Avatar

Nabila C.19 mars 2015

Je suis passionnée de lecture et d'écriture depuis mon enfance. J'aime également tout ce qui touche au développement personnel et à la psychologie. Je rêverais d'en faire mon métier, afin de prodiguer des conseils à tous ceux qui en auraient besoin, et pourquoi pas changer les mentalités, montrer aux gens que le bonheur est en chacun de nous, pas à l'extérieur.

Bac + 5 et au chômage depuis un an

Un bac+ 5 et de l'expérience en poche, on pourrait penser que je ne connais pas le chômage. Pourtant, cela fait un an que je galère, que je ne rentre pas dans les bonnes cases pour être recrutée.

Par Nabila C.19 mars 2015

Bref. J’ai 27 ans, un diplôme d’ingénieur en poche, 3 ans d’expérience dans l’industrie : super, me direz-vous, voilà un parcours qui commence bien ! Oui, mais ce parcours s’est arrêté il y a un an, quand j’ai commencé ma période de chômage. Je pensais que j’allais vite rebondir, retrouver du travail, une vie sociale, une mutuelle d’entreprise… Avec un bac + 5, et habitant près d’une grande ville, je me disais : « ça va le faire, pas de panique ! » Sauf que cette période de chômage commence à s’éterniser, puisque cela fait un an que je cherche du travail.

« Malgré toutes les qualités que présente votre candidature… »

Imaginez. Un an de fouille minutieuse sur internet à la recherche d’offres d’emplois (à mon niveau, c’est presque de la fouille archéologique). Une année de candidature avec CV et lettre de motivation personnalisés à chaque fois (eh ouais je fais ça bien quand même !). Un an de « malgré toutes les qualités que présente votre candidature, nous sommes au regret de… »

Au début de ma période de chômage, j’étais enthousiaste, confiante. Je me disais même qu’une petite période de chômage, ça peut faire du bien. On peut se reposer, faire tout ce que l’on n’a pas le temps de faire quand on bosse 10 heures par jour, 5 jours par semaine. Faire du sport, faire la grasse matinée, lire, rêvasser, surfer sur le net, prendre des vacances…Du coup, au début, c’était bien ! Et puis, ça a commencé à devenir long… Quand toutes vos journées ressemblent à un dimanche, quand vous ne connaissez plus la date du jour (à quoi bon ? pas de réunion, pas de rendez-vous), quand savoir que demain est un jour férié ne vous fait plus rien, quand vous appelez vos proches et vos amis à 10h du matin ou 15h et que vous vous dites « ah mince on est mardi, ils bossent… ».

Un bac + 5 mention chômage

Côté candidatures, c’est pareil, ça a commencé à devenir long… Au début, on m’appelait, on me convoquait pour des entretiens. C’était surtout les sociétés de conseil en entreprises qui cherchent juste à gonfler leur CV-thèque, en cas de mission éclair chez un client à 200 bornes de chez toi. Et puis, petit à petit, mon téléphone s’est mis à ne plus sonner : plus d’appels, sauf ces mêmes sociétés de conseil qui n’avaient rien à me proposer, mais qui voulaient juste savoir si je cherchais toujours du travail afin de mettre à jour mon dossier. Comme c’est mignon cette délicate attention.

Elliot aussi a un bac + 5… et un chômage difficile. Les démarches à Pôle Emploi ou sur son canapé, ça l’a soûlé ! 

Au début, et c’est logique, j’ai cherché du travail dans ma branche, ingénieur chef de projet donc, et pas trop loin de chez moi. Et puis j’ai cherché dans d’autres branches, toujours près de chez moi. Et puis j’ai cherché dans ma branche et dans les autres, mais loin de chez moi. J’ai postulé dans des sociétés de conseil, dans des entreprises privées, dans les mairies, dans les agences intérim, les associations. Et puis, les allocations chômage n’étant pas éternelles, j’ai fini par postuler à des postes d’assistante, de secrétaire… Mais là, évidemment, je suis trop diplômée.

Quelqu’un pourrait-il m’expliquer quel problème cela pose à un recruteur d’embaucher une bac+5 à un poste de secrétaire, si la personne est d’accord pour être payée moins que quand elle était ingénieur, et si en plus le contrat est un CDD de 6 mois !? Pour un CDI, je peux comprendre que le recruteur ait peur que la personne trop diplômée lui fasse faux bond dès qu’elle aura trouvé mieux. Mais pour un CDD de 6 mois ? Au contraire, je dirais même qu’il est gagnant, puisqu’il a les compétences d’un bac+5 pour un salaire de Bac à Bac +2 ou 3.

Des candidats dans des cases

Si j’ai décidé d’écrire ce texte aujourd’hui, c’est pour m’indigner contre le recrutement en France. En tant que candidat, on n’est plus un être humain, avec son caractère, ses aptitudes innées ou acquises, ses compétences. Non, aujourd’hui, quand tu es un candidat, tu es juste un diplôme, et un nombre d’années d’expérience. Quand j’entends mes parents parler de leurs années de travail, à l’époque, on embauchait les gens qui avaient envie de travailler. Et c’est comme ça qu’on voyait des employés entrer dans l’entreprise en tant qu’opérateur ou ouvrier, et finir responsable de service ou même directeur. Parce qu’on ne se focalisait pas sur le diplôme. On ne mettait pas les gens dans des cases.

Aujourd’hui, on a l’impression que les recruteurs ont ce jeu qu’on donne aux enfants en bas âge : une plaquette avec des trous carrés, des trous rectangles, des trous étoiles. « Ah désolé madame, on cherche un carré pour ce poste et vous, vous êtes rectangle : vous ne rentrez pas. Désolé. »

Moins diplômé, Bryan a cherché lui aussi, sans succès. Alors il a décidé de reprendre une formation ! Pas de bac + 5 mais un gros chômage.

Je peux tout à fait comprendre que pour un recruteur, connaitre quelqu’un en lisant son CV et en discutant avec lui une heure, c’est peu, et cela rend le choix difficile. Mais parfois, je pense qu’écouter sa sensibilité, son feeling, c’est important. Faire confiance à la capacité d’apprentissage de la personne, ça peut marcher !

On dit souvent qu’apprendre sur le tas est plus efficace qu’apprendre sur les bancs d’une fac : alors, faisons-le ! Surtout quand les disciplines sont proches. Personnellement, j’ai été chef de projet dans l’industrie et j’ai postulé à un poste de chef de projet dans une mairie. Pas de réponse. Mon profil était-il si éloigné du poste ? Vraiment ?

Alors je lance un appel à tous les recruteurs de France et de Navarre : laissez tomber votre plaquette à trous, vos carrés, vos étoiles et vos rectangles, et laissez-nous, chômeurs, vous montrer de quoi on est capable !

 

Nabila, 28 ans, chômeuse diplômée désabusée, Mâcon

TAGS :

107 réactions

  1. He…Oui il faut faire son trou dans ce monde de plus en plus peuplé. Et j’ai l’impression que le travail devient une affaire de partage. Le Turn Over est le sang qui alimente le travail.
    C’est pour ça que j’ai cherché le moyen de faire quelques chose et j’ai par chance découvert une belle affaire personnelle.
    Je vous invite alors à vous inscrire sur http://www.adopt1job.com. J’anime régulièrement des webinaires et des visioconférences pour faire découvrir mon parcours, échanger et vous faire découvrir mon affaire qui deviendra peut-être la votre. http://www.adopt1job.com.

  2. Bonjour Nabila,

    Je suis dans le même cas que toi aujourd’hui. As-tu trouvé un emploi ??

  3. Partez dans l’Etat de New York (pas seulement à New York, mais autour d’Albany) etc. Tentez votre chance! Ils ont dû mal à trouver des ingénieurs. Les Américains sont tellement plus flexibles!! Ils n’hésitent pas à nous former en interne et à nous payer. Ne vous découragez pas.

  4. Bonjour,

    Je suis diplômée bac +5 et tout mon parcours a été effectué en alternance, je pensais que cela serait un fort atout une fois diplômée mais le chômage m’a rattrapée !
    Je me suis identifiée à ce que tu as écrit, je ne sais pas si je dois être réconfortée car d’autres sont dans la même situation que moi ou il faut prendre peur car à quoi sert de faire des années d’études pour enfin se sentir inutile ?!
    En tout cas, gardons l’espoir ! Et fouillons d’autres pistes. Bon courage

  5. Bonjour,

    moi aussi bac+5 en management des organisations, j’ai eu du mal à trouver des stages, que j’ai qd meme réussi à avoir, j’en retire pas grand chose, et maintenant 6 mois à la recherche d’un emploi..
    y’a un prblm qlq part … je me sens nulle !

  6. Chômeur avec un bac+5 en finance + un stage de 5 mois et une alternance dans un grand groupe de 14 mois.

    Presque tous mes collegue de mon université ont trouvé depuis un moment, bien qu’ils soient moins expérimentés. JE ME RECONNAIS PARFAITEMENT DANS CE QUE TU AS DECRIS NABILA.

    Que faire??? qu’est ce qui bloque? si la crise est profonde pourquoi ce n’est que sur nous que ça tombe ?

  7. Bonjour,

    tout d’abord merci de partager avec l’ensemble des lecteurs vos aléas dans la recherche d’emploi. Je me reconnais parfaitement dans vos coups de gueule. J’ai moi-même finis mes études fin octobre 2015 et recherche activement mon premier emploi. Enthousiaste au début, j’ai très vite compris le cercle vicieux dans lequel on était plongé une fois au chômage : dépôt de candidatures, premier contact très tard (au moins 1 mois par le recruteur), remplissage de dossiers de compétences, premier entretien qui n’aboutissent pas face à une concurrence déloyale…

    Je vis aussi les hauts et les bas au jour au jour, avec souvent une incompréhension de mes proches, et un enthousiasme qui ne suffit pas à vous réconforter. Je pense notamment retourner vivre chez mes parents début du mois de mai, et alors là je considère cela comme la cata. On a tous des jours pas vraiment le moral, on ne comprend pas pourquoi on vit ça alors que nos collègues de promo ont trouvé plus rapidement

    Je crois néanmoins au hasard et que tôt ou tard la roue tourne : j’ai notamment postulé à des offres qui initialement n’avaient pas été identifié de mon côté comme le top et qui pourtant m’ont apporté des bonnes surprises.

    On me dit cherche coute que coute n’importe quel job car le temps passe, mais c’est ce que je fais depuis le début je suis prêt à me sacrifier mais tôt ou tard cela ne passe pas : ce que je peux reprocher aux recruteurs c’est de ne pas savoir effectuer un tri pertinent dans les candidatures reçues, j’ai vaguement l’impression qu’ils choisissent un dixième du nombre reçu et advienne que pourra, un peu à l’arrache, eux-même cherchent un mouton à cinq pattes et ne le trouveront pas.

    Vu le parcours du combattant en France, je me demande si je ne vais pas partir sérieusement dans un autre pays, après tout à quoi bon insister dans un pays qui, au fond, ne veut pas des jeunes diplômés et les laissent dans la merde ?

    En tout cas, je vous souhaite une bonne continuation et un bon courage dans vos recherches.
    J’ai certains collègues qui se posent moins de questions : des personnes entières, qui explicitent carrément au recruteur que ce sont des personnes entières et qu’ils doivent accepter l’intégralité de la personne : soyez vous-même et ne vous laissez pas bouffer par des recruteurs incompétents !

