Soumeya

Soumeya5 mars 2016 2 mn

Citoyenne du monde, qui privilégie l’être à l’avoir. Jeune demoiselle de 21 ans qui par le monde est déconcertée, mais qui ne perd pas espoir. Jeune demoiselle qui a confiance en les générations futures, et qui pensent qu’elles peuvent créer un meilleur avenir.

Un poème pour dire ma révolte !

Être jeune ça peut vouloir dire angoisser, rejeter une société injuste, crier contre le monde; parfois en poésie.

Par Soumeya5 mars 2016 2 mn

Ils veulent nous faire taire,
Que l’on soit de ceux qui se terrent,
Mais chers diplomates, je regrette,
Votre manipulation je la rejette.
En désaccord avec ce que les medias conditionnent,
De votre société je démissionne.

A vos yeux, je serais une marginale,
Mais aux miens, juste une femme morale.
Vous prônez une société inégale,
Tandis qu’à sa devise, on voudrait la voir loyale.
Oui, à vos règles je refuse de me plier,
Tant qu’elles iront à l’encontre de mon intégrité.

Vous voulez détruire notre identité,
Pour, à votre guise, la modeler.
Sachez que je suis seule maître de mes idées,
Je ne ferai pas partie des manipulés.
Parfois révoltée, mais agissant toujours avec sérénité,
Pour la Justice, je m’engagerai !

Vous savez, je suis fatiguée par le genre humain,
J’essaie de le comprendre mais en vain.
Il nourrit sa cupidité,
Et affame son humanité.
En dépit de sa raison,
Il ne pense qu’à sa réputation.

Ne cherchant qu’à faire des envieux,
Le genre humain court à sa perte,
Le monde s’écroule et il reste inerte.
On oublie la compassion,
Au profit des passions.
Le genre humain a perdu toute humanité.
Il ne pense pas à s’entre-aider,
Mais plutôt à s’enfoncer.

Entretenant des guerres de territoires,
Et arrachant des mères à leurs enfants chaque soir.
On carbure à la terreur, et s’allie aux dictateurs,
Qu’importe les conséquences,
Du malheur des autres on ne veut pas avoir conscience.

Soumeya K., 21 ans, volontaire  en service civique à l’AFEV, Toulouse

Crédit photo Camille C.

 

TAGS :

2 réactions

  1. J’ai appréciée lire ton poème, qui est ma façon exacte de pensée.
    J’écris ce même genre de messages, à travers poèmes et chansons;
    je me rend compte (et heureusement) que je ne suis pas la seule, à ne plus croire en l’humain,
    qui détruis tout, qui se fait du mal, qui n’a aucune pitié et qui ne regrette rien.

    J’aimerais beaucoup partager avec toi, sur la poésie, vue qu’apparemment, nous avons la même passion des mots, de transmettre nos maux, qu’on voudrait qu’ils porte écho 🙂

  2. Salut! Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me touche. On est beaucoup à ne plus croire en l’humain, mais on y croit quand même un peu en voulant changer les choses, en prenant conscience de nos capacités à tout améliorer.
    Je te retrouve sur facebook =)