« Viens là, p’tite pute ! »

stopharcelementde rue
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

On était en train de se promener dans le centre-ville de Nantes, on avait quinze ans, habillées en jean-basket-doudoune-écharpe et peu de maquillage. Deux jeunes hommes d’environ dix-sept ans sont venus derrière nous et ont commencé à nous regarder avec insistance. Ils sont passés devant nous en parlant une langue étrangère et il nous a semblé qu’ils parlaient de nous. Un des deux s’est accroupi devant une de nous et a fait semblant de refaire son lacet. Ils ont commencé à nous parler, et ont touché les cheveux d’une d’entre nous, lui ont dit « T’es belle, toi ! » Légèrement paniquées, nous avons accéléré le pas, laissant notre amie derrière nous… Nous ne l’avions pas vue, car nous pensions qu’elle nous suivait et nous n’osions pas nous retourner.

Il suffit d’un sifflement, d’un mot

Ça, c’est du harcèlement de rue. Il suffit d’un sifflement, d’un mot, d’une phrase, et tu te sens attaquée. Comme « Wesh, t’es belle, toi ! ». Ou « T’es bonne, mademoiselle ! ».

Et puis, il y a le physique : pas forcément un attouchement, cela peut aussi être un regard insistant sur toi. Par exemple, les bandes de jeunes hommes qui traînent et qui te fixent avec « envie ». Il y a aussi des personnes qui te suivent pendant cinq minutes. L’attouchement est quelque chose d’encore plus fort : dans le bus, tu es assises à côté de la vitre et un jeune homme, bouteille de whisky à la main, paraissant saoul, vient s’asseoir de l’autre côté. Puis, il te passe le bras autour des épaules et te dit avec un sourire malsain : « Ça va ma chérie ? ». Et il reste, comme ça, pendant cinq minutes. Tu ne peux pas bouger, coincée entre la vitre et lui. Quand il sort du bus, il te fait un clin d’oeil et te dit : « On se retrouvera !».

Est-ce que c’est de ta faute ?

Pendant et après ça, tu as peur… Tu cherches une solution pour t’échapper, et tu te demandes quelquefois si c’est la fin de ta vie. Tu n’oses pas répondre, de peur que les personnes continuent à te harceler, mais tu te dis que si tu ne réponds pas, ils vont le faire à d’autres personnes et savoir que ça fait peur.

Puis, quand tu rentres chez toi, le soir, tu te questionnes : est-ce que c’est de ta faute ? Est-ce que tu étais habillée trop sexy, trop vulgaire ? Est-ce que tu as eu un comportement trop provocant ? Est-ce que tu as marché d’une façon qui mettait trop tes formes en valeur ?

Tu te remets en question pendant longtemps, mais, souvent, au final, tu as beau chercher la petite bête, tu n’as vraiment RIEN à te reprocher.

Le harcèlement, gravé dans la mémoire

De temps en temps, tes proches te disent : « C’est normal, t’as vu comment t’étais habillée ? ». Ou, pour les grands frères, c’est : « Je vais aller leur péter la gueule ! ». On passe d’une réaction « blasée », qui considère que c’est toi la coupable, à une réaction exagérée. Et il y a aussi ceux qui ne cherchent pas à savoir à qui est la faute mais qui, plutôt, condamnent juste le harcèlement. Tes parents sont inquiets pour toi, te demandent si tu vas bien.

On n’ose pas tout dire, car certaines personnes te disent : « Bah, pourquoi tu le prends mal ? C’est un compliment ! »

Le harcèlement oral, que certaines personnes jugent « anodin », est sans doute le plus blessant, mais aussi celui qui se grave le plus dans la mémoire…

Finalement, le harcèlement, aussi bien physique que moral, est une chose qui reste gravée dans la tête de la « victime ». Malheureusement, il n’est pas assez dénoncé et puni par la loi…

Claire et Prisca, 16 ans, lycéennes, Nantes

Crédit photo Ladylunatique

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
15 RÉACTIONS
  • Elodie 20 février 2016

    bravo les filles et merci de vous exprimer sur le sujet!
    j’ai moi même eu votre âge, et un harcèlement de rue à 16 ans m’a marqué à vie. C’est incroyable de voir à quel point les prédateurs n’ont pas de scrupules à s’en prendre à des femmes si jeunes!
    Et à cet âge, on est très fragile.
    Le harcèlement de rue doit être pénalisé!