  8. Ouaip…Pareille. J’ai fait mes études. J’ai travaillé pendant et après mes études. Je totalise pratiquement 6 ans de travail à 26 ans. Et là? Et bien rien. 1 an que je n’ai plus droit à rien. Ma faute, J’ai voulu un meilleur poste, 4h d’entretien, j’ai démissionné de mon ancien pour mon nouveau. Le poste de rêve (Enfin, pour moi). A la prise de poste, on m’a dit que non, finalement, ils ne me prenaient plus, ils s’excusaient pour la gêne occasionnée. Bam! Pas de preuves de futur embauche. Je n’ai pas eu le droit aux allocations chômages depuis 1 an. Au début, je cherchais des bons postes. Puis après un peu en dessous. Puis à la fin, je cherche dans n’importe quoi. Aujourd’hui en 1 an, j’ai bossé 2 mois et demi. Un petit contrat saisonnier et un petit CDD en tant que bouchère remplaçante (un comble, je n’avais jamais coupé de viande!). Et je n’ai toujours droit à rien. Je dépends entièrement de mon conjoint. Ca mine le couple. 1 salaire pour deux. Forcément, je n’ai droit à rien. Aujourd’hui, pour les postes les plus bas, on me dit “vous allez vous ennuyer”, pour les postes élevés, on me dit, je n’ai pas suffisamment d’expériences. Je suis FATIGUEE!! Le mois prochain, je vais être à – 200€ parce qu’un salaire pour deux c’est trop peu! Plusieurs factures sont tombées (taxe habitation, chats malades, etc), pour aider, j’ai creusé un peu sur mon compte. Mais voilà, je ne peux pas prendre ma voiture, pas sortir, pas me faire plaisir. Rien. Mon couple en souffre. En France, être au chômage c’est ne rien foutre. Même mon conjoint, hier, il m’a coupé internet pensant que je ne foutais rien. Et j’en ai un peu marre. Je ne parle plus à personne tant j’ai honte de moi. Parfois je ne mange même plus. Enfin, pour dire que j’arrive à bout! Là, je n’ai même pas eu un seul appel!!!! Combien pariez vous que plus vous êtes au chômage depuis longtemps plus ils en déduisent que vous ne pourrez plus suivre le rythme?

  9. De quelle école es tu diplômée? Avec un cursus universitaire type master, je comprend que l’on ait un peu de mal a trouver du travail, mais avec un diplôme d’ingénieur et 3 années d’expérience, à moins d’avoir été licencié pour faute grave…c’est étonnant.

  10. Bonjour,
    Je suis dans la même situation et ça va faire 2ans que je ne trouve pas de travail depuis la sortie de mon école. Un coup trop diplomé, un coup le profil ne convient pas, un autre coup des entretiens fake… bref en deux ans j’ai tout vécu et pour vous dire que je craque totalement. On fini par se remettre en question et se dire ce que l’on vaut vraiment. A savoir que j’ai toujours un crédit sur le dos et que je n’ai plus de ressource…
    Courage à tous

  11. Bonjour,

    Je lis vos témoignages en me disant que je ne suis pas seul. Il est vrai que j’ai l’impression que c’est un cercle vicieux, au début on part avec l’ambition de nos études puis au fur et à mesure on commence à les baisser et là carrément je remets tout en question. Je regrette d’avoir fait 5 ans d’études. J’ai un stage de 2 mois, 10 mois d’alternance et je ne trouve pas. Le pire c’est que les jobs opérationnels ne veulent pas de moi parce que je suis surqualifiée, ou parce que je ne tombe pas dans le profil, soit c’est l’industrie en question soit on ne sait pas vraiment ! J’ai dépensé recemment 500 euros pr un deplacement à l’étranger dans un pays francophone pr faire un entretien avec un process très lourd! 4h d’entretien 5 personnes, une présentation en anglais de 30 min avec question sur une problématique interne et après avoir été shortlisté sur ls 2 derniers, evidemment RIEN! J’ai parfois l’impression que les gens en poste et recruteurs sont totalement deconnectés de la réalité et de l’investissement que de tel process engendre. C’était un CDD! Loool. J’ai terminé mon alternance en aout 2016 et je pense que je vais abandonner un projet professionnel de 5 ans. C’est decevant, c’est une remise en cause de tout. Mais que faire? Partir à l’étranger? Meme partir à l’étranger, il faudra commencer sur un petit job alimentaire et chercher à coté…Chercher de France n’a pas été fructueux pour moi. Si vous voulez qu’on prle un peu ensemble, je serai ravie!

  12. Je connais exactement la même situation, à la différence que j’ai une Bachelor en école de commerce.
    Une année d’alternance + stage à l’étranger de 2 mois + 3/4 stages + une courte période à Lisbonne d’un mois dans une startup.
    Si partir à l’étranger c’est une solution, là encore il faut s’accrocher, car j’ai eu la possibilité de partir pour Krakov, en plus de Lisbonne, mais pour eux, l’expatriation leur semble être une tâche quotidienne. Faire des tonnes de démarches administratives en 2 semaines + la recherche du logement.. c’est tout sauf faisable et ça l’est d’autant plus quand c’est une première fois.
    Les entreprises abusent tout simplement de nous quand elles ne considèrent pas notre diplôme comme factice du fait que ce n’est ni marqué Sorbonne ni HEC.
    Comme j’habite dans la Manche (à mon plus grand regret) je cherche automatiquement sur tout le territoire, mais en vain.
    J’en ai juste ras-le-bol. Tout est une question de chance et de piston, je vois pas quels autres facteurs peuvent ressortir.

  13. triste

    courage

  14. Voilà un an que je suis chômeur aussi. J’ai fait pas moins de 160 candidatures et quelques (faux ?) entretiens. Ceci malgré un diplome d’ingénieur, un master à ParisTech et un autre master en gestion de projets en Angleterre. J’ai aussi deux ans d’expérience en gestion de projet, auprès des Nations Unies. Mais voilà, je suis chômeur, complètement isolé et démoralisé. J’ai l’impression que le marché du travail est complètement vérouillé ici en France. Est-ce peut-être parce que je suis un étranger ? Au début je ne voulais pas y croire mais finalement, parait-il que ça peut être rédhibitoire dans certains cas. Je ne sais pas. Je ne sais plus.

  15. bon courage

  16. triste et à la fois réel. Même situation que beaucoup plus haut. Je pensais que avec beaucoup de stage / exp ça changeait mais faut croire que non. Un de plus dans les rangs de la misère du travail. Faites des études il paraît

  17. Bonjour à tous,
    je lis avec désespoir vos messages.. je me dis que la situation n’a pas changé.
    Je suis diplômée d’un master d’économie mention gestion des territoires et développement local. Depuis un an je cherche mon premier emploi… comme vous tous, au départ, la motivation est au rdv…puis petit à petit je me remets en question..
    Il m’arrive de ne pas avoir envie de chercher, des jours ou je baisse complètement les bras.. C’est dur, très dur.. et les gens qui nous entourent ne comprennent pas forcément la situation.. Mon conjoint me reproche de n’avoir envie de rien, il pense que faire du sport va améliorer ma situation, il pense que j’ai tout le temps nécessaire pour faire ce dont j’ai envie.. malheureusement ce n’est pas ça. Le chômage c’est difficile, surtout après avoir fait des études..Que faire?? Partir?? Rester?? Faire de la lèche??
    Aujourd’hui nous sommes abandonnés, catalogués…

  18. bon courage heidi j’ai mal pour vous. Tous les proches nous tombent dessus comme si on était des incapables. Perso je me contenterai bien de cette vie, j’ai tout le temps pour me cultiver. Mais la pression est tel .. aujourd’hui je ne sais plus où aller et si je recommence tout à 0 aussi. Très dur tout ce temps foutu à la poubelle.

  19. Bonjour à tous,
    Je suis dans le même cas que vous! j’ai un Master en biologie et je suis toujours en recherche d’emploi. J’ai contacté pôle emploi, les agences d’interim; j’ai envoyé mes CV partout mais rien… Je suis dans ce cas depuis juillet et je commence à désespérer!
    Les recruteurs nous reproche d’être soit sans expérience soit surdiplomé!! bref…. c’est dur 🙁

  20. Bonjour,

    j’ai un conseil a donner a ceux qui recherchent depuis un moment meme si a l air d’un contresens: faites des jobs dont personne ne veut!

    Je m explique, je suis diplomé ingénieur en environnement, j ai mis approximativement 2 ans pour avoir un premier poste ,puis j ai fait des cdd et récemment travaillé dans un abattoir…..pas à la chaine bien sur mais dans la partie hygiène/qualité.

    Certes, je ne souhaite a personne de travailler pour une longue période la dedans.
    Cependant, mettre en avant les qualités humaines et les particularités de cette expérience dans un entretien m a fait décrocher aujourdhui un poste de consultant HSE dans dans les centrales nucleaires.

    Ce qui compte au final c est que votre expérience, meme merdique soit elle, puisse renseigner le recruteur ET sur qui vous etes rééllement, ce de quoi vous etes capable ET que cette expérience que vous avez vécue lui donne confiance avec les qualités que vous aurez exposées pour qu il puisse vous proposer le poste.

    Je ne suis pas des mines ,ni de centrale ni de l X et pourtant je l ai eu, à la motivation, l envie de réussir

    NE ¨PERDEZ PAS ESPOIR!

  21. Nawel il y a trop de diplomés pour la bio l environnement etc
    Si tu n as pas un super diplome , j entends Centrale Lyon/ INSA ou un bon coup de piston (pardon réseau) ben tu galeres!

    Il n y a pas 36 facons de faire la différence avec tes concurrents, soit c est le diplome de super cador,soit c est la motivation l envie.

    DIs toi que paradoxalement beaucoup de jeunes diplomes attendent que ca tombe ,de trouver le poste qui correspond.
    Toi mettons du fais de la manutention, ca va taper dans l oeil du recruteur, il va se dire “j en ai vu 8 qui attendent,cette personne meme si c est de la merde elle fait et n a pas peur de faire un job dégradant/sous qualifié etc”

    La clé c est de ne pas venir en laissant entendre que tu es la pour prendre un poste mais montrer ce que tu as a DONNER, par ton poste actuel, par des activités etc
    Je sais c est la merde mais c est ce qui fera la différence avec les autres, le fait d etre proactif.

  22. Je me retrouve dans vos témoignages et je dois dire que la situation en France est honteuse.
    J’ai 2 masters en finance spécialisé en banque, 15 mois de stage dans la banque, 6 mois de cdd dans les assurances sur un poste très qualifié…. 5 années de boulot avant mes études.
    Aujourd’hui je ne trouve rien du tout, pour un cdd à bac+2 c’est non, à bac+5 payé le smic c’est non. La banque où j’ai fait toutes mes études me voit en commercial alors que ce n’est pas mon caractère puisque je n’ai fait que du back office….
    Résultat chômage éternel ou rares boulots au smic en cdd à 200km de chez moi !
    Est il encore possible d’avoir un CDI intéressant avec des perspectives d’évolution ?

  23. Bonjour à tous, idem je suis dans la même galère de recherche d’emploi depuis presque 1an. J’ai eu un diplôme universitaire et école de commerce en droit des affaires bac+5 plus 18 mois de stage mais je suis sans emploi. Je me disais qu’en faisant une école de commerce cela m’aiderait à trouver vu le nombre pléthorique de juristes jeunes diplômés. Malheureusement cela n’a pas changé grand chose à part me faire perdre de l’argent. Des fois je suis tellement démotivé que je n’ai plus goût à rien d’autant plus que presque tout mon entourage plus ou moins de mon âge a pu trouver un emploi. Je postule tout le temps sur presque tous les sites de recrutement, j’ai été suivi par l’Apec mais cela n’a pas changé grand chose. Peut-être quelqu’un dans mon domaine saura me dire comment rebondir. En attendant le désespoir est là sachant que le temps passe et que l’on prenne de l’âge.
    Bon courage à tout le monde

  24. C’est juste incroyable de lire autant de situations semblables à la mienne… Ça en est limite décourageant ! Je comprends tellement que des jeunes diplômés plein d’avenir quittent le pays … Même si à la base je suis plutôt contre.
    Personnellement j’ai un Bac+5 en commerce & management [donc un domaine où il y a du boulot logiquement !] avec 10 ans d’expériences [dont 4 ans en tant que manager d’equipes commerciales] mais aujourd’hui je ne trouve pas de job …
    Enfin si ! Je trouve des offres pour être « simple » commerciale. En gros un job auquel j’aurais pu accéder avec un « simple » bac et sans expérience ! Toutes les offres auxquelles je postule me renvoient la même réponse «  malgré …bla-bla-bla… ». Quel est le problème ?? Sérieusement je ne comprends pas ! J’ai choisi de bosser depuis mes 18 ans, j’ai choisi l’alternance pour acquérir de l’expérience, je me suis démenée pour être admise dans de bonnes écoles, j’ai déjà fais mes preuves en entreprises en évoluant… mais on me propose toujours des offres de vendeuse payée au smic ou tout juste plus !
    Ça me révolte, d’autant plus que ces offres pourraient être proposées à des personnes qui n’ont malheureusement pas fait d’études et qui cherchent désespérément un emploi.
    Bref… J’ai 28 ans, 10 ans d’expérience, un Bac+5 mais pas de job.
    Du coup je pense à une reconversion….
    C’est triste mais je garde espoir !
    Bon courage à tous et à toutes !

