Avatar

Jordi S.17 août 2018

Alternance : j’aurais bossé dur… si on m’avait laissé ma chance

Jordi n’a pas pu passer le bac pro qui l’intéressait. « Orienté » dans une autre filière, il a quand même tenté d'y trouver sa place et de poursuivre ses études en BTS. Faute d’entreprise pour l’accueillir en alternance, il a dû renoncer...

Par Jordi S.17 août 2018

Après le collège, je suis parti en bac pro TMSEC (Technicien de maintenances des systèmes énergétiques et climatiques). Ce n’était pas ce que je voulais faire au départ, mais j’ai fini par m’intéresser. J’étais motivé. J’étais bon dans les matières professionnelles. Après le bac, j’ai été pris en BTS FED (Fluides, énergies, domotique) dans un CFA, à Cernay, dans le Haut-Rhin.

Même si j’habitais à Strasbourg, je me serais débrouillé pour y aller. Un cousin de Mulhouse m’aurait hébergé… Malheureusement, je n’ai pas trouvé d’entreprise pour faire ce BTS en alternance. J’ai pourtant envoyé une cinquantaine de CV et de lettres de motivation aux entreprises du secteur. Certaines ne m’ont même pas répondu. J’appelais. Je me déplaçais. Mais je n’étais pas le bienvenu chez eux. Leurs réponses étaient toujours négatives. C’était toujours les mêmes : « C’est trop tôt », « c’est trop tard », « on ne prend pas d’apprentis », « revenez l’année prochaine ! ».

Dans d’autres entreprises, on m’a répondu que je vivais trop loin. Des amis, qui vivaient aussi loin de ces entreprises que moi ont pourtant décroché un contrat en alternance là-bas. D’autres potes, encore, on été pris là où on m’avait refusé. Ils n’ont pourtant pas fait plus d’efforts que moi pour les trouver. Ils n’étaient pas meilleurs que moi. J’ai l’impression que la différence, c’est qu’ils sont Français. Moi, je suis étranger. Je suis arrivé en France à 15 ans, un simple immigré.

Malgré le soutien d’une personne du CFA (centre de formation pour apprentis), je n’ai jamais été pris. Aujourd’hui, il y a des entreprises qui demandent de l’expérience en sortant d’un bac pro. Mais comment peut-on avoir de l’expérience si elles ne veulent pas d’apprentis chez elles ? Les responsables des entreprises ne veulent pas former des apprentis, surtout étrangers… Par contre, ils veulent bien nous embaucher une fois qu’on est bien formés. Ils ne prennent pas leurs responsabilités.

Ils préfèrent considérer que j’appartiens à une génération de fainéants, de vauriens, de racailles, de délinquants… Ce n’est pourtant pas ce que je compte devenir.

 

Jordi, 20 ans, en recherche d’emploi,  Strasbourg

Crédit photo Pixabay // CC0 Geralt

TAGS :