    • bel 7 avril 2016

      ne m’en parlez pas, j’ai grandi à Toulouse ou marcher consistait à éviter les chantiers, les militaires en groupes, les « dragueurs » de tous poils! Le parcours de la combattante! Un cauchemar quotidien. Je cours en campagne à 52 ans et ça continue! Les mecs miaulent quand je passe, imitant la chatte en chaleur, elle est pas belle la vie?

  • Serge 20 février 2016

    Bonjour
    Merci pour le témoignage car, nous, hommes, nous ne nous rendons parfois pas compte pouvoir jouer ainsi sur la peur, et comme cela peut meurtrir. Entre un regard ou un mot -qui serait comme un hommage au féminin et en quoi cela nous touche profondément-, et la prédation engendrée par le désir qui se manifeste, il y a vite confusion. Il y a à dire, à comprendre. Vous y contribuez…

    • bel 7 avril 2016

      Je fais la différence entre un compliment charmant et une attitude sans équivoque, un jour, j’étais habillée en tailleur « groseille » et maquillée pour une sortie. Au sortir du métro, un homme très souriant m’aborde et me dit « madame, il faut que je vous dise que vous êtes magnifique » et vite il se sauve. Charmant et tellement à l’opposé du harcèlement!

  • Laetitua 20 février 2016

    Bonjour
    J’ai 46 ans et je me souviens de tous les harcèlements ou attouchements dont j’ai été victime depuis l’âge de 14 ans…
    A 14 ans, au college, j’attendais mon tour pour entrer à la cantine quand j’ai senti une main qui s’insérait dans mon entrejambe et qui tentait de pénétrer mon vagin à travers mes vêtements.
    A 16 ans, sur le chemin du lycée, un homme s’est approché de moi et a tendu des mains vers ma poitrine en disant « ça pousse, ça pousse »… il ne l’a heureusement pour moi pas touchée.
    A 22 ans, je me rendais chez une amie, un homme m’a suivie dans son escalier. Prise de peur, je me suis mise à courir jusqu’à l’appartement de mon amie et en entrant chez elle, j’ai aperçu cet homme, le sexe sorti pointé vers moi qui me disait « t’es bonne, t’es bonne »
    Je ne compte pas les fois où je me baladais tranquillement et où j’ai eu droit à des remarques salaces sur la taille de ma poitrine ou de mes fesses…
    Je me suis mariée et ça s’est calmé : avoir un homme et des enfants autour de soi protège de ce genre d’agressions semble-t-il… même si je trouve cela intolérable.
    Peu à peu, je suis sortie de plus en plus souvent seule, enfants qui grandissent et divorce obligent, et les harcèlements ont repris.
    Il y a 4 ans, un homme m’a littéralement traquée dans un supermarché pour finalement coincer mon caddie sur le parking avec sa voiture. Il m’a le plus simplement du monde proposé de coucher avec lui
    Ces derniers temps, je subis aussi du harcèlement sur les réseaux sociaux : se faire traiter de tous les noms par des hommes déçus que l’on ne réponde pas à leurs attentes sexuelles est courant.
    Et dernière en date, il y a 3 jours en boîte de nuit avec des amies : je me suis fait happer physiquement par un gars qui voulait absolument que je danse avec lui. ..
    Alors oui, je confirme, le harcèlement n’est pas anodin puisque 32 ans après le premier que j’ai subi, il me hante encore….