  25. Pitchoune detrompe toi, j’ai un simple bac commercial et depuis août 2017 je galère à trouver un jobs. Comme beaucoup ici beaucoup de candidature envoyé, et comme souvent aucune nouvelles, 2 à 3 entretien seulement qui non jamais aboutie à rien pourtant à chaque foi je préparait mon entretien (renseignement sur l’entreprise, date de création, produits proposées) enfin tout ce qui me semble logique pour une bonne première impression lors d’un première entretien. Malgré mes efforts, mon dialogue bien prononcé, un sourire, et une bonne posture, je n’est pas réussi à donner l’envie au responssable d’agence de me laisser une chance souvent, le problème C’est l’expérience alors non avec un simple bac et sans expérience C’est aussi galère comme pour vous à trouver un jobs commercial. Dans ce pays, faut de l’expérience sinon t’est une merde on te laisse aucune chance, pourtant je connais des personnes sans expériences et qui sont plus compétente que celles avec expériences.
    Comme beaucoup ici j’ai élargie mon champs de recherche quitte à faire 1h30 de route et de déménager par la suite si je suis pris dans un poste, mais malgré ma forte motivation, mes relances, mes déplacements en entreprises pour déposer une candidature, toujours rien comme vous un chômage qui mène à une routine désagréable beaucoup me dise qu’il faut pas baisser les bras, mais quand tu à toute les porte dans la quelle tu veut rentrer qui ce referme devant toi, tu perd espoir, et motivations.
    Je souhaite bon courage à tous je vous dis merde pour la suite.

  26. Je vis exactement la même situation j’ai un bac + 5 d’une grande école d’ingenieur, effectué 3 ans d’apprentissage dans un groupe international et aujourd’hui je ne trouve rien.
    A chaque fois c’est la même chose désolé poste pourvu (1 mois après ma candidature), votre profil est inadéquat, le candidat choisi a plus d’expérience alors que l’offre est pour premier emploi,,,

  27. La plupart des personnes qui ont témoigné ici, vous êtes des Bac+5 sans emploi. Je suis dans la même situation. Mais je me demande comment vous réagiriez si c’était à vous qu’on aurait donné un poste sans avoir connu le chomage… Finalement la pression sociale que vous éprouvez actuellement vous l’auriez sans doute infligée à d’autres si vous étiez de l’autre côté de la barrière… d’ailleurs c’est la seule chose que vous semblez attendre car ensuite tous les problemes seront resolus pour vous. Entrer dans le système, et faire tourner la machine qui vous broie actuellement, c’est votre espérance. On se lamente que le systeme de selection par cv n’est pas humain, que nous sommes des numéros en meme temps on aspire a en etre un !
    Ce que je vois c’est qu’on est plein de personnes dans cette situation, mais que chacun s’appitoie sur son nombril sans que ne naisse aucune volonté collective de remédier au problème… tant que pour soi ca fini bien…

  28. Bonjour à tous et à toutes,

    Bien sur Linda, on peut critiquer le système, mais en même temps vouloir y participer….sinon, on n’en fait plus partie et on se déshumanise… et cela peut aller très vite….

  29. Bonjour à toutes et à tous,
    Je me reconnais dans la plupart des commentaires moi aussi. J’ai obtenu un master 2 professionnel dans la comm en 2014, et depuis rien. Comme beaucoup, j’ai fait mon master en alternance en pensant que ce serait plus facile pour moi après. Mais la réalité est que c’est un domaine où le travail se fait rare. Je vis encore aujourd’hui de petits jobs. J’ai essentiellement eu deux entretiens pour devenir simple commercial où mon profil plaisait mais où mon statut d’étranger a empêché l’embauche.Et comme obtenir un simple entretien était devenu un miracle, j’ai décidé finalement de refaire un bac+5 toujours ds le même domaine mais cette fois-ci. Pas d’argent pour faire une école de commerce ou une école d’informatique, donc…!
    Après obtention de ce diplôme, je me suis inscrit en thèse de doctorat, ça me permet au moins de faire quelque chose même si je me culpabilise à longueur de journée d’avoir fait un choix de filière douteux dès le départ. C’est dur à vivre mais il faut pouvoir garder espoir…. bon courage à tous!

  30. Et oui bienvenue dans le monde d’aujourd’hui dans la jungle capitaliste ou le mot d’ordre est chacun pour soi. Un pôle emploi qui sert à rien des administrations incompétentes la robotisations à outrance et le pire dans tout ça: Personne ne ramassera l’autre sur le bord du trottoir en arabe on dit “nefssi nefssi” c’est à dire “moi d’abord, moi d’abord” voilà ce qu’est devenue le bipède comtemporain. A méditer!!!!!!!

  31. Bonjour a tous. Ce post date de 2015 et pourtant il colle roujors à la realite en 2018. J’ai u e double competence avec 2 master et de l’experience. J’ai meme demenage sur Paris pour avoir plus de chance mais ça fait deja 10 mois que je cherche. Au debut on me repondait pour des emplois dont personne ne voulaient et qui finalement ne me prenaiant pas mais depuis je n’ai absolument plus de reponse… zero entretien. Je songe à quitter le pays mais mon anglais n’aide pas. Je n’ai pas le droit aux aides et je vis grâce au salaire moyen de mon mari. Heureusement qu’on a pas un loyer a payer sinon on finirait au secours populaire !

  32. Salut Soso,

    Tu as l’air d’avoir des choses à raconter !
    Si tu veux m’envoyer un brouillon d’article on peut le bosser ensemble pour le publier !
    elliot@la-zep.fr

  33. Salut Elliot. J’ai tellement à dire que par desespoire je n’en parle plus. Quel sujet d’article tu veux?

  34. Je t’ai envoyé un mail ce sera plus simple !

  35. Voila un an aussi que je connais le la même chose que vous tous, c’est aberrant et pourtant j’ai aussi un master en droit et en gestion de projets. Je suis allé bosser en france, mexique, guadeloupe et depuis rien. Je pense au PVT pour esperer decrocher l eldorado ailleurs. J’ai 28 ans et je n’ai plus droit au contrat aidé ou stage, ou service civique et je ne trouve aucun CDD. Je souhaite bien du courage à tous ces jeunes déjà fatigués de chercher un travail.

  36. Hello, tous vos commentaires font peur malheureusement mon fils vit la même chose que vous.. Sorti Ingénieur Embarqué avec diplôme et Master d’une grande école (qui ne l’a jamais aidé..), il y a 4 ans, il n’a toujours pas trouvé de boulot.. Il a fait des petits boulots, mais même ça, les employeurs ont peur qd ils le voient avec ses diplômes.. Alors.. nous sommes là pour l’aider.. mais la perte de confiance en lui, le moral et la honte s’est installé chez lui. C’est très très dur.. Parfois, il remonte la pente.. Mais parfois..

  37. Bonjour à tous,
    J’ai lu tous vos commentaires et j’ai fini par pleurer de désespoir et de colère. Je sais que je ne suis pas seule dans cette galère mais quelle merde… Cela fait 1 an et demi que je suis au chômage. J’ai fait toute ma scolarité en travaillant 20h par semaine et à mi-chemin j’ai fini par travailler à temps plein dans un établissement scolaire (39h par semaine), le tout avec mention. Tout comme vous, je suis diplômée d’un bac+5 en études hispaniques avec une spécialisation en traduction fr-esp. Le problème c’est que je n’ai pas d’expérience dans mon domaine car je n’ai jamais réussi à trouver un poste en traduction fr-esp même en cdd. J’ai fais du bénévolat afin d’étoffer un peu plus mon cv mais rien… J’ai même envisagé de divorcer pour pouvoir aller m’installer aux USA car la pression sociale ici est tellement forte que j’ai honte de mon statut de bac+5 et chômeuse. Je n’ai plus envie de voir mes amis car ils ont un boulot et certains d’entre eux ont des super postes. Je ne vais plus aller faire mes courses en semaine car à tous les coups je tombe sur une connaissance qui va surement me demander: alors qu’es-ce que tu deviennes? Je me cache même de mes voisins, je deviens parano. Je m’autofinance une formation en marketing digital (pôle emploi a refusé de prendre en charge cette formation) mais pareil, rien! Je suis vraiment désespérée et essaie de m’accrocher mais je commence à me désintéresser de tout.

  38. Bonjour à tous!
    Comme vous tous je vis la même situation. Bac+5, ingénieur matériaux et au chômage. Après 1 an et demi au sein d’une entreprise sur Paris, j’ai quitté ma place afin de rejoindre ma compagne en Bretagne. Quelle erreur… après 2 cdd de 3 mois je suis actuellement au chômage depuis début décembre 2017 et je désespère de ne voir quasiment aucune offre dans mon domaine sur la région où je suis (2-3 en 4 mois).
    J’ai honte de la situation et mes droits au chômage ne vont plus durer très longtemps, à peine quelques mois.
    J’en viens même à vouloir me réorienter dans n’importe quel domaine dès que quelqu’un m’en parle. « Moi je suis dans la sécurité… » ; Pourquoi je me lancerai pas là dedans?
    Et les conseils de tous ceux que tu rencontres, j’en peux plus. Comme si tu ne savais pas chercher ou que tu n’avais pas essayé tous leur soit disant conseil avant.
    Et le coup de téléphone des parents qui te demandent constamment comment ça évolue les recherches, si tu as bien penser à postuler aujourd’hui, que ce serait bien que tu tentes de répondre à des postes largement en dessous de tes diplômes quitte à monter dans la boîte par la suite… mais merde, je me suis pas tapé 5 ans d’études pour finir caissier chez Aldi.
    J’en veux énormément à mes parents et à mes profs qui depuis tout petit me disent : « Travaille bien à l’école et tu verras, plus tard, tu auras un bon travail et un bon salaire. » Résultat, je suis au chômage et mes potes qui on fait un cap gagnent très bien leur vie et ne galèrent pas à trouver du travail.
    Bon je m’arrête, mais ça fait du bien de tout balancer ^^

  39. Tout le monde pousse les élèves à atteindre le niveau BAC+5, or il est évident que les sociétés ne peuvent absorber un tel afflux…
    Combien d’élèves sortent d’écoles avec diplômes pompeux DRH ou responsable marketing? Dans 20 ans, le seul responsable d’une boite sera toujours pas parti et s’accrochera à son poste pour l’éternité.
    Voilà la réalité.
    On se rend aussi compte que beaucoup de postes de BAC+5 sont occupables par un salarié BAC+2.
    Quant aux CAP / Bac pro, métiers manuels, c’est là où on manque le plus de MO, il y a du business à faire partout. Pensez à une reconversion.

    En conclusion, il faut choisir la bonne voie, trouver des passerelles, se mettre à son compte et ne pas hésiter à changer (même quand tout va bien). On ne sait jamais quand la roue va tourner.

