Les grands de la cité sont-ils des exemples ?

25375730980_4b76efb26d_o
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Les grandes ailes ? Les grands buildings ? Les grands rêves ? Non, rien de tout cela : les grands de la cité. Des exemples pour tous, mais pas pour les mêmes raisons.

Les parents les utilisent pour nous dire que si on « continue comme ça », on deviendra comme eux : « Des glandeurs qui ne font rien de leur vie, qui restent sur leur banc et vont finir clochards du ‘sept-sept’ ». Voilà comment les grands sont décris par les vieilles du rez-de-chaussée. Le banc, c’est la première chose qui me vient à l’esprit lorsqu’on me parle des grands de la cité. Ce banc, le lieu où ils crèchent… On les entend rire depuis l’autre bout de la cité. Ce sont des gens marrants pour les uns, bruyants pour les autres. Les grands, ce sont les genres de personnes qui « check » en te disant : « Wesh wesh beau gosse ». La personne peut ne pas te connaître personnellement, on sait toujours que tu es dans une cité : « Hé ! T’es pas le grand à Mehdi, a wai la vie d’ma dar que j’t’ai cramé ». Ces grandes ont une grande influence sur tous les autres. On veut tous être des gangsters respectés du quartier, des dealers pendant les heures perdues.

Méprisés par certains, exemples pour les autres. Et moi, est-ce que je veux être comme eux ?

 

 

JL, 15 ans, Île-de-France

Crédit : jmsatto (Les Ulis)

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

RÉAGIS