  • Prout-la-Licorne 21 février 2016

    Merci mesdemoiselles ! Pour avoir osé dénoncer ce type de harcèlement considéré comme anodin pour beaucoup trop de personnes. En lisant votre témoignage j’ai vécu à nouveau les harcèlements physiques et morales que j’ai moi-même subit. Et le moins que je puisse dire c’est que des années plus tard je n’est pas oublié?, je suis marqué à vie. Je suis toujours prudente, aux aguets. Ne pas s’habiller « trop provocante » ne pas regarder les mecs trop fixement, dans le tram ou le bus, choisir une place d’où je peut facilement sortir et près de la sortie, Eviter les endroits isolés etc… Bref ! ce type de harcèlement est très traumatisant. Il ne faut pas prendre cela à la légère. Nous ne sommes pas des objets. Bonne continuation à vous

  • Gwendoline 21 février 2016

    J’ai 24 ans et le nombre de harcèlements que j’ai subie et subie encore ne sont plus comptables. Peut être une bonne 50aines. Ça passe par les propositions sur Facebook ou autres sites, aux gars en soirées qui font semblant d’être gay ou inintéressés pour « amicalement » mieux t’approcher et pouvoir tenter mieux de te toucher ou t’embrasser, aux remarques, insultes, demandes, propositions, contacts physiques ou être suivie que ce soit dans la rue, une auberge de jeunesse en voyage, dans un magazin, dans le bus. J’en ai de toutes les sortes à offrir, plus ou moins effrayants. Le seul avantage c’est que ça m’arrive tellement souvent que je deviens de plus en plus capable de réagir! Je sais à chaque fois que je sors de chez moi et que je suis seule ou juste avec une fille que ça peut arriver à tout instant, j’y suis malheureusement prête maintenant et n’ai plus ou presque peur. C’est devenue une banalité, un combat de tous les jours ou presque, auquel on finit malheureusement par s’habituer. Les hommes ne se rendent pas compte que la séduction se fait dans le partage, pas dans le bourrinage ou l’insistance mielleuse. La séduction c’est à deux! Si on ne répond pas où montre un signe de désapprobation, ils pensent probablement qu’on a pas compris ou pas bien vue et qu’en insistant on va changer d’avis.

  • Cecile 21 février 2016

    Bravo pour cet article et les réactions de chacun et de chacune. Moi aussi, depuis que j’ai 11-12 ans il ne se passe pas un mois sans que je subisse le harcèlement… Et j’ai 43 ans!!! Toutefois la fréquence était beaucoup moins importante dans certaines villes d’angleterre ou j’ai habite. Et surtout, depuis mes 20ans je réagis, parfois trop tard, mais Je confronte souvent l’auteur et dans la majorité des cas Je sens qu’ils comprennent que Leur action n’est pas acceptable. Surtout je me sens moins victime.

  • miha 21 février 2016

    Je pense que toutes les femmes peuvent témoigner de ce genre de mésaventures (jeunes, moins jeunes, jolies, moins jolies, …) – merci pour votre article – il faut en parler encore et encore car les hommes, même les non-machos, ne se rendent pas compte de ce que l’on supporte au quotidien.
    Le harcèlement est du sexisme et le sexisme est une forme de racisme aussi intolérable et révoltant que ses autres formes.

  • Karine 22 février 2016

    Ou est passé le romantisme et la douceur des hommes ? Dernièrement, à chaque fois que je sortais mon chien devant chez moi, le même homme m’accostait malgré mes refus. Un soir, alors que j’allais chercher mon amoureux au métro, il m’a suivi et s’est assis près de moi sur le banc, j’ai vraiment sursauté, et je l’ai bien remis à sa place. J’ai du le repousser cinq ou six fois avant qu’il ne cesse. J’ai 44 ans comme quoi, ce n’est pas une question d’âge mais plus un mode d’approche inadéquat qui peut s’apparenter à du harcèlement.

  • Olga 22 février 2016

    Bon article, simple, concis et clair, qui se conclu par le plus important: c’est pas de ta faute. J’ai beaucoup aimé et j’ai envie de rajouter un témoignage assez long, désolée d’avance c’est un méga pavé.