  40. Bonjour à tous,
    Je pense que l’on se reconnaît tous dans ces commentaires. Pour moi, le gouvernement pousse les jeunes à aller jusqu’au bac + 5 afin de limiter le chômage (quand on est étudiant, on ne gonfle pas le taux de chômage!!!) et une fois le diplôme en poche…on est livré à nous mêmes.
    Dans mon cas, j’ai également un bac + 5 (licence LEA anglais-espagnol-italien et master de journalisme trilingue). J’ai eu mes diplômes avec d’excellentes notes et j’ai commencé à chercher du travail en octobre 2016. J’ai en tout dépassé les 600 candidatures pour à peine 10 entretiens (souvent bidons…je pense qu’on pourrait écrire un livre sur les entretiens d’embauche). J’ai trouvé du travail “plus ou moins” dans ma branche après 11 mois de recherche. Mon contrat se termine en novembre 2018 (15 mois au total) et je vais commencer à chercher activement dès septembre. Le pire c’est que je vois des offres qui correspondent PARFAITEMENT à mon profil: tout concorde mais aucune réponse n’est apportée…c’est pourtant la moindre des politesses.
    Moi aussi j’ai eu les éternels: “trop diplômée”, “pas assez d’expérience” et comme j’ai eu mon master à 22 ans, j’ai aussi eu droit au “mais vous êtes encore un bébé!”. J’ai aussi eu des moments très compliqués moralement et de fatigue extrême. Avec un bac + 5, vous n’êtes pas la priorité de Pôle Emploi qui, soyons honnêtes, a déjà du mal à trouver du travail aux personnes non-diplômées. L’APEC n’est d’aucune utilité… on a eu le culot de me dire que pour trouver du travail, il valait mieux déjà travailler…merci monsieur!
    Je me dis aujourd’hui qu’avec 15 mois d’expérience plus mes stages et autres, mon CV commence à s’étoffer doucement. Il ne faut jamais douter de soi, nous sommes tous dans le même bateau et nos compétences n’en sont pourtant pas moindres. En effet, la roue tourne un jour… il ne faut pas baisser les bras devant cette situation inconcevable.

  41. Il ne faut pas croire que les jeunes diplômés sont les seuls à subir un chômage de longue durée ..
    En ce qui me concerne, c’est à l’âge 40 ans après un PSE, que ma vie professionnelle a tourné au cauchemar. Auparavant, je travaillais dans le secteur des achats internationaux dans une grande multinationale US.
    Formidable expérience, presque un rêve, tant j’ai pu aboutir à tous les niveaux et résoudre des problématiques compliquées, redresser des situations désespérées et faire de la “performance”, ce que l’on attendait de moi..
    Bref, j’étais en haut de la pyramide de Maslow, soit, la satisfaction du besoin de réalisation de soi.
    2010 coup de tonnerre : licencié suite à un PSE, je décide alors de renforcer mes compétences par l’obtention d’un master 2 à l’âge de 40 ans.
    Il n’y avait rien d’autre à faire, tant le marché de l’emploi était devenu catastrophique, sans aucun espoir..

    Après l’obtention du master, le cauchemar s’est paradoxalement renforcé sans pour autant me permettre de retrouver une situation juste décente, à défaut d’être identique à celle qui précédait le PSE.
    40 ans en France semble être une limite au delà de laquelle, il devient indécent ou invraisemblable de retrouver un job.
    Cela s’est traduit par l’échec de la recherche d’un stage et la suite fut pire encore ..
    Quelques chiffres : 5 années d’inactivité, soit 60 mois de chômage, ponctués de missions CDD dans des sociétés plus que douteuses, malsaines, ou malveillantes, qui me licenciaient à quelques jours de la fin de la période d’essai, histoire d’avoir obtenu ce qu’elles voulaient..
    Je ne compte plus les entretiens factices, stériles, devant des cabinets de recrutement incompétents, menteurs, arrogants, voire odieux, j’ai même eu un recruteur ivre une fois !…
    Mais sommes-nous en mesure de refuser un poste lorsque le chômage vous isole, appauvrit, vous condamne au désespoir, à la déchéance sociale, économique ?
    Même s’il faut traverser un champ de mines, il vous faut y aller qd même, selon la sacro sainte règle « vas –y, on sait jamais, et tu n’as surtout pas le choix.. »
    Cette déchéance s’accompagne d’un lot d’humiliation assez peu banal, comme celui de perdre votre compagne, votre logement, vos amis… l’estime de soi, un cercle vicieux s’enclenche fait de désastres en tout genre qui ne peut que vous empêcher de retrouver un travail et vous détruire à petit feu …

    Solutions : être entouré de bienveillance, famille, amis, association, pratiquer un sport, lire, cultiver des contacts avec des gens qui ont les mêmes centres d’intérêt, échanger avec ceux qui sont dans la même situation pour se dire que l’on est pas tout seul à subir..
    Se former sur d’autres métiers, voire, se barrer à l’étranger en s’informant sur les pistes possibles.
    Je sais tout ça est théorique, plus facile à dire qu’à faire, mais s’il y d’autres moyens, merci de partager.

  42. Jeune chômeur de 30 ans, je suis titulaire d’une maîtrise de droit des affaires et d’un master de management . J’ai trois années d’expérience professionnelle mais je me retrouve au chômage depuis un an . J’ai fait de (très) nombreuses recherches pour retrouver un emploi de cadre mais rien n’y fait . On dirait que tout est bloqué en France pour les diplômés bac +5 . Les plus chanceux se voient proposer des opportunités pour travailler à l’étranger tandis que les autres (la majorité) sont contraints de devoir patienter jusqu’à une date indéterminée . Je trouve cette situation purement scandaleuse . Les jeunes diplômés sont littéralement sacrifiés par la classe dirigeante .

  43. Diplômé d’un Bac +5 en QSE (Qualité-Sécurité-Environnement) il y a 10 mois, je recherche toujours un travail. Et je comprends très bien votre désarroi, vu que je le vis. Les recruteurs sont très fixés sur les petites cases à trous, et plus le temps passe et plus c’est flagrant. Il n’y a pas plus d’écoute ni d’attention. C’est binaire et si ça ne passe pas basta ! Alors que l’on demande de plus en plus d’être original, adopter de nouvelles idées, et surtout d’être force de proposition..

  44. C’est terrible je vous apporte tout mon soutien. Essayez de rester positif.

  45. Bonjour,
    Je lis vos témoignages en ayant les larmes aux yeux. Je suis dans la même situation que vous, diplômé d’école de commerce j’ai réussi à décrocher un poste au sein d’une multinationale. Malheureusement et au bout de ma 3ème année, le groupe a déclaré faillite et la je me retrouve au chômage depuis 1 an. Rien ne fonctionne. Je me sens inutile, je me suis enfermé, isolé du monde. Juste pour éviter les questions du genre et alors tu deviens quoi ??? J’espère que chacun de nous réussira à reprendre sa vie.

  46. Bonjour Nabila
    Eh oui c’est la triste réalité. Aujourd’hui ne pas faire d’études paye mieux que d’en faire.
    Je suis ingénieur depuis 1987. Et j’ai été licencié en 2013.
    Depuis impossible de trouver un emploi même sous qualifié. En effet t’es obligé de truqué ton CV.
    Mais franchement les études çà coûte chere surtout à tes parents car eux veulent le meilleurs pour toi. Et beaucoup de parents sue sang et eau pour payer des études à leurs enfants. C’est pas pour que t’zccepte n’importe quel petit boulot. Sinon inutile de faire des études. Alors c’est vrai il ne reste plus que le rsa en attendant de trouver un vrai job correspondant à ton diplôme. C’est le système français qui veut çà. Mois après 5 ans sans rien trouver je me suis mis autoentrepreneur dans le soutien scolaire. Ça paye beaucoup mieux à l’heure mais tu fais beaucoup moins d’heures aussi donc c’est en finale çà paye moins mais tu fais un boulot intellectuel et t’as pas de patron. Que des clients.

  47. Bac+5 en sciences éco (spé. dév. de projets internationaux) depuis 2015, fac correcte, major de promo, stages gratifiants, compétences informatiques très significatives, bilingue, blablabla…
    J’ai cherché partout en France, dans mon domaine puis peu ou prou dans tout et n’importe quoi (cdd, interim…), mais trop qualifié, monsieur risque de s’ennuyer, blablabla…
    J’ai maintenant 29 ans, je loge chez mes parents (extraordinaires), je contemple les ruines de mon devenir:
    – vie amoureuse: néant;
    – vie sociale: néant;
    – estime de soi: néant.

  48. BAC+4 RESPONSABLE QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT
    BAC+5 INGENIEUR PROTECTION ENVIRONNEMENT OPTION ENERGIE
    MAIS TOUJOURS A LA RECHERCHE D’UN EMPLOI

  49. bonjour à tous
    la question de la valeur travail est posé en France.
    un débat devra avoir lieu .
    Aucun de nos politiques dans son programme parle de cela être diplômé bac +5 pour être au chômage!!! toutes formations confondues….et en plus si vous avez la chance de trouver salaire faible en france pour un bac +5……..
    mobilisons nous tous tous ……..c est et ce sera de pire en pire plus de diplômes sur le marché……..

  50. Bonjour , à tous diplômée en bac plus 5 droit des affaires on me propose des stages rémunérés 600 euros environ et ce n’est pas possible quand on a un loyer à payer mais il faut s’accrocher .
    Le bouche à oreille ( piston) s’avère le seul moyen pour obtenir des entretiens mais de là à décrocher le poste.
    Bon courage à tous, pour ceux qui sont specialisé en langues pensez à faire de l’associatif ( ce n’est certe pas rémunéré mais cela permettra de vous créer un réseau ).

  51. Oui je veux que après mes études de Master 2 je voudrai entrer à l’ONU .

  52. Avec un Master 2 en traduction et une expérience dans mon domaine pendant 7 ans, j’ai dû bifurquer vers un boulot que je détestais et dans lequel on me prenait pour une potiche. J’ai refait une formation dans un autre domaine qui me passionnait mais dans lequel là aussi l’emploi est compliqué. Au final, j’ai retrouvé un poste pas du tout épanouissant et je n’ai jamais aussi mal gagné ma vie (de poste en poste, depuis que je bosse, mon salaire diminue à chaque fois). Au final, j’ai l’impression de passer à côté de ma vie et, professionnellement, à part des regrets, je n’ai pas grand chose…

  53. Je suis une mère d’un ingénieur de 29 ans. Comme vous il est toujours en recherche d’un emploi CDD ou autres…Pas toujours facile pour nous de le soutenir (entendre les critiques de nos familles et amis à son sujet),si nous avions su pourquoi lui avoir fait des études.Notre fils aîné qui est passé par BEP, BAC pro BTS,LICENCE PRO a trouvé facilement une place bien payée. Que fait cette société de sa jeunesse à part la condamner à l’exil ou à la mort à petit feu. J’ai honte de cette France pourrie par l’argent.

  54. Bonjour à tous,,

    Je vois que vous cherchez tous un job correspondant à votre niveau d’étude Bac+5 et que vous ne trouvez pas .
    Le système dans lesquel on vie appauvrit les gens.
    Il y a trop d’inégalités et trop d’injustice.
    Vous pensez vraiment que nous devons travailler tte une vie pour gagner 2000€ voir plus et finir à l’âge de la retraite directement dans un caveau.
    Ce système qui nous est proposé depuis plus de 40 ans est voué à disparaître car il n’a aucun sens .

    On nous rabâche à longueur de journée qu’il faut travailler, consommer et se taire.
    Mais pourquoi?
    Dans quel but?
    Pour avoir une retraite de misère et profiter de la vie à 63 ans .

    Je pense que nous devons changer notre mode de vie pour atteindre notre but : être heureux .

