Réfugiés : pour toutes ces vies qui affluent je continue !

Grande Synthe
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

J’aime, avant de commencer à écrire, réfléchir sur les objectifs que je poursuis au travers de cet exercice. Faire du style ? Sans doute. Porter un message ? Assurément. Mais lequel ? Les causes qui m’animent sont aussi multiples que mes identités, et je peine à les hiérarchiser lorsque, stylo à la main, je me pose la question : de quoi est-ce que je veux leur parler ? Je déambule dans les rues de ma ville, en essayant d’articuler toutes ces idées dans mon esprit. Bienvenue dans ma Zone.

From GS to the world

Les contraintes de l’écrit me font oublier les règles de politesse les plus élémentaires. Je me présente : Hakim, 24 ans, né à Malo-Les-Bains de parents Comoriens, et habitant une ville populaire de 20 000 habitants dans l’agglomération de Dunkerque. Et vous ? Ne répondez pas tous en même temps, on ne s’entend plus. Déjà que l’autre n’arrête pas de passer avec sa moto sur l’avenue. Je vois que vous avez des profils divers. Tant mieux. Mon message aura d’autant plus d’impact. From GS to the world. Comme au bon vieux temps.

Vous n’avez pas encore toutes les clés entre les mains pour comprendre les références disséminées dans ce texte, mais je peux vous éclairer sur certains points. « GS », c’est ma ville. Grande-Synthe. Cet ancien village devenu après la guerre le point de chute des ouvriers des quatre coins du monde (j’abuse un peu) alors que les usines sortaient de terre. J’ai œuvré durant de longues années pour faire apparaître aux yeux du plus grand nombre ce qu’ils ignorent de nos quartiers : derrière les faits divers, la violence, les incivilités ; les liens humains, la joie de vivre, l’intelligence. J’étais alors loin d’imaginer que GS serait pour moi le théâtre d’un tout autre combat.

Se mobiliser pour les exilés 

La vue des commerces du quartier alignés me fait esquisser un sourire triste. Depuis quelque temps, à côté des cafards squattant devant le tabac, on peut apercevoir des groupes d’hommes et de femmes, portant sur leur visage le teint hâlé de ceux qui viennent de loin. A vrai dire, des « migrants », on en trouve depuis plusieurs années par ici. Depuis la création de la « jungle » grand-synthoise. Mais ces derniers mois, les flux migratoires prennent de l’ampleur, comme ils disent à la télé, et ça ne se ressent pas qu’à Calais. Un groupe de Syriens à qui j’ai parlé sur le camp croise mon chemin. Je murmure une salutation timide, qu’ils n’entendent pas. Ils continuent leur chemin vers le café.

Du coup ça parle. Sur les réseaux, dans la rue, dans les familles, et bien entendu, dans ma ville. Et moi je suis fatigué. Fatigué car ce que j’ai vu durant mes huit mois de service civique sur les jungles du Dunkerquois et du Calaisis a achevé de me convaincre de la nécessité de venir en aide à ces gens que la vie a poussés loin de chez eux, souvent à coups de bombes et de machettes ; mais si peu comprennent. Fatigué car après avoir ramé à contre-courant et endurer l’adversité pour défendre, fédérer, les Blancs, les Arabes, et les Noirs de ma ville, je réalise qu’il est plus urgent encore de se mobiliser pour les exilés qui dorment à côté de chez nous. Mais beaucoup hélas ne savent toujours pas faire la différence entre un Soudanais, un Syrien, un Erythréen, un Afghan, un Irakien. Alors ils lancent, par ignorance, des arguments qui ne tiennent pas la route. Comme cet internaute appelant les migrants à se rebeller contre l’oppression au lieu de fuir, à l’instar des résistants combattant les Nazis. Comme s’il n’y avait pas, à l’origine du chaos syrien, la rébellion contre Bachar ; comme si aucun Français n’était jamais passé en zone libre… Je suis fatigué.

Continuer le combat, toujours

Mais je continue. Je continue pour Malik. Je continue pour Alam, Abraham, et tous les oubliés du Darfour. Pour que nos échanges au BCMO ne restent pas vains. Je continue pour les Syriens du quai, et de l’Eglise, qui m’ont invité à partager leur repas. Pour ce rescapé de l’horreur qui m’a demandé, « And you, do you have problems ? ». Que pouvais-je lui répondre ? Je continue. Pour ces gosses que j’ai croisé à Tatinghem, perdus en pleine campagne entre deux champs, gelés par le froid, et qui avaient écrit sur leur abri, « Please Allah help us ». Pour cet enfant de 16 ans, la cheville cassée après une rencontre avec un CRS zélé, qu’on a accompagné aux urgences, sous les regards médusés des patients… Pour tous ces gens, je continue. Et la liste est longue. Je passe l’angle du café. Le brouhaha des discussions s’éloigne.

