François Hollande, à quand la fin des insultes ?

Hollande
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Dans la bouche des Français : la violence. « Hollande, va te faire… ! » Le nouveau vocabulaire patriotique est devenu pitoyable…

Les parents ne cessent de dire à leurs enfants : « Sois poli ! » Pourtant, ce sont les premiers à dire : « Tu vois, ça, c’est un gros naze », en désignant François. Oui, je l’appelle François. C’est bien comme ça qu’il a été baptisé, non ? Est-ce que vous appelez le roux que vous croisez dans la rue Poil de carotte ou Fifi Brindacier ? Votre prof un peu dégarni ne s’appelle pas non plus Crâne d’œuf ou Homer Simpson ! Même si vous avez parfois très envie de donner ces surnoms ridicules, vous ne le faites pas ! Eh bien pour François, c’est pareil : pas Flamby, ni Rainman, juste François ou M. le Président.

Un être humain, comme nous

Avant d’accéder aux plus hautes fonctions de l’État, François était comme vous et moi. Il est sorti du ventre de sa mère, tout comme nous. Il a appris à marcher, à parler et à rire, tout comme nous. Il a joué aux billes avec ses copains le temps d’une récréation, tout comme nous. Il a eu des profs sympas, bizarres, hystériques et tyranniques, tout comme nous. François est un être humain, tout comme nous ! Mais lui a décidé de se plonger dans le monde compliqué de la politique. Et c’est, selon moi, la pire décision qu’il ait prise. Pourquoi ? Parce qu’il a atteint le poste le plus prestigieux de sa carrière : résident officiel du Palais de l’Élysée. François est devenu le personnage public n°1. Ainsi, toute sa vie va être inspectée dans les moindres détails : ses amis, ses amours, ses emmerdes. TOUT !!! À croire que le citoyen français est né pour critiquer, insulter et dénigrer son chef.

Un Président heureux, un Président qui gouverne mieux

Bien sûr, François a fait des énormes boulettes, qui n’auraient jamais dû se produire, mais, fermez juste vos yeux trente secondes et imaginez-vous une France avec un gouvernement pouvant compter sur ses compatriotes. 3, 2, 1… Retour à la France de 2015. Vous connaissez sans doute cette célèbre phrase : « Un travailleur heureux est un travailleur qui produit mieux. » Appliquez ce principe à François : un Président heureux est un Président qui gouverne mieux. Le problème de la France ? Les Français !!! Vous voulez que les choses changent vite, pas vrai ? IM-PO-SSIBLE ! Une politique à court terme est une politique qui n’aboutit à rien. Patientez et ayez confiance en votre Président, celui-là même que VOUS avez élu ! Franchement, les plus c*** dans l’histoire… c’est nous.

Quentin, 16 ans, lycéen

Crédit photo jeanne menj sur Flickr 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
TAGS :

RÉAGIS