  55. Je suis dans la même situation que vous, bac+5, et au chômage… J’ai travaillé à l’étranger juste après mon master, et suis revenue En France car c’était difficile de vivre loin de tout… J’ai occupé deux boulots alimentaires par piston, oui piston ! Pour espérer avoir des entretiens j’ai viré mon master pour ne laisser que ma licence (et j’ai donc fait passer mes stages de masters à l’étranger pour des CDD). Mais rien.
    Désespérée je suis entrée dans l’entreprise agricole où bossait ma mère, j’y suis restée un an (malgré un CDI à temps partiel) avant de craquer psychologiquement (c’était censé être temporaire comme boulot, je cherchais à côté, en vain…)… Mon conjoint a réussi à me faire entrer dans la grande distribution pour un remplacement qui a duré un an… Avec derrière une promesse de me garder après en remplacement d’un autre collègue qui partait, et finalement le poste a été attribué en interne à un homme… Depuis ça, je cherche… Toujours sans mon master sur mon CV, mais une expérience dans la grande distri qui, je pensais, allait m’ouvrir des portes pour un simple boulot de vendeuse ou d’ELS (j’ai définitivement abandonné l’idée d’avoir un boulot à hauteur de mon master un jour), et bien non. Ca ne suffit pas, les employeurs ont tellement l’embarras du choix qu’ils trouveront toujours le profil qui correspond pile poil (de préférence sans gros diplôme), et donc le choisiront lui (ce qui est normal, mais bon….).
    Et le plus frustrant dans l’histoire ? On me rappelle pour des entretiens ! Tant mieux me diriez-vous ! Et bien non… J’ai ce qu’on appelle un profil atypique (par mon parcours dans un pays lointain) dans une ville paumée (et où je suis coincée car mon conjoint a un CDI et un boulot qui lui plait), et ce profil attire les curieux… On me convoque donc, comme une bête de foire, avec aucune intention de m’embaucher derrière… Non, juste de la curiosité malsaine. Des postes pour, je le rappelle, dans la grande distribution ! D’ailleurs un directeur qui m’a reçue en entretien pour un poste de vendeuse devait me rappeler fin de semaine dernière, début de semaine (donc dans ces eaux là), et toujours rien… Mais je n’y crois pas, car ce dernier m’a posé des questions indiscrètes (en couple ? des enfants ?) auxquelles j’ai répondu car prise au dépourvu, et je suis pile dans l’âge (trentaine tout juste entamée) où les recruteurs sont pas très ouverts à l’embauche, car peur de se faire planter par un congés maternité… Cela ne fait que deux mois que je suis au chômage, mais je désespère déjà car je sais que ça durera beaucoup plus longtemps que ça… Je ne demande pas la lune, juste un boulot…

  56. Je me retrouve beaucoup dans cet article. J’ai un bac +5 (double diplôme en finance). Après plusieurs stages. J’ai décroché un CDD dans le secteur bancaire dans une grande ville. A la suite de cette période, je suis désormais au chômage depuis 8 mois.
    Je vois également certains de mes collègues de promo qui sont dans des situations assez précaires (stages, contrats de consultants payés au SMIC horaire avec horaires interminables …).
    Je consulte les annonces d’emplois tout les jours. J’ai abaissé mes attentes en termes de salaire et de poste recherché. Malgré cela je suis toujours trop qualifié ou trop inexpérimenté. Certains jours c’est vraiment désespérant de faire tous ces efforts et de passer tous ces entretiens pour rien…
    En France, le piston reste le meilleur moyen d’entrer dans une entreprise.
    Quand je vois le nombre de témoignages ici, j’ai la confirmation que le système français est vraiment malade et en fin de vie…

    Si j’ai un conseil à donner tous ceux qui sont dans la même situation c’est de chercher à l’étranger et de ne pas se décourager.
    .

  57. Bac+4 Maitrise en informatique appliquée à la Gestion. + 2ans cycle d’ingénieur en Génie logicielle. 6 ans de chômage. Ils me demandent, même les recruteurs, de tricher sur mon CV, mais je n’arrive plus à le faire. Maintenant mère d’une fille et je continue à postuler espérant qu’un jour ma petite va écrire dans ses notes que sa mère est une ingénieure en informatique.

  58. C’est un problème qui ne va faire que s’amplifier. Aujourd’hui certains jeunes diplômés sont aussi précaires que les peu/pas diplômés. On demande parfois 3 à 5 ans d’expérience minimum, une liste infinie de “savoir-être”, tout ça, au mieux, pour un smic amélioré.

    Le marché du travail est devenu impitoyable, les individus se transforment pour les employeurs en variables d’ajustement, en pions sans relief ni conscience. Quand les ouvriers et employés qui crèvent déjà de leur conditions de travail seront rejoints par des diplômés qui vivent dans la rue, il ne faudra pas se plaindre de la violence sociale combinée qui finira par légitimement s’exprimer.

  59. Bonjour,

    Cet article m’a touché en plein coeur car je suis actuellement dans la même situation. J’ai 28 ans, j’ai un Bac + 5 dans le secteur des médias audiovisuels et un Bac + 3 en Littérature et histoire anglophone et je suis au chômage depuis un an.

    Mais première période de chomâge a duré de Janvier 2014 à Juillet 2015. Je venais de finir mes études. J’avais foie en l’avenir. Je n’étais pas naïve et je savais que je ne trouverais pas toute de suite, mais je me disais que les premiers entretiens que j’aurais, seraient de bons entrainements.

    Le premier entretien que j’ai eu bien sûr, c’était celui ce pôle emploi lors duquel la conseillère m’avait demandée si j’envisageais une réoriantation (alors que j’étais diplômée depuis à peine 48 heures montre en main). Mais à part ça, je n’ai eu aucun entretien avant… Juillet 2014, qui s’était révolvé par un echec.

    J’ai beaucoup déprimée, beaucoup pleuré. J’ai vu des camarades ayant fait les mêmes études que moi trouver facilement (parfois en 3 mois à paine). Je ne comprenais pas pourquoi je ne trouvais pas de travail. Les entretiens arrivaient au compte-goutte (un par moi, à peine). Les réponses étaient toujours les mêmes. Des refus. Parce que mon profil ne correspondait pas pour le poste en question.
    Alors je postulais à des offres n’ayant aucun rapport avec mes études et ne demandant pas beaucoup de diplôme.

    C’est en juillet 2015 que la roue à plus ou moins tournée, pour moi. J’ai trouvé un job dans l’administration musicale pour un an et demi. On m’avait dit d’entrée de jeu qu’il n’y aurait pas de CDI à la clé, mais j’ai quand même pris ce qu’on m’offrait. Le job était sympa, tout comme mes collègues et j’ai secrètement espéré qu’on m’embauche pour un CDI, mais ce n’est jamais arrivé. Quand mon contrat s’est terminé, j’ai décidé de partir pour Londres et tenter une nouvelle expérience. Ma péridoe de chômage à ce moment-là a été très courte (4 mois). J’ai plié bagage rapidement pour travailler à Londres (mais pour l’état français). Encore une fois le job était administratif. Rien de valorisant sur le papier, croyez-moi. Mais c’était en attendant de trouver mieux. Le contrat a duré 8 mois.

    S’en est suivi ensuite une autre période de chômage de 5 mois, à Londres avec tout ce que ça engendre, dont le coup de la vie très élevée. Je postulais partout où je pouvais en imaginant que le fait que je sois française puisse être un atout, que le fait que j’ai une licence en anglais soit un atout. Mais que nenni. Même pour les postes où l’on n’avait pas besoin de diplôme, on ne me prenait pas.

    Puis cinq mois plus tard, on m’a contacté pour un job. Un CDI. J’ai cru que l’enfer était terminée. Le job correspondait à ce que je cherchais sur le moment, il correspondait à mes diplômes. C’était en gros le job de rêve que j’avais trouvé à Londres (sur le papier). Malheureusement pour moi, j’ai très vite déchanté. Une trop grosse pression m’avait été mise dessus et tous les maux de la terre m’étaient reprochés alors que je venais à peine d’arrivée, que j’étais à peine formée. J’avais beau le signaler, faire comprendre qu’il y avait des choses que je ne pouvais pas faire si on ne m’en informait pas de l’existance, rien n’y faisait. Un matin, j’ai craqué. Je me suis mise à pleurer dans les transports parce que le simple fait de prendre ma correspondance pour me rendre au travail me faisait peur. J’ai compris que je ne pouvais pas rester dans ce travail. J’ai démissionné et par la même occasion je suis rentrée en France, parce que la déprime de cet échec était trop grand.
    Je suis maintenant retournée chez mes parents. Ce job est inexistant à mes yeux d’où le fait que je considère être au chomâge depuis un an. Ma meilleure amie, mes parents me disent que je vais trouver, qu’un an passé à Londres a de l’importance sur un CV.

    C’est faux.

    Les recruteurs s’en fichent. Quand je postule dans ma branche, c’est toujours la même chose qui se passe. Je ne corresponds pas au profil recherché. Et lorsque que mon expérience correspond en tout point à l’annonce, et bien on ne me contacte même pas pour un simple entretien et ça, ça fait mal. Dans des cas comme celui-là, je me demande (et je demande aux recruteurs) pourquoi ils n’ont pas voulu me voir en entretien et bien sûr, je n’obtiens aucune réponse.

    Alors je vais ce que j’ai toujours faits, je postule à des offres qui ne necessite pas autant d’année d’étude, et lorsque j’obtiens un entretien, on me dit être impressionné par mon CV, mais on me dit aussi qu’on a peur que je me m’ennuie dans ce travail. Et c’est frustrant.

    Ce que les recruteurs doivent comprendre c’est qu’il n’y a aucune raison de s’ennuyer dans un travail. Tout ce que les chômeurs veulent, c’est travailler.

    En attendant, je continue toujours de postuler et j’écris pour un blog sur le cinéma (industrie qui me passione et pour lequel je postule en espérant que le blog pourrait m’ouvrir des portes). Je déprime constamment, pleure quasiement un jour sur deux. L’angoisse et le stresse me fait physiquement. Je me demande souvent ce que j’ai fait de mal pour être dans une telle galère. Qu’ai-je bien pu faire de travers pour ne pas trouver de travail alors que toutes les personnes de mon entourage en ont un depuis des années et avancent tranquillement dans leur petite vie.

    Nous sommes bientôt en 2019, je vais bientôt avoir 29 ans et tout ce que je vois pour l’avenir, c’est l’échec cuisant de ma vie, un ratage complet, parce que je n’ai toujours pas trouvé de travail.

  60. Je suis également dans la même situation que vous. J’ai un master en Management des institutions et organisation sanitaires et sociales. Et une certification professionnelle chef de service des établissements sociaux et médico-sociaux. Je recherche un emploi depuis 6 mois. Malheureusement, je n’ai aucune proposition. Je n’en peux plus de cette situation…

  61. Personnellement, je regrette de m’être autant investie dans mes études en communication et dans mes jobs. J’ai aujourd’hui un Master 2 et 6 années d’expérience – mais tous les postes que j’ai occupés ont été une déception entre les supérieurs tyranniques ou rabaissants, le manque de confiance (à bac+5 on est censé pouvoir faire preuve d’initiative et avoir quelques responsabilités), les appels et les SMS le week-end, les salaires qui ne suivent pas… Mes stages étudiants étaient plus intéressants que tous les postes que j’ai occupé par la suite. J’ai démissionné de mon dernier post pour suivre mon conjoint (malheureusement mon ex employeur n’a pas coché la bonne case sur les documents) et me voilà sans emploi depuis 8 mois, dépendante de mon compagnon étant donné que je n’ai pas droit à la moindre allocation suite à ma démission… Devant l’urgence de ma situation, j’ai cherché du travail dans mon secteur, sur des métiers d’assistanats sans rapport avec mon métier, dans la vente, la télévente… Les employeurs ne prennent même plus la peine de vous répondre. Durant les derniers mois j’ai fait quelques missions en freelance payée à coup de lance pierre pour m’en sortir et soutenir mon conjoint dans nos frais… mais la situation est vraiment trop précaire et déprimante. Je me suis renseignée sur le marché de l’emploi dans ma région pour mon secteur et mon métier : 1 offre d’emploi pour 10 demandeurs d’emploi en moyenne, le CDD est le contrat le plus courant… j’envisage aujourd’hui une reconversion vers un métier moins qualifié, accessible à un niveau CAP/BEP, mais qui recrute avec 6 offres d’emplois pour 10 demandeurs d’emploi en moyenne, et une embauche en CDI favorisée. Depuis quelques mois, cette situation me mine, je sens que je tombe lentement dans la dépression. Je ne vois plus qu’une chose pour m’en sortir. Essayer de me reconvertir vers un métier moins qualifié, oublier mes études, toutes ces années de travail qui, je le pensais, me permettraient d’obtenir une meilleure situation…

  62. Bonjour,
    Je suis exactement dans la même situation avec un bac +5 entraînement management et ingénierie du sport, et plusieurs expériences dans différents domaines. Ca fait un an que je suis à la recherche d’emploi…!
    Soit vous n’avez pas assez d’expériences soit vous êtes sur-qualifier.
    Je pense refaire une reconversion pro. à l’étranger et là encore je me dis que ça serait probablement une perte de temps et d’argent.
    Franchement je me sens nulle et démotivée :/ au fond du gouffre sans trop savoir comment je pourrai m’en sortir.
    Ca m’étonne pas que la dépression est super élevée en France.
    Par contre, par moment je me pose la question est ce que cela est dû à mon prénom arabe ou est qu’il y a aussi des français dans la même situation ???!!