Un coup de klaxon me sort de ma rêverie. Je reconnais un pote à moi. « Je te dépose ? » On raconte nos vies, ce qu’on fait, si on a revu un tel. Entre deux répliques, mes pensées résonnent dans l’habitacle. Je dois continuer à soutenir les migrants. Fût-ce par une aide ponctuelle, et quelques écrits. Continuer, parce que je sais que la vie est une jungle à ciel ouvert, et à quel point il est déchirant de ne trouver personne pour vous répondre, quand on appelle au secours. Continuer, parce que, même si les situations n’ont rien de comparable, je peux difficilement rester de marbre face à la xénophobie, au sens premier du terme, qui sévit tout autour, et trouve dans les migrants une nouvelle proie. Continuer, parce que je garde en moi ce rêve, d’un monde où toutes les personnes en détresse trouvent sur leur route quelqu’un pour les prendre sous son aile, et les ramener à la maison, qu’ils soient Sans Domicile Fixe, demandeurs d’asile, malades, ou tout simplement tristes. Quant à ceux qui voudraient arrêter par des murs ces millions de vies en trop ; ces êtres supérieurs, immunisés depuis l’aube de l’humanité contre la guerre et la misère : nous n’avons plus de place ici pour eux.

On ne peut pas accueillir toute la bêtise du monde.

Qu’ils s’en aillent donc demander l’asile, au pays des imbéciles.

Hakim, 24 ans, blogueur et ambassadeur d’Unis-Cité, Grande-Synthe

Crédit photo Archives La Voix du Nord

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
1 RÉACTION
  • Superman 16 décembre 2015

    Cher Hakim… Pour faire un comparatif simple, la France est actuellement comme une famille très très endettée (bien loin des 33% d’endettement autorisé pour les familles). La France à déjà plus de 2000 milliards de dette (c’est pas rien quand-même)! Imaginons que tu es père de cette famille de 3 enfants. Tu n’as déjà plus de quoi finir les fins de mois, tout tes enfants ne mangent plus à leur faim.

    Est-il raisonnable dans ce cas là d’en adopter 3 autres, non-bien sûr personne ne le ferait. Pourquoi notre pays ne se comporte pas comme un « bon père de famille »? Certes tous ces migrants ont des problèmes et pas uniquement « la guerre et les bombes » comme tu le dis. Il ne faut pas ignorer que certains sont des migrants économiques. Que faire? Continuer à accueillir ce flux inépuisable… Ils sont déjà plus de 900 000 migrants arrivés en Allemagne. On annonce 3 millions pour 2016.

    Avec l’ouverture des frontières entre pays européens, beaucoup d’entre eux vont arriver en France et grossir les rangs de ceux qui sont déjà à Calais. Notre état providence n’en a plus les moyens. Quand la France aura épuisé toutes ces ressources, que feront nous? Les Français viendrons grossir ce flux de migrants? Où irons-nous? Qui aidera ces personnes et nous par la même occasion?

    L’europe et la France n’a pas pour but d’accueillir toute la misère de la planète… Et nous ne le pouvons pas! C’est physiquement impossible…

    Alors tu pourras me taxer de xénophobe ou de raciste mais tu seras bien loin de la vérité. Crois moi, je sais bien de quoi je parle. Je n’ai pas fait un service civique de quelques mois mais j’ai travaillé comme consultant justice auprès de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) de Calais de 1999 à 2015. Il faut une volonté politique forte pour changer les choses durablement. Ca n’arrivera jamais. A l’heure actuelle, on préfère le statu quo. On continu à entasser toujours plus de personne dans cette « jungle » (je déteste ce mot) sans vraiment chercher de solution. Sans budget et personnel ça va continuer. Il faudrait au bas mot plusieurs milliards et 4/5000 personnes pour gérer ce désastre humanitaire.

    Ta manière de pensée est louable mais pas viable à long terme. Gérer l’après coup, pleurer sur le sort de ces personnes. Il faut travailler en amont. Empêcher ses personnes d’arriver en europe et dans la limite du droit français, être ferme sur les expulsions. Une fois notre pays remis sur les rails et prospère, là on pourra aider efficacement ces peuples.

    Mais quand le bateau coule, ça ne sert à rien de prendre de nouvelle personne à son bord. Le bateau coulera encore plus vite et tout le monde finira par se noyer!

RÉAGIS