Lucas S.4 décembre 2018

Blasé du lycée, dur de s’orienter

Tout en ayant conscience de leur importance, Lucas n'a jamais réussi à s'intéresser aux études. Aujourd'hui à la fac, un gros flou entoure toujours son avenir. Quoi faire dans la vie ? Il espère que la révélation viendra au cours de l'année...

Par Lucas S.4 décembre 2018

Je suis en première année post-bac, j’ai 18 ans et je suis toujours perdu concernant mon avenir. Je ne sais toujours pas ce que je veux faire. Mes enseignants au lycée expliquaient que le déclic viendrait après le bac, lorsqu’on se serait spécialisés dans un domaine en particulier. Mais j’ai fichu mes années de lycée en l’air.

Je ne me suis jamais vraiment investi dans mon travail au lycée. Je n’éprouvais pas un grand intérêt pour ce que disaient les profs et je n’arrive pas à l’expliquer. Je sais, pour avoir échangé avec eux, que tous mes camarades éprouvaient eux aussi, parfois, ce sentiment d’ennui. Mais ils faisaient le travail demandé pour obtenir ce qu’ils voulaient, tandis que moi, je ne savais pas. Je ne produisais pas les efforts nécessaires. Et même les élèves qui doutaient savaient l’importance de travailler pour avoir plus de choix dans la poursuite de leurs études. Je suis moi-même bien au courant de la nécessité de travailler, mais mon manque d’intérêt pour les matières étudiées prenait sans cesse le dessus.

J’ai redoublé ma seconde pour faire une filière ES, car je ne savais pas ce qui me plairait plus tard. J’ai choisi cette filière car elle regroupait toutes les matières et elle permettait beaucoup de débouchés. Je me suis donc reposé sur cette idée que la filière en elle-même me permettrait de faire ce que je voulais. Mais les cours n’avaient pas grand intérêt pour moi et ça s’est ressenti dans mes notes et dans mon attitude. Les profs disaient de moi que j’étais nonchalant et que j’étais peu investi dans mon travail. Pourtant, je reconnais avoir eu de bons profs qui ont su rendre les cours intéressants. Malgré cela, mon désintérêt était toujours bien présent. Sans aucun projet d’avenir, rien ne m’intéressait réellement.

Sur Parcoursup, mes parents ont choisi pour moi

Terminale. L’année défilait et mes résultats continuaient à dégringoler. À cause de mon manque d’investissement, ce sont mes parents qui ont choisi mes souhaits sur la plateforme Parcoursup. J’ai fini par faire deux souhaits en lien avec les sciences économiques et sociales. Il faut savoir que je ne regrette en rien d’avoir redoublé et d’avoir choisi cette filière, même si je n’ai pas produit le travail nécessaire. Je ne pense pas que je me serais plu ailleurs car j’étais moyen partout, les maths et la littérature ne me plaisaient pas tant que ça. J’ai donc choisi un DUT Technique de commercialisation en premier souhait et en second, un DUT Information-communication. Une fois renseigné sur les cours dans ces formations, je me suis dit que ça pourrait me plaire.

Logiquement, je n’ai pas été pris en DUT en raison des appréciations dans mon dossier. L’attitude et les notes moyennes que j’avais eues ne me permettaient pas d’intégrer les écoles que je souhaitais. Ces DUT n’étaient de toute façon pas les seules réponses au flou qui entoure mon avenir. Quand bien même j’aurais été pris, je ne savais toujours pas quel métier aurait pu me plaire. J’aurais misé sur les deux années du cursus pour trouver ma voie. Je reconnais que c’était un peu douteux de me lancer dans des études alors même que je ne voyais pas (et ne vois toujours pas) quel débouché j’aurais choisi. Seulement, il ne me restait plus que ça.

Je suis maintenant à l’université Paris Descartes, pour une année de réorientation. Mais je me retrouve toujours avec ce problème quant à mon avenir, celui de ne pas savoir ce que je veux faire plus tard. Cette année m’aidera sûrement à trouver les réponses que je cherche depuis quatre ans… J’espère.

 

Lucas, 18 ans, étudiant, Montigny-le-Bretonneux

Crédit photo Flickr // CC Garrett Coyte 

TAGS :