  63. Bonjour a tous et toutes
    Maintenant les seuls diplomes qui trouve du travail sont les diplomes qui permette de se mettre a son compte avec carnet de clients bien remplie
    On est de plus son propre patron et l on gere soit meme son emploi du temps
    Le type de diplome qui permet d avoir ce type d activite pro est limite et tres selectif a l entre
    Medecin ou veterinaire ou dentiste ou expert comptable par exemple
    Je vous laisse deviner les autres specialite possible
    Ces diplomes permette d ailleurs autant d etre salarie que etre a son compte et il y a du travail avec de gros revenu
    Par contre ingenieur ou master c est nulle car il faut trouver un patron et avoir de l experience que tu n a pas toujours
    Impossible de se mettre a son compte avec ses diplomes c est chomage direct
    J espere que vous avez compris la logique actuelle du monde du travail

  64. Mouvement des gilets jaunes et chomage
    Par definition le mouvement des gilets jaunes est apolitique
    Ils ne peuvent donc pas se presenter a des elections y compris
    Europeene
    Mais certains instrumentalise le mouvement des gilets jaunes sans en plus avoir les qualites pour faire carriere en se presantant aux election europeene par opportunisme en utilisant l argent du peuple pour financer leur campagne

  65. Bonjour à tous!
    Je suis dans la même situation que beaucoup d’entre vous, bac + 5 en tant que formatrice FLE. A la sortie de mes études en 2015, j’ai eu des contrats de 2h à 4h par semaine pour ce métier… J’ai eu la chance, je dis bien la chance, de trouver un poste de 13 mois dans ma branche et à temps plein! On me disait souvent que les centres de formation appréciaient de voir sur le cv d’un candidat un an de travail dans une même entreprise. Et bien je peux vous dire que non. Car la plupart n’ont pas les financements pour embaucher une personne de plus même s’ils ont des besoins évidents. Désormais, je n’ai plus envie de faire mon métier de formatrice car il est beaucoup trop précaire, j’aurai réalisé un rêve pendant un temps. Au bout de 4 mois de recherche (septembre 2018), au vu des réponses des centres (peut être en mars 2019 ou en septembre 2019, etc.) j’ai décidé de faire une formation dans le secrétariat vu que j’adore tout ce qui est administratif. Mais qui dit bac + 5, dit non prioritaire. Donc sur les conseils de Pôle emploi et après deux semaines d’immersions professionnelles qui se sont très bien passées, je tente de candidater à des postes liés au secrétariat. J’ai commencé les recherches depuis début décembre (oui il a fallu 2 mois à PE pour me dire que je ne serai pas prioritaire pour une formation…). Pour le moment, j’ai plus le droit à des “pas assez d’expérience dans tel domaine”. Je veux apprendre, je suis prête à apprendre mais si on ne nous laisse pas notre chance, comment faire?
    Mes soucis de santé (le dos) ne me permettent pas de faire des métiers de force comme préparateur de commandes, ou les jobs saisonniers dans les champs.
    En ce moment, je suis partagée entre l’espoir et la déprime. Ça va faire 9 mois le 1er mars que je suis au chômage. Je pensais que ce serait une question de semaine et qu’en septembre je trouverai facilement. Ma famille a tendance à ne pas comprendre que je ne trouve rien et mon conjoint aussi. Pourtant je fais tout ce qu’il faut, je postule à des offres, j’ai envoyé beaucoup de candidatures spontanées, je me suis inscrite en intérim et la semaine prochaine, j’irai à un forum de l’emploi à côté de ma ville (tout en sachant que ça ne marchera pas car c’est le 5ème que je fais depuis 2015 et on ne m’a jamais contacté, mais au moins je pourrais me faire connaître.)
    Bon courage à tous!

  66. Bonjour !

    Je me sens moins seul moi qui me dis être nul ! BAC+5 également avec de l’expérience dans le management et la qualité je recherche depuis 5 mois certes un peu moins mais lorsque l’on vous dit “on a toujours pas reçu le nombre de candidats souhaités votre candidature est pas écartée” alors que l’on est censé avoir une réponse ce jour là je me dis les RH ne jouent pas le jeu non plus, ensuite certains me convoquent en entretien pour me dire “la formation sera trop onéreuse”.
    Je te rejoins sur le fait qu’à un moment on doute de soi même, de ses compétences, qualités, alors qu’ils n’en est rien, nous somme très bon je pense dans nos domaines respectifs… Courage à tous ce qui recherchent un boulot comme moi en 2019.

  67. Bonjour !

    A la lecture de vos messages et des situations variées qui me parlent, j’aimerais vous faire part du projet suivant : je recherche actuellement des personnes sans emploi, de plutôt longue durée, situées à Paris ou IDF, jeunes et moins jeunes qui accepteraient d’échanger et donner leur vision de la situation dans le cadre d’un travail photographique que j’entreprends. Les personnes qui le souhaitent peuvent m’écrire à alexandra.dreyfus@gmail.com pour en parler plus en détails ensemble.
    Merci pour votre intérêt et bon courage à tous.

  68. Bonjour à tous,
    J’ai lu vos commentaires et cela m’a touchée car je me reconnais dans vos propos. Diplomée d’une formation d’ingénieure en environnement fin 2018, j’ai été au chomage 5 mois. J’ai envoyé une 40aine de candidatures, passé plus de 10 entretiens mais sans résultats. Je commençais vraiment à désespérer car les entretiens se passaient bien mais c’était chaque fois la même excuse “vous avez une bonne formation… mais vous n’avez pas assez d’experience”. Ca me rendait folle… évidemment je n’ai pas beaucoup d’expérience je sors d’école, mais je suis très motivée!!! Je m’en voulais de ne pas avoir fait une formation qui mène à des métiers dans l’industrie, secteur qui embauche… Au bout d’un moment, j’ai commencé à avoir une sorte de rage en moi… qui me rendait beaucoup plus convaincante en entretien… Et cela a fini par payer! Un DRH beinveillant ma recontactée suite à un entretien en me disant qu’il avait envie de laisser sa chance à une jeune diplomée.
    Surtout ne perdez pas espoir, croyez en votre diplome et en vos compétences. Ce que vous dégagez est très important en entretien. La chance tourne pour tout le monde. Il y aura toujours une personne bienveillante pour croire en vous au milieu de ceux qui courent après le CV et l’expérience.

  69. Bonjour,
    moi j’ai un bac +5 en finance de marché, un bac+5 en économie (allemand) et un dut de compta. Vous savez quoi, je ne décroche pas les jobs que je veux ou si j’arrive je n’arrive pas à les garder car je ne suis pas tout de suite efficace car je ne suis pas resté suffisamment longtemps pour être bon dans un domaine…
    Parallèlement j’ai eu 2 ans de téléconseiller et vous savez quoi ? C’était les boites qui ont le mieux formé, 8 à 15 jours!!!Je ne comprend même pas pourquoi on ne forme pas pour un poste dit important et 15 jours pour un poste qui n’a aucune répercussion sur l’entreprise. Car quand les candidats ont des bac+5, on peut quand même supposer qu’ils ont les capacités pour absorber une formation.
    Cordialement

  70. Bonjour,
    Tous ces messages sont instructifs.
    En France, il y a un problème d’offres et de demandes. Des universités qui produisent des diplômes de qualités avec un maximum de diplômés, aux débouchés aléatoires et des salaires assez faibles en statut non cadre, (mais cela est un sujet tabou qui ne sera pas abordé par ceux qui enseignent), des pseudo-écoles de commerce qui sont en réalité des entreprises, et autres organismes de formation qui nivellent par le bas en intégrant quasiment tous les profils dès lors qu’ils payent, en proposant des titres type Bachelor ou niveau bac +5 (et non des diplômes) et en remplissant au maximum les effectifs, car cela rapporte.
    Avec la bénédiction de ces gouvernements successifs, de gauche comme de droite, afin de diminuer artificiellement le taux de chômage.
    Je connais plusieurs diplômés universitaires jusqu’à Bac +5, qui effectivement galèrent après leur sortie de fac, même plusieurs années après, avec des entretiens qui n’en finissent plus, des recruteurs hyper exigeants, tellement les candidats sont nombreux, cela devient du délire !
    Aujourd’hui, il y a des métiers en manque de main d’oeuvre dans des secteurs techniques, correctement rémunérés et qui ont du mal à trouver des candidat.e.s.

    Voila la réalité des choses,

    Bon courage

  71. Si vous vous apellez nadine, michelle ou nancy vous aurez certainement trouvé un travail j’en suis convaincu. Mais hélas le recrutement au faciès a de beau jours devant lui en France.
    Venez en Amérique du nord ou on vous recrutera pour ce que vous valez et pas parce que vous vous apellez Nabila.

  72. Je me reconnais énormément dans ton parcours… Pour ma part je n’ai même pas eu la chance d’avoir une première expérience puisque je suis jeune diplômé et en recherche depuis un an et demi. C’est une véritable traversée du désert, Évidemment quand on pose son CV dans des CVtèques c’est des tonnes d’appels de société de prestations/conseils mais il n’y a aucun poste derrière. Ces sociétés sont infectes, elles sont l’instrument de toutes les grandes entreprises qui ne veulent pas embaucher en direct à cause des contrats de travail trop rigides et pour pouvoir couper leurs coûts comme elles le souhaitent! J’ai dû travaillé durant ma recherche d’emploi pour un oncle dans une entreprise du secteur tertiaire car c’était la seule possibilité de travailler et cela m’est reproché lors d’entretiens parce que cela n’a aucun lien avec l’industrie! J’ai 26 ans, un bac +5, je suis indigné, je ne comprends pas la politique de recrutement, il n’y a aucun investissement sur le potentiel de l’individu. Il faut avoir de la chance, des contacts, ou du réseau, et encore..

  73. Parlons retraite et espérance de vie.
    On demande de travailler plus longtemps car on vivrait plus vieux.
    79 ans homme et 84 ans femme.
    Ceci est faux.
    Car ceci est une moyenne.
    En réalité la majorité des décès se situent actuellement entre 45 et 72 ans.
    Pourquoi alors arrive-t-on à 79 et 84 ans dans leur calcul ?
    C’est très simple il font la moyenne avec ceux qui sont nés avant la guerre qui vivent plus vieux que ceux nés après la guerre et qui ont entre 45 et 72 ans, ce qui remonte la moyenne de facto. Mais quand ceux nés avant la guerre seront morts, il ne restera que ceux nés après la guerre dans le calcul et de facto la vérité sur l’espérance de vie de ceux qui travaillent actuellement arrivera au grand jour elle baissera de 5 à 10 ans. C’est déjà en marche au USA.
    Pour faire simple, ceux qui travaillent actuellement payent pour ceux qui sont déjà en retraite et qui vivront plus vieux que eux. Les travailleurs actuels donneront plus d’argent aux retraités actuels que ce qu’ils recevront eux à la retraite car les travailleurs actuels vivront moins vieux à la retraite et en moins bonne santé et seront obligés de travailler plus longtemps jusqu’à 65 ans minimum. C’est le marché de dupes intergénérationnel.

