Toi au moins tu as de la chance, ton mec il fait la vaisselle et la cuisine ! »

Prononcée par une amie, qu’est-ce que cette phrase peut m’énerver ! Quoi de plus normal que de s’occuper de soi en faisant de quoi diner puis une vaisselle de temps en temps ! Et bien non ! Lorsque j’entends cela, je bouillonne par le fait d’ériger une statue à des gestes du quotidien. J’ai l’impression de vivre une double peine : celle d’en faire « plus » au quotidien : travailler, anticiper, préparer, faire des listes (de courses, de factures à payer, d’invitations à ne pas manquer, de sorties culturelles, etc…) sans parler des « Dis t’as pas vu mes clés, ma veste bleu, …? » et en même temps d’être reconnaissante d’une participation moindre du mâle en présence. Ce dernier entre en scène, acte II scène 2 : « je vais préparer un petit plaaaat ! » et mes copines fondent littéralement ! J’use alors de mon ironie au quotidien pour démonter cette affaire, histoire d’impacter un peu… et de ne pas passer pour une râleuse, dingue !

Yasmina, 33 ans, Perpignan

« Les femmes n’ont pas le sens de l’orientation »

Qu’est-ce que ce sous-entendu a pu m’énerver l’été dernier. J’animais un camp de vacances à Paris, ville que je connais très bien, ayant toujours vécue en Ile de France. Mes collègues masculins avaient beau vivre d’ordinaire à Lyon, Nancy ou Toulon, rien à faire : c’était à eux de diriger ! Enfin ça n’a duré que deux jours… Après ils m’ont laissé faire les itinéraires. Va savoir pourquoi, ils en avaient assez de se perdre…

Adèle, 20 ans, Cergy

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

RÉAGIS