    Quelqu’un aurait du me le dire dans mes premières années d’adolescence, où je me suis énormément remise en question parce que d’autres personnes m’avaient fait des propositions absolument dégueulasses.
    Pour moi ça a commencé très tôt, je peux me souvenir de la première remarque à 9 ans, un type plus vieux que mon père à l’époque a attendu que ma mère aille ranger le caddie pour s’approcher de la voiture et me dire « c’est joli tout ça » en se léchant les lèvres et en désignant… mes fesses. Je précise qu’effectivement, j’avais un jean un peu trop long, un de ces pulls immondes des années 90 et j’étais plate comme une limande, et quand bien même j’aurais été habillée sexy, c’était évident que j’avais moins de 10 ans.
    Quand j’avais 12 ans, un type m’a suivie au retour du collège, si bien que j’ai du prendre une voie différente histoire de le semer.
    Je ne parle même pas des remarques incessantes des garçons à cette période-là, qui allaient jusqu’à s’introduire dans les vestiaires des filles avec l’insouciante approbation implicite des professeurs (« mais ils s’amuuuuusent enfin c’est des garçons c’est tout »). Alors que je n’avais toujours pas de sein (à 11 ou 12 ans c’est souvent le cas), un gamin de 13-14 ans a cru intéressant de faire la remarque devant tout le monde, je ne porte pas de bretelle de soutien-gorge, donc je n’ai pas de soutien-gorge, donc « ça se balade », donc « c’est dégueulasse », et suite à ça j’ai eu des moqueries jusqu’à ce que je porte enfin une brassière totalement inutile.
    A 14 ans, je me suis arrêtée à un stop avec mon vélo, quand j’entends deux types crier derrière moi « hé, la blonde! Hé! » et me siffler pour que je me retourne. Naïvement je me retourne, j’aurais pas du. Ils ont entre 25 et 30 ans, l’un des deux me crie « ça te dit de baiser? » je fais comme si je n’avais pas entendu, ils se mettent à courir et à m’insulter « oh on te cause salope » j’ai démarré vite fait au feu rouge en trombe, et les types m’ont suivi jusque quelques centaines de mètres plus loin avant qu’ils laissent tomber.
    La même année, mon entraîneur d’aviron me claque la main sur la cuisse et me dit « j’adore les cuisses fermes comme ça », il avait une vingtaine d’années de plus que moi. Il a cherché à se rattraper en voyant ma gueule avec « je veux dire c’est du bon boulot on voit que tu t’entraînes », mais qu’il ne me fasse pas croire qu’il complimente les mecs de la même manière quand ils s’entraînent aussi.
    Quand j’avais 16 ans, un père et son fils m’ont fixée dans le train en me faisant des clins d’oeil et le geste de « la main au paquet », d’autres personnes ont clairement vu mais ne sont pas intervenues et j’ai fini par changer de wagon.
    A 17 ans, alors que je rentre vers 19H (il faisait nuit, mon dieu!) chez une amie qui vit à 200 mètres de ma fac, un type m’accoste (sur une si courte distance), me demande si je veux aller boire un verre, je lui dis poliment que je n’ai pas le temps, il insiste, il me suit, je passe par d’autres chemins pour ne pas l’attirer chez mon amie. Je pense l’avoir semé, je ne le vois plus, je sonne chez elle. Quelques minutes après avoir fermé la porte, on le voit en bas, en train de sonner pour qu’on lui ouvre.
    A 18 ans, je continuais de dire « je suis mineure » quand un type m’énervait, voire je disais « j’ai 15 ans » pour qu’il me lâche.
    A 20 ans, l’excuse est plus improbable donc je dis « j’ai un copain », c’est bien, tu vois, j’appartiens déjà à quelqu’un, je suis un territoire contrôlé.

    Je ne compte même plus le nombre de fois où je me suis prise des insultes gratuites de parfaits inconnus. Les fois où j’ai du surveiller mon verre, en journée ou en soirée. Les fois où on m’a suivie. Les fois où j’ai du changer de route pour ne pas passer devant « quelqu’un ». Les fois où des vieux pervers à la piscine tournent ostensiblement la tête sous l’eau pour mater des gamines qui sont parfois loin d’être majeures.