  74. Je ne suis pas d’accord avec ce que dit Daniel. Je vois beaucoup d’ingénieurs qui sont dans la même situation et qui n’ont aucune origine étrangère…
    Même si je reconnais qu’il est plus difficile de se faire recruter lorsqu’on est maghrébin. Je recrute même moi aujourd’hui, et je n’avais pas cette a priori à ma prise de poste. Mais je ne peux que constater que le management des gens issus de l’immigration sont plus difficiles à manager. Donc forcément je pense que ça joue car on a pas envie de s’emmerder avec des gens difficiles. Après je ne recrute pas des bac + 5, j’imagine que le comportement est différent.
    En vous lisant, je constate que beaucoup ont des bac + 5 qui n’ont pas ou peu de perspectives. Je crois que c’est le gros problème est France. Les Fac créent de nombreux M2 qui en mènent à rien et qui ne sont absolument pas pratique.
    C’est ce que j’ai constaté après mon M2 droit des affaires. J’ai donc changé un secteur où il y avait encore du recrutement à des postes de cadres sup et j’ai refait un M2 dans ce secteur. Cela m’a demandé beaucoup d’efforts car j’ai faire ce M2 dans une autre ville en alternance.
    Aujourd’hui, je suis cadre dirigeante.

  75. et je suis entièrement d’accord avec Martin

  76. Pour reprendre le débat sur l esperence de vie des travailleurs actuelle bac + 5 ou pas
    Lire la vrai raison de la duree de vie
    Reporterre.net
    parmi d autre que j ai trouvé

  77. Bonjour, j’ai 31 ans avec un bac+5 en sciences humaines et sociales spécialité en sociologie et je suis au chômage depuis 5 ans en alternant des sessions de formation et jobs saisonniers l’été.
    A la sortie de master, j’ai passé quelques mois au chômage, j’ai voulu faire une formation en ressources humaines que j’ai dû arrêter faute de stage (les employeurs ne voulaient pas payer). Du coup, je suis retournée chez pole emploi sans succès.
    Comme je voulais travailler dans le domaines socio éducatif et l’information sociale, j’ai fait plusieurs stages gratuits avec pole emploi en tant que moniteur éducateur, éducateur spécialisé. J’ai passé plusieurs fois les concours socio éducatif mais j’ai ete prise pour la formation d’assistante du service social. Mais là encore j’ai arrêté au bout de deux ans car impossible de trouver un stage en deuxième année. Apparemment le monde du social est bouché à part le medico social (auxiliaire de vie sociale, aide soignante, amp, etc.) ce que je refuse de faire car je connais très bien ce monde et ne supporte pas le médical. Donc retour chez pole emploi.
    Depuis 2016, j’ai un job d’été (juillet à septembre/octobre) assuré en tant qu’ouvrier agricole mais le reste de l’année c’est plat. Je ne décroche aucun entretien car je suis trop diplômée pour le travail où il ne faut pas de diplômes mais là où il faut des diplômes, mes diplômes ne sont pas reconnus. Tous mes conseillés pole emploi (j’en suis a 3) me forcent à faire une formation en médico-social pour devenir auxilaire de vie sociale car je veux travailler dans le social et comme c’est un des domaines qui recrutent le plus par chez moi. Je me suis déjà fait radier car j’ai refusé cette formation.
    Alors voilà où j’en suis je ne sais plus quoi faire et où aller. Je suis perdue. J’en ai assez du chômage.
    J’aimerais vraiment un travail stable pour enfin prendre mon indépendance.

  78. BAC + 5 chômage depuis 6-7 mois dans le domaine de la qualité ce que je constate :

    – Les recruteurs ne donnent aucune réponse même lorsque l’on vous sollicite après avoir candidaté et lorsque vous faites une réponse ce sont des copier-coller du style “nous gardons quand même votre CV dans notre base”. J’ai eu 2 retours certes négatif mais sérieux (appel téléphonique me donnant les raisons du refus) d’entreprises au passage avec un suivi RH pour toute les candidatures faire.

    – Avec un Master en qualité sur des postes de techniciens nous sommes trop qualifiés et sur des poste d’ingénieurs vous souhaitez 5 à 10 ans d’expérience (laissez-nous prendre de l’expérience nous somme jeune et avons soif d’apprendre).

    – Il m’est arrivé que les RH aient perdu mon CV ou ne l’avaient pas eu entre les mains.

    – Ayant des compétences transversales il est très difficile d’aller bosser d’un domaine à l ‘autre car vous souhaitez des gens tout de suite opérationnels.

    Au final, je me demande ce que cherchent les entreprises mais surtout pourquoi autant de mépris de la part de beaucoup de RH. Nous somme des humains avant tous.

    Pour ma part, je recherche sur des site tels que Indeed (même si je crois de moins en moins à ces annonces), leboncoin, Apec est le réseau qui est sans doute le meilleurs moyen d’avoir ce “fameux marché caché” et de pouvoir rencontré des directeurs, ou professionnels plus à même de connaitre le besoin des entreprises.

    En tout cas bonne chance à tous les chercheurs d’opportunités !

    @jeunediplomé75

  79. Un master en poche, et 8 mois de chômage plus tard je suis là, je lutte tant bien que mal contre les idées noires qui me traversent l’esprit..

  80. Bac+5, un service civique, trois stages, plusieurs expériences à l’étranger.. Presque 8 mois plus tard, je suis toujours à la recherche de mon premier emploi… Comme toi, je me suis tournée vers d’autres postes puis d’autres secteurs demandant peu ou pas de qualification. En vain. Merci pour ton témoignage et tous ceux qui ont suivi. On se sent moins seul.e, moins nul.le, moins en dehors du monde.

  81. Bonjour,

    Pouvez-vous m’appeler au : 06-41-03-32-42
    J’aimerais échanger avec vous sur ma situation aussi …
    qui est largement différente de la vôtre …
    Diplômé d’un M2 d’Informatique et Niveau d’un autre M2 en Banque que j’ai arrêté …

  82. @Thomas je te rejoins totalement et surtout sur un point que j’avais pas vu : ces sociétés de conseils sont infectes comme tu le dis il y a plus de sociétés de conseils faisant croire qu’il y a du travail si je les écouteraient je serais H24 à Paris en entretien mais comme il y a jamais de suite avec eux tellement elles sont centrées sur leurs CA que sur la valeur humaine ça ne donne plus envie !

  83. hey je reviens vers vous après 8 mois de chomâge j’ai enfin trouvé un petit boulot d’interim dans mon domaine en tout cas faite pas comme moi car j’ai ecouté pas mal de mes anciens collègues qui disent tous bosser avec des salaires de fou mais il en est rien ils sont tous comme nous bac+5 avec 27 a 32K pour démarrer avec 2-3 ans d’expérience.

    Bon courage a tous !

  84. Je tiens à préciser certaines choses…
    D’abord le commentaire du dessus, 27-32k € est un salaire confortable (dans le top 20%,). Vous êtes en France, un pays qui n’est pas aussi fiche que les USA, l’Australie, le Canada, les Pays-Bas ou la Suède.
    Ensuite, beaucoup de commentateurs ont malheureusement un master dans un secteur très bouché. La France a besoin d’ingénieurs mais en informatique, en bâtiment, en mécanique et d’ailleurs plus que d’ingénieurs en informatique c’est de développeurs (bac + 2 ou bac + 3). Les jobs d’ingénieurs en environnement sont très peu demandés. Les universités et écoles sont souvent très déconnectées de ce que le marché de l’emploi. Des jobs à 1600-2000€ par mois (salaire débutant qui monte vite) et où l’on ne risque pas d’être au chômage : certains métiers de l’industrie (chaudronnerie, technicien de l’aviation), mécanicien, plombier, boulanger, pâtissiers et cuisiniers avec du talent, assistant de direction/manager, développeur web, coiffeur, etc… En réalité, ceux font a besoin la France c’est de techniciens et de main d’oeuvre manuelle.
    Je reviens sur les diplômes mais par exemple le secteur du droit est très bouché car si la demande de gens formées en droit est importante, les formations sont inadaptées : notaires, commercial en assurance, agent immobilier et agent de gestion locative (bac + 3) sont très demandés et comme vous le voyez ce ne sont pas des formations uniquement de droit mais qui font intervenir beaucoup de droit avec d’autres compétences. À bac + 5 les formations en droit offrant des débouchés sont celles de droit des affaires (mieux vaut être avocat donc bac + 8) mais surtout en droit des assurances et bancaires, en fiscalité, en immobilier et en droit social avec une VRAIE formation dans des savoirs comptables, en négociation, en marketing et en contrôle de gestion-système d’information. Je vous préviens, il est facile de faire passer un master de droit immobilier en un master de management de projet immobilier un changeant le nom et en ajoutant quelques matières bidons.

    Enfin, je vous souvent lz critique venir sur le fait que les entreprises ‘r forment pas du tout leurs salariés débutants avec un bon niveau scolaire… Une raison c’est le coût, la France à un coût du travail élevé comparé aux USA. Si les USA semblent mieux former leurs nouveaux venus dans l’entreprise c’est pour cette raison… Et aussi le fait que la mentalité française est très moralisatrice, dure, ne supporte pas l’erreur.

  85. Bonjour,
    Etre diplômé de la fac (toutes facs confondues) est souvent synonyme de difficultés et de galères pour trouver un emploi, (pas d’expérience ou très peu, aucune préparation aux entretiens, etc.) a fortiori sur des secteurs concurrentiels et avec des salaires vraiment faibles, proche du smic, et qui n’évoluent pas. Idem pour la plupart des pseudo-écoles de commerce, qui font du chiffre, ou des organismes de formation qui proposent des titres ayant peu de valeurs (Bachelors, voire bac +5) à des étudiants en échec scolaire, dont le portefeuilles est avant tout examiné au détriment du dossier pédagogique.
    En parallèle, un besoin important de main d’oeuvre dans des secteurs plus techniques, et/ou plus physiques.
    Selon moi, c’est le résultat des objectifs de tous ces gouvernements successifs, avec plus de 80% de personnes avec un BAC, à la non-généralisation du numerus clausus, et au discours des enseignants, profs de fac, enseignants-chercheurs, etc. en complet décalage avec la réalité sociale et économique, mais qui veulent garder leur emploi et créer des classes, et gommer les chiffres du chômage, en inscrivant toujours plus de monde en fac, au lieu de Pôle Emploi.
    Je pourrai aussi parler du chômage des doctorants hyper-spécialisés et qui n’ont pas de poste ou qui trouvent des jobs n’ayant rien à voir, avec toujours des salaires faibles.
    Trouver un emploi, ça se passe souvent par connaissances tellement c’est devenu compliqué parfois, avec tous ces entretiens qui s’enchaînent pour parfois aucun résultat.
    Sujet tabou car c’est tout le système qui est à revoir..
    Bonne chance,
    Cordialement

  86. 43 ans, en situation de handicap, hébergé chez mes parents, l’équivalent du Bac en poche. J’ai dû arrêter mon précédent emploi à cause de mon état de santé. J’ai repris une formation où on nous promettait “au minimum un stage” parce que domaine en plein boum “internet”. Résultat : 5 ans après mon dernier emploi et malgré une candidature par jour, toujours rien en vue. Je fais quoi maintenant ? Et le coup du : “développez votre réseau”, merci mais j’ai des profils et des contacts sur plein de sites spécialisés et ça change rien. Alors qu’on arrête de nous raconter des histoires et qu’on nous donne du boulot, parce que oui, il y en a qui veulent bosser.

  87. Bonjour a toutes et a tous

    Aujourd’hui hui j’ai envie de vous faire part de ce qui m’arrive :

    Je suis diplômé depuis Septembre 2018, depuis Mai 2019 je suis en poste en tant que Technicien Qualité produit , je remplace donc une ingénieure partie en maladie , le poste me plait (tâches quotidienne) sauf ramasser les rebuts de 10 kg chacun y en a 50 par caisses je vous laisse imaginer la corvée tous les matins …

    J’ai pour mission d’analyser pourquoi l’entreprise a ce style de rebuts (donc boulot d’ingénieur) et de faire des mini projet tel que des 5S (toujours un niveau ingénieur selon moi )

    J’ai un salaire de 1900 € net par Mois et le statut de technicien , j’aimerai avoir votre avis sur cette situation puisque c’est ce statut “technicien” qui me dérange puisque ayant un diplôme Bac plus 5 ca me gene vraiment cette intitulé.

