Arouna12 octobre 2017 1 mn

Au Maroc, j’ai appris à recycler la solidarité !

A 22 ans, Arouna a effectué un service volontaire européen au Maroc. Une occasion pour lui de donner, comme il a reçu quand il était plus jeune...

Par Arouna12 octobre 2017 1 mn

En mai dernier, je suis parti au Maroc pour un service volontaire européen. Là-bas, j’ai pu apprendre à recycler des objets du quotidien, mais aussi la solidarité.

Au départ, il y avait l’envie d’aider les jeunes Marocains des quartiers pauvres de Fès. Là-bas, j’ai affiné mes connaissances en jardinage : du déblayage du jardin au bricolage de panneau en bois usé, en passant par le plantage de jeunes pouces de menthe marocaine. Nous avons aussi recyclé des bidons de lessive, créé des pots de fleurs en découpant une des faces d’un bidon et en les peignant. Il y a plein d’objets à recycler ! Découper les pneus nous a permis  d’obtenir des plus gros pots. On a utilisé des palettes pour créer des bancs, en les coupant en deux.

J’ai aussi animé des ateliers cuisine, en montrant l’importance des règles d’hygiène. J’ai transmis la rigueur qu’il faut pour faire une recette, en respectant les différentes étapes d’une préparation. Tout ceci a permis aux enfants de voir les possibilités qui sont à leur portée.

La sensation d’être utile

Grâce à cette expérience, je me suis souvenu des personnes qui m’avaient tendu la main. Comme cet animateur qui, en primaire, m’a montré le principe de l’électricité statique avec un ballon et des feuilles. Après avoir frotté le ballon sur nos vêtements, celui-ci collait à la feuille. Avec lui, j’ai aussi appris le fonctionnement de la lumière, avec des miroirs, de l’eau et le rayonnement du soleil. Grâce à lui, j’ai compris la façon dont la lumière se diffuse. J’ai appris sur quelle surface elle se réfléchit et quelle matière l’absaorbe.

Tous ces instants de vie au Maroc m’ont fait comprendre qu’aider les gens était une chose essentielle pour se construire, avoir ce sentiment de satisfaction du devoir accompli et surtout la sensation d’être utile pour son prochain. Il n’y a rien de plus de grisant.

Je pense que s’il y a une chose importante à retenir de cette action humanitaire, c’est que la solidarité permet de donner une chance aux jeunes défavorisés. Là-bas, au centre Awaldi, il y a des militantes qui donnent sans compter. Des personnes qui font en sorte que les enfants de quartier puissent s’épanouir et transmettre à leur tour un message d’espoir : celui du recyclage. Recycler les objets du quotidien, mais aussi recycler la solidarité dont on a eu la chance de bénéficier. C’est un cercle vertueux.

 

Arouna, 22 ans, en recherche d’emploi, Strasbourg

Crédit photo Pixabay

TAGS :

1 réaction

  1. Arouna BRAVO pour ce TRES TRES BEL article, je suis fière de toi!!!!
    Tu as le coeur sur la main, ton témoignage me le confirme.

    Au plaisir d’avoir de tes nouvelles.

    Lobna