    Je remarque cependant deux choses:
    Plus ça va, plus j’ai une attitude qui fait taire rapidement les abrutis. On pourrait penser qu’un non dit poliment puisse suffire, mais ce n’est pas le cas. Dire « désolée mais non », c’est pour certains une autorisation à continuer. Du coup j’ai tendance à dire « barre-toi » depuis quelques années et c’est efficace. C’est dommage d’en venir à ce point, hein? Mais qu’on ne me reproche pas d’être impolie, faut voir aussi ce qui se passe quand on est polie justement.
    Autre chose, les « vieux pervers » me harcèlent beaucoup moins depuis que j’ai « vieilli »; en effet depuis que j’ai plus de 17 ans, je me fais emmerder par des mecs de mon âge bien plus que par des types de l’âge de mon père. J’ai des conclusions à en tirer, elles ne sont pas jolies pour la société française.
    Et remarque bonus, c’est en voyageant que je me suis rendue compte de l’aspect malade de notre société; à Oslo, en Norvège, le harcèlement de rue pour les femmes est inconnu. On peut se balader à 10H, 15H ou 2H du mat sans souci. …Oui, ça existe, et c’est tellement différent de la France que ça en est choquant.

    J’espère que ce problème se réglera un jour, en tout cas ça ne devrait pas nous empêcher de marcher dans la rue comme on veut quand on veut…

  • Coco 23 février 2016

    Éduquez vos fils, ne laissez rien passer, construisez un climat où l’espace public est à tout le monde et où les femmes peuvent circuler sans danger et sans qu’on vienne leur rappeler que leur présence dehors est un sursis qui se paye.
    Je confirme pour la spécificité française (mais en Italie et au Portugal ça ressemble, en Égypte je n’en parle même pas), j’ai vécu en Grande-Bretagne et personne n’est jamais venu me déranger à part UN FRANÇAIS. Je crois que ça se passe de commentaire.

  • Janis 24 février 2016

    Bonjour, j’ai une fluidité de genre et je ressens toute femme harcelée. C’est à peine si j’ose regarder une très belle nana. (Dans la rue). (Bien évidemment, j’aime jouer des regards de séduction dans un cadre agréable et détendu). Dehors, dans la vie de tous les jours… Je peux observer une aura, une magnifique beauté (habillée comme elle veut, c’est son plaisir à elle de se sentir belle). Eh bien, ça me fout une gêne pas croyable. La peur. Et le pire… C’est que ma peur se ressent. On voit que je ne suis pas à l’aise. Cette peur s’enrichit bien évidemment. Elle se partage. Sans des connards… Sans CES connards… On pourrait retrouver cette sensibilité de séduction avec une simple bousculade sans préjugés. Du « Oups pardon, je vais vous aider à ramasser vos affaires ». Et de là des échanges émotionnels tout ce qu’il y a de plus sain. D’amitié ? De séduction ? Ce ne serait plus grave et l’on se dirait… « Oh pardon… Je vous offre un café pour me faire pardonner. » Sans arrière pensée. Sans harcèlement. Ça me bouffe. Parce qu’à cause de ce genre de tocards frustrés, ben y a plus de magie à se rencontrer dans la rue.

  • Alexandra 25 février 2016

    C’est très bien d’écrire ce genre d’articles ! Ca aide à faire réaliser aux personnes que le vrai problème ce sont ces mecs qui se croient tout permis et pas forcément notre façon de nous habiller ! A Nantes, il y a 1 an j’ai été suivie en voiture en rentrant de mes courses, j’ai eu des propositions et de nouveau suivie puis il s’est garé un peu plus dans ma rue… J’ai couru chez moi et n’ai pas allumé la lumière pendant 30 min… Il se rendent pas compte que « non » c’est « non » et que passé cette limite, c’est du harcèlement… Un peu plus d’éducation et de discipline leur ferait du bien !!

    En tout cas, il serait temps que la population et le pays ouvre les yeux !

  • Maya 14 mars 2016

    J’ai 37 ans. Les harcèlements ont commencé à 14 ans. je me souviens précisément de chaque moment,l’heure l’endroit, ça ne s’effacera jamais. De telles humiliations restent comme des cicatrices,des traumatismes ainsi si demain je vois quelqu’un harceler ma fille je le supporterai pas. C’est à nous de protéger les futures générations il faut se battre, éduquer, en parler…

RÉAGIS