Jeremie A

Jeremie A7 mai 2019

Je partage ma passion pour la musique sur les réseaux sociaux

La musique occupe une grande place dans la vie de Jérémie. Elle lui apporte réconfort et bonheur. Des sentiments qu'il partage aujourd'hui avec une large communauté, grâce aux réseaux sociaux et ses playlists.

Par Jeremie A7 mai 2019

Si je devais définir la musique en un mot ce serait : catharsis. Selon moi, la musique représente tout ce qu’il y a de plus beau à connaître, à exprimer, à découvrir, à écouter, mais aussi à contempler. Toutes ces raisons font que la musique a une grande place dans ma vie et ça a été le cas dès mon plus jeune âge. Cette passion, je la partage sur les réseaux avec ma communauté !

J’ai grandi dans une famille où la musique était omniprésente et essentielle. Dans ma maison, il ne se passait pas un moment sans un clip à la télévision ou de la musique à la radio. Mes cousins et moi passions notre temps à composer des playlists sur CD lorsque nous étions plus jeunes. Il y avait de tout mais principalement du hip-hop, du RnB, de la soul. De Get Rich Or Die Tryin’ de 50 Cent à Confessions d’Usher en passant par Mama’s Gun d’Erykah Badu, mon enfance a été nourrie de chefs d’œuvre musicaux intemporels.

Je n’oublie pas non plus les fêtes familiales, dans lesquelles j’ai grandi, avec les sonorités traditionnelles de la Guadeloupe comme le gwoka, le zouk, le kompa, qui font partie de notre culture et qui ont un rôle symbolique pour moi. C’est grâce à la musique que j’ai pu davantage connaître ma culture. La musique m’a également permis de développer mon attention et ma capacité d’écoute, mon regard sur le monde.

La musique m’a aidé à sortir de la dépression

Et dans les moments les plus difficiles et complexes que j’ai pu traverser, la musique m’a libéré. Lorsque j’ai passé des mois dans une profonde dépression à cause de la perte d’un être cher, je sentais ce besoin de me libérer de tout ce mal-être, cette tristesse. Me libérer de tout ce malheur qui s’abattait sur moi. La musique était pour moi le seul recours pour aller mieux. Elle me faisait oublier que les choses n’allaient pas et me redonnait espoir.

Dans des moments de doute et de remise en question, Sing About Me, I’m Dying Of Thirst de Kendrick Lamar ou Love Yourz de J. Cole ont eu un impact significatif sur mon quotidien. Ces chansons m’ont beaucoup forgé et m’ont conforté dans l’idée qu’il fallait toujours mettre en avant ce que ni le temps ni l’argent ne peuvent acheter : l’amour et par extension, le bonheur.

La musique m’a permis de développer une certaine confiance et estime de moi. La musique est aussi source de joie et de divertissement au quotidien. La musique m’est thérapeutique, voire cathartique. Elle me procure un sentiment de réconfort et d’apaisement, comme si elle était mon seul moyen d’atteindre une paix intérieure.

L’avantage avec la musique, c’est qu’elle me donne l’opportunité d’exprimer ce que je ressens sans pour autant avoir à parler moi-même.

Pendant mon temps libre, j’apprécie beaucoup faire des playlists musicales de tous genres, sonorités, thèmes ou « mood ». Je le fais majoritairement pour mon plaisir personnel. Pourtant, j’ai vite compris que si la musique me rapprochait de moi-même, elle pouvait aussi me permettre de me rapprocher de mon entourage proche, voire de personnes complètement inconnues partageant la même passion que moi (sur les réseaux sociaux notamment).

Grâce à mes playlists j’ai construit une communauté sur internet

Lorsque j’ai commencé  à diffuser ma culture musicale sur les réseaux sociaux, surtout sur Twitter, il y a eu un réel engouement. Énormément de personnes sont venues me demander des conseils pour leurs projets musicaux. Je suis en contact avec des artistes, mais aussi des producteurs avec qui je discute régulièrement de la musique en général, mais qui me font aussi écouter ce qu’ils produisent.

C’est un sentiment assez bizarre de se sentir vraiment suivi par un grand nombre de personnes pour ce que l’on aime et pour ce que l’on est. Ce qui crée un lien entre moi et les personnes qui me suivent c’est aussi la passion, car être passionné fait que nous n’avons pas besoin de beaucoup de temps, ni de beaucoup d’éléments pour se comprendre et s’apprécier mutuellement. C’est une alchimie qui se crée automatiquement. C’est ça également la force de la musique !

Le saviez-vous ? Figurer sur une «playlist » très suivie de Spotify ou de Deezer est un formidable accélérateur de notoriété pour un artiste. Ces playlists, sont devenues l’un des principaux enjeux de l’industrie de la musique ! A lire sur Libération !

 

Me dire que je peux sûrement rendre une personne heureuse à travers des playlists que j’ai postées, que des gens viendront me complimenter pour ce que je fais : c’est un sentiment de gratitude énorme que j’ai appris à aimer à sa juste valeur.

Afin de satisfaire le maximum de personnes, je publie mes playlists sur Spotify, Deezer et Apple Music. Les jeunes d’aujourd’hui sont attachés à l’idée de découvrir de nouveaux artistes, d’élargir leur culture musicale, de cultiver une discographie de qualité qui correspond à ce qu’ils aiment et à ce qui leur parle.

Je pense que la musique a une place importante dans la vie de chaque individu et qu’il ne tient qu’à nous de réveiller cette étincelle. C’est un art unique qui nous sonde et a la possibilité de nous délivrer, nous consoler, nous éduquer. La musique a le pouvoir de rendre heureux et nous procure ainsi une vie qui vaut la peine d’être vécue.

 

Jérémie, 20 ans, étudiant, Tremblay-en-France

Crédit Photo © Donald Glover, Ivan Dixon and Greg Sharp // Feels Like Summer (Clip, 2018) 

TAGS :

4 réactions

  1. Article super interessant ! Jeremie est rempli de passion dans ses mots.

  2. Bonjour

    C’est un très bel article que tu as rédigé ! Je te suis sur Spotify et je suis vraiment fan de ta playlist « Chill » t’es doué pour créer des playlists d’ambiance, je valide ton talent ! Je t’envoie beaucoup d’amour ❤️ Continue ce que tu fais parce que nous on adore.

  3. L’article est juste ouf, bravo !

  4. Ravis pour toi Jérémie, cela attise ma curiosité sur ton “travail”. Cependant, le fait de partager et de suivre toujours plus des leaders d’opinion amène vite à une homogénéité. C’est un risque emplifié à l’heure des réseaux sociaux d’envergure internationale. Ne serait-ce que parce que bien des artistes ne publient pas leurs musiques ou toutes leurs musiques en ligne sur des plateformes avec lesquels ils ne sont pas phase au niveau des valeurs éthiques, notamment car celles-ci rémunérent trop faiblement les auteurs.