Ramata W.

Ramata W.23 juillet 2019

« J’ai passé les meilleurs années de ma vie à l’internat. »

Vivre à l’internat, les meilleures années de ma vie !

Ce nouveau mode de vie loin de ma famille, je l'ai redouté. J’en garde aujourd’hui d’excellents souvenirs.

Par Ramata W.23 juillet 2019

Le jour où mes parents m’ont proposé d’aller en internat, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. J’y ai passé les meilleures années de ma vie.

Pendant ma première année, c’était plutôt dur à vivre. Je n’avais jamais été séparée de ma famille et c’était la première fois que je quittais ma ville pour un long moment. Même si on n’était pas avec nos parents, on était encadrés par des éducateurs. L’internat accueillait des élèves de la grande section de maternelle à la troisième alors on était répartis par groupe selon notre classe. Pour le secondaire, chez les filles, il y avait deux groupes : celui des sixièmes et cinquièmes et celui des quatrièmes et troisièmes. Pour chaque groupe, trois éducateurs se relayaient toute la semaine. Ce mode de vie était très très loin de celui que je menais chez moi. Mais avec le temps, j’ai réussi à m’y faire même si j’avais des coups de mou… Je pense que c’est grâce à mes amis et à la bonne ambiance !

On nous évaluait sur notre comportement

L’internat avait un parc où nous passions la plupart de nos soirées, quand le temps nous le permettait. Nous avions aussi le droit de sortir le mercredi après-midi sans les éducateurs. Pendant certains événements comme la Saint-Nicolas, on avait l’occasion d’inviter nos parents ou des membres de notre famille pour passer la journée à l’internat et dîner avec nous. On pouvait aussi organiser des fêtes d’anniversaire ou sinon les membres du personnel organisaient des soirées à thème comme des soirées Casino.

Ces quatre années ont été une partie de ma vie plutôt positive, même si j’ai eu plusieurs doutes qui m’ont donné envie de quitter l’internat : le mode de vie était différent de chez moi. On avait un couvre-feu où l’on ne devait plus sortir de nos chambres à partir de 21h30. Et, même après les cours, les deux heures d’études pour faire ses devoirs ne nous laissaient pas vraiment de temps libre. Ce qui peut aussi paraître bizarre est que nous étions évalués sur notre comportement. En gros, par rapport à notre attitude à l’internat et au collège nous étions à des niveaux différents avec des règles différentes. Par exemple, quand on était au niveau 3, on avait le droit d’avoir nos téléphones toute la journée alors que les personnes au niveau 2 ne les avaient qu’au retour du collège. Et ceux qui étaient au niveau 1 avaient très peu de liberté, mais très peu de personnes étaient à ce niveau.

« Chez moi » c’est où ? L’internat ou ma maison ?

Ensuite le fait de vivre en communauté a été très bénéfique pour moi car ça m’a permis d’être moins timide. Lorsque je suis arrivée à l’internat j’ai comme été « forcée » à changer cette habitude. Même si ça n’a pas vraiment changé, grâce à cette expérience j’ai pu affronter ma timidité et mon manque de communication.

Même si j’ai passé les meilleures années de ma vie à l’internat, j’avais parfois l’impression de ne pas vivre dans un endroit fixe et de ne pas avoir un endroit où je me sentais vraiment à ma place car je ne passais pas énormément de temps à la maison : je rentrais le vendredi soir pour retourner à l’internat le dimanche après-midi. Ça a été l’un des seuls points négatifs de ma vie à l’internat, ne pas savoir où je me sentais le plus chez moi.

Peut-être que l’internat aurait aidé Cachou à ne pas décrocher du lycée ? Même si elle ne se considère pas comme tel, elle ne se sent pas à sa place.

Ma famille et mes amis avaient des avis plutôt négatifs sur l’internat. À cause de mon départ, j’ai perdu la majorité de mes amis d’enfance. J’ai essayé de garder le contact mais au fil des années, ça servait plus à rien. Nous n’avions plus le même mode de vie, ni les mêmes centres d’intérêt. Alors que mes amis que je me suis faits à l’internat font encore partie de ma vie ! J’ai appris à les considérer comme ma deuxième famille.

Changer de cadre de vie durant quatre ans et savoir ce que ça fait de vivre loin de ma famille ça m’a appris. Même si ça fait plus de trois ans que j’ai quitté l’internat, j’en garde un très bon souvenir et je suis très contente d’y avoir vécu. Je remercie mes parents de m’avoir permis de vivre une nouvelle expérience car grâce à ça j’ai pu apprendre à vivre différemment.

 

Ramata, 17 ans, lycéenne, Mantes La Jolie

Crédit photo Pexels // CC 周 康

TAGS :