Harcèlement de rue : « Je ne suis pas ton jouet ! »

Sexisme harcelement de rue
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Je suis une femme ET j’aime les femmes. Et alors ? Je suis bien d’accord oui, quel est le problème ? Malgré le fait que j’ai deux fois plus de chance d’être discriminée, je supporte deux fois moins, et de moins en moins, le harcèlement de rue.

Jolies et souriantes, sous-entendu bandantes

« Harcèlement de rue », trois mots sur des expériences quotidiennes ; des regards plus ou moins insistants, des blagues lourdes, des gestes déplacés, des stéréotypes qui t’abîment les tympans, du dénigrement et toute une liste d’attitudes oppressantes et répétées.

Être une femme n’est déjà pas évident dans l’espace public. Être une femme homosexuelle c’est pire. Alors je supporte encore moins, lorsque je suis avec ma copine dans des lieux publics comme un supermarché, un bar ou juste la rue, de subir le harcèlement d’hommes qui pensent réellement qu’on leur appartient, sous prétexte qu’on est des femmes jolies et souriantes, sous-entendu plutôt bandantes.

Mon petit gars, je ne suis pas ton jouet

« Je vous épouserais bien toutes les deux. »

« Quel jus de fruit vous me conseillez les filles ? Parce que celui-là, il m’excite le matin. »

Mais mon petit gars, je ne suis pas ton jouet. Tu ne peux pas te permettre de rentrer dans ma bulle quand tu le souhaites. Je ne suis pas un pion dans ton terrain de jeu qu’est l’espace public. Et je t’emmerde. Profondément. Je sais que ma copine est jolie, j’en suis même dingue. Mais là, tu pénètres littéralement mon intimité sans mon consentement.

En harcelant une femme, quelle qu’elle soit, tu rentres dans son cercle intime sans qu’elle t’y ai invité. Tu lui enlèves sa liberté. Sa liberté de marcher dans la rue sereine, jour comme nuit. Sa liberté de choisir des vêtements sans penser à ce que cela provoquera, et ce qu’elle risque. Le risque. Sortir dans la rue est devenu un risque à prendre. S’habiller trop ou pas assez. Regarder le sol, ne surtout pas entrer en contact visuel avec celui que l’on croise. Raser les murs. Ne pas se sentir à sa place. Faire semblant quand même.

Si tu veux me connaitre, respecte-moi

La guerre n’est pas déclarée. Mais arrête de me la faire à l’envers en prétendant que ce sont mes regards qui te donnent le top départ, mes cuisses trop voyantes ou mon sourire. Ma présence en fait ?

Si je te dérange, change de trottoir. Si tu veux essayer de me connaître, respecte moi.

Tu me mets les nerfs. Pourtant, je ne suis pas du genre très énervée. Je suis de nature calme, patiente, à l’écoute, tolérante.

Il faut juste comprendre qu’au bout de la troisième ou quatrième fois dans la journée, depuis des années, ces qualités s’étouffent dans l’oppression que ton comportement provoque. Alors bien sûr, je m’en veux de dépenser de l’énergie pour ça et d’avoir laissé de côté ma pédagogie, à force d’épuisement, pour des regards noirs, de l’ignorance et une envie profonde de devenir agressive. Parce que ce n’est pas normal, ni acceptable. Je ne le supporte plus.

Et je ne continuerai pas à l’accepter. Alors change de regard, respecte les femmes et l’espace d’autrui. Je sais que tu en es capable.

 

Carole D., 22 ans, étudiante en sociologie, Poitiers

Crédit photo Flickr / Pollobarba

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
2 RÉACTIONS
  • Hélène 25 juillet 2016

    Merci Carole, comme toujours les articles de zep sont indispensables. Je suis beaucoup plus âgée que vous, (49 ans) mais l’énervement reste intact. Ce que je puis dire depuis mon grand âge : je me suis tue, j’ai baissé les yeux trop souvent. Aujourd’hui, une fois le minimum de sécurité vérifié, c’est-à-dire que quelques personnes soient présentes autour de moi, Je riposte, je ne culpabilise plus sur mon énervement, je crie fort, je prends les autres personnes à témoin. « Non mais, je ne vous ai pas demandé votre avis , je vous demande de vous taire !!!! Mesdames, (je m’adresse aux autres femmes) vous imaginez si nous donnions notre avis sur ces messieurs…  » J’essaie d’obtenir une réaction, parfois il y en a… Il ne faut plus se taire, ici, sur d’autres canaux, en direct dans la rue, il faut riposter, il faut en parler avec nos amis hommes, leur raconter, qu’ils se rendent compte. Ça bouge, c’est grâce aux témoignages de femmes plus jeunes que j’ai osé. Continuons à lutter, ça donne la pêche, ce n’est pas triste 😉
    Chaleureusement, Hélène

  • lightdys 25 juillet 2016

    C’est vrai qu’ils sont vraiment TRES PENIBLES ces mecs. Les « ça va? » quatre fois de suite, les « T’es jolie, tu sais? » et autres conneries. Seule solution : être glaciale et très ferme. Personnellement, j’en ai renvoyé un ou deux à leur place en leur disant carrément : « Bon écoute, la drague à deux balles dans la rue, ça marche pas avec moi » ou « Ecoute, on se connaît pas, alors du large! » Souvent ça suffit. Mais c’est hyper RELOU !

RÉAGIS