    J’ai un CDD de 3 Mois depuis mi Juin 2019 je pense qu’ils vont le renouveler et je souhaiterais savoir si sa vaut le coup de leurs dire que je souhaite avoir ce statut avec un salaire en phase

    Merci pour vos réponse

  88. Assez d’accord avec ce qu’écrit Martin plus haut,
    à 44 ans j’ai repris une licence dans une grande école de comm, sauf que je vois bien que sans le master ça coincera toujours…pour avoir un poste intéressant et bien payé.
    en + avant on était senior à 50 , maintenant c’est à 40! faudra m’expliquer comment je pourrai cotiser jusqu’à 67 !!!!
    Il faut aussi dire que le niveau de l’EN a terriblement baissé
    le bac de 2019 ne vaut rien comparé à celui d’il y a 20 ans et encore moins avec celui d’il y a 40 ans. Ce nivellement par le bas a fait baisser tous les niveaux y compris dans les facs “poubelle” où on fabrique des bac+ 5 sans valeur reconnue par les grandes ets. Les universités sont beaucoup trop déconnectées du marché du travail (universitaires n’ayant jamais bossé dans le privé de leur vie !), sans même parler du plus important = l’ascenseur social en panne ! Même un “petit jeune issu d’un milieu populaire” qui arrive à faire une grande école et la réussit aura du mal ensuite SANS un réseau solide (famille, amis, pistons….), voilà LA grande différence aujourd’hui, où on fabrique l’élite par le portefeuille d’abord, et les vrais intellectuels ou talents sont laissés au bord de la route. Oui, c’est révoltant, oui ça fait peur de voir certains nuls qui sont aux commandes juste parce qu’ils sont nés du bon côté de la barrière….
    Mais il ne faut pas de décourager, depuis que je suis sortie des études il y a 25 ans, j’ai moi aussi connu le chômage et tt ce qui allait avec, galères de petits jobs…rien n’a changé !
    Il y a trop peu de perspectives en France, vous les jeunes n’hésitez pas à vous expatrier pour avoir de vraies chances de grimper les échelons. C’est malheureux pour notre pays, mais celui-ci est encore trop sclérosé pour ne pas perdre son temps inutilement.Partez et apprenez à fond l’anglais c’est THE compétence minimum à avoir, là aussi quand on voit le niveau à l’EN, rien ou si peu a changé !!! Et dire que l’EN nous coûte 65 milliards d’Euros par an !!!!!!!!!!!!!!!
    Voilà je n’ai pas de solutions pour moi, je suis déjà trop âgée, pas assez formée…mais vous les jeunes, foncez et continuez à apprendre, et surtout déployez vos ailes , ne restez pas dans un pays qui ne vous fait aucune place.

  89. Je partage l’avis de tous ; j’ai 51 ans, un BAC + 5, 25 ans d’expérience professionnelle en assistanat commercial et technique. Depuis 3 mois au chômage, je ne trouve rien : j’ai envoyé des CV par centaines, répondu à des offres, envoyer des candidatures spontanées, rempli la CV thèque des boites d’intérim et des cabinets de recrutement, mis à jour mon profil sur les réseaux sociaux, passer des entretiens avec des salaires proposés au SMIC, et j’en passe ; j’en viens à me demander si je ne vais pas m’expatrier, car ici, on n’est jamais dans la bonne case, trop jeune ou trop vieux, trop expérimenté ou pas assez, trop petit ou trop grand, trop beau ou trop moche. Il y a un mépris des candidats de la part des employeurs qui est indécent, on est presque obligé de s’excuser de chercher du travail, et si en plus on veut être payé, ils sont scandalisés. Il faut vraiment être fort moralement pour ne pas sombrer.

  90. si au bout de 3 mois vous ne trouvez rien c est que vous ne faites plus l affaire.. ..faut se réorienter sur un poste ingrats…: batiment, serveur, interim…sinon s expatrier pour les plus jeunes…bonne chance a tous…toutes ces galères et ces illusions a postuler et passer des entretiens fictifs malgré de bons diplomes.

  91. Bonjour a tous, eh bien je vois que je ne suis pas le seul dans la meme galère.
    Mais je pense etre celui parmis vous que l on a le plus humilié……
    Je travaillais comme sous traitant pour un industriel du domaine de la defense et du jour au lendemain……viré parce que pouvant etre une menace terroriste pour le pays….vous imaginez lol l humiliation ultime que cela peut représenter….et depuis 2 ans galère remise en question……

  92. Le marché du travail est bien un “marché” et rien d’autre. Une fois que j’ai compris ça, j’ai vite changé de stratégie concernant la recherche d’emploi.
    Passez les concours de la fonction publique d’État (ministères économiques et financiers, affaires étrangères, intérieur…), vous y serez mieux considéré et traité. C’est ce que j’ai fait, et je ne le regrette pas. En plus, une fois dans la place vous avez tout le loisir pour monter en grade en passant d’autres concours et en vous formant ; le tout en étant en poste.
    Je n’avais pas la patience d’attendre que les entreprises daignent se décider sur mon cv et mes entretiens. Quand une entreprise me contacte dorénavant, je fais monter les enchères. C’est le prix à payer pour leur frilosité. Comme quand une action monte, plus vous attendez pour l’acheter et plus son prix d’achat est cher. Si les entreprises ne veulent pas prendre de risques et miser sur vous, alors faites sans elles.

  93. Bonjour à tous,
    Je me retrouve dans cette situation, bac+5 en maths info datascience, on pourrait croire que c’est l’avenir, qu’il y a de nombreux postes à pourvoir, il n’en est rien… Des offres, mais derrière toujours les mêmes mails automatiques, ou alors dans des Ssii comme consultant sans avenir…. Et même là c’est compliqué. Donc je suis coincée, cela fait des mois que je recherche, la moitié de mes candidatures je n’ai aucune nouvelle, même pas un entretien, pôle emploi ne sert à rien, et pire que tout à la fac comme la mienne et d’autres, il n’y a aucun annuaire des anciens élèves. J’en suis venue à la conclusion suivante, de ce que j’ai observé, si vous n’avez pas de réseau, pas de piston, c’est mort.
    Je laisse mon mail si quelqu’un veut en parler avec moi, ou est du domaine, ou si un employé d’une entreprise se balade dans le coin, on ne sait jamais : encrebleu64@gmail.com
    Voilà et même à des postes de bac+2,candidature refusée directe.
    Désespérant au possible. Ça valait le coup de bosser autant à l’école…

  94. Bonjour,
    Je vis la même situation. Je suis un jeune diplômé d’un Master en gestion de l’environnement. Ça fait 7 mois que je cherche un premier emploi mais rien. Le pire c’est que pendant tout ce temps, je n’ai pas de revenus, je n’ai pas droit au chômage aussi (parce que j’ai démissionné de mon dernier emploi pour me concentrer sur mon rapport de stage de fin d’étude), heureusement il y a l’aide au logement lol. J’ai fait environ 80 candidatures aux offres d’emploi et 120 candidatures spontanées. Des nombreux déplacements pour poser mon dossier ou pour des entretiens.
    Je vais partir monter une activité dans mon pays d’origine. Si je savais que c’était aussi difficile de trouver un travail quand on a un bac+5, j’aurai arrêté depuis la licence pour me concentrer sur mes projets au pays.
    Bonne chance à tous

  95. Bonjour,
    J’ai 52 ans. Je recherche un emploi de responsable marketing depuis 1 an. 1 seul entretien au cours duquel je me suis entendu dire que j’étais un risque pour un employeur. Pourquoi ? parce que j’ai créé il y 8 ans une société d’import/export et de services. Les recruteurs n’aiment pas les profils d’entrepreneurs … ils en ont peur ! Deuxième handicap : je suis senior ! Pourtant malgré mon âge, j’ai passé à 50 ans un Master 2 en gestion des risques/PCA et j’avais déjà un Master 2 en marketing. Ne pouvant rester à attendre une éventuelle potentielle réponse, j’ai recréé une agence de marketing et je me suis formée au marketing digitale, design thinking, design sprint par moi-même ! J’ai été consultante associée en marketing pendant 12 ans puis directrice adjointe et consultante pendant 9 ans et dirigeante d’entreprise à l’international pendant 8 ans … en attendant de trouver un employeur, je m’apprête pour financer les études de mon fils à prendre un poste dans un supermarché pour remplir les rayons entre 6h et 9h le matin ou faire les ménages chez Airbnb … trouvez-vous cette situation normale à 52 ans avec un double master ? J’ai même fait une croix sur mon salaire !

  96. Bonjour, dans le cadre d’un prochain numéro de l’émission Dialogue Citoyen, diffusée sur Public Sénat, nous recherchons des témoignages de diplômés de 26 ans et + concernés par le chômage. Si cela vous intéresse, merci de nous contacter à l’adresse suivante: assistant-mag2@publicsenat.fr

  97. Bonjour,
    Je suis actuellement sur un projet de recrutement d’ingénieurs ou de diplômés bac+3 à bac+5 avec ou sans années d’expériences professionnelles, pour partir travailler au Québec, Si vous êtes partants pour valoriser votre CV en Amérique du Nord, on pourra échanger? Vous pouvez me contacter directement par mail LTMA.sourcing@gmail.com
    A bientôt !

  98. Les ressources humaines ne sont pas une science. Malgré les revues et le sérieux que cela inspire, le milieu est plein de préjugés. N’imaginez même pas ceux qui recrutent sans venir de ce milieu : c’est pire. Les injonctions sont très souvent contradictoires et l’honnêteté intellectuelle assez absente. Comme vous, je porte un regard très sévère sur les recruteurs, autant privés que publics (ces derniers s’alignent au privé ou reste très traditionnaliste avec les concours qui posent de nombreuses problématiques). Actuellement, je suis au chomage aussi.
    Bon courage à vous.

  99. @Kallia”Le bac de 2019 ne vaut rien comparé à celui d’il y a 20 ans et encore moins avec celui d’il y a 40 ans. Ce nivellement par le bas a fait baisser tous les niveaux y compris dans les facs “poubelle” où on fabrique des bac+ 5 sans valeur reconnue par les grandes ets.”
    Ce commentaire est assez méprisant dans sa formule. Bien sûr qu’une inflation des diplômes fait baisser leurs valeurs, mais aucune université profite de cette situation et dupe sciemment les étudiants. C’est une circonstance, c’est tout. Le diplôme n’a pas pour objectif d’apporter une distinction entre “moi et les autres qui sont moins bien”. La logique a changé et vous pouvez le regretter, mais ce n’est plus soutenable de considérer le diplôme comme un moyen d’accumulation de symboliques et de distinction. Cela est terminé

  100. Je vois que beaucoup sont à la même enseigne. C’est affolant. Choquant. Désespérant. Je n’ai pas bac +5. Mais un bac +3 Marketing. Trois ans de vente. Un an en banque. Et me voilà au chômage. Comme une pauvre malheureuse. J’enchaîne les entretiens. Plus ridicules les uns que les autres. On demande de l’expérience. Des diplômes. Je donne. Une fois que je suis face à ces personnes ; « on vous a senti trop stressée, ça va pas le faire pour le poste ». Autrement dit, le stress est aujourd’hui un élément de refus. Je l’ignorais. Pardonnez-moi d’avoir préparé mon entretien pendant une semaine sans manger ni dormir la nuit. Pardon de parler pendant 1h25 face à une webcam et face à des chargées de recrutement qui regardaient en même temps leur téléphone. Pardon de stresser pour mon avenir. Pardon d’avoir des diplômes. Pardon de respirer. C’est alors que j’ai décidé de me mettre dans la RH. Je me suis dit que j’allais profiter de cette période de chômage pour reprendre les études et changer complètement de voie. Une licence RH en alternance. J’ai trouvé mon école. Tout se passait bien et j’ai eu cet entretien. On m’a dit « on ne regarde pas les diplômes ni les connaissances. On regarde un profil. On sait que vous allez apprendre. Vous avez du courage de reprendre les cours (je n’ai que 25 ans. Pas 55. Mais merci pour cette remarque agréable). Votre CV est génial ». Je le mène à bien et quelques jours plus tard « on ne peut donner suite car on ne voit pas le lien entre vos diplômes et le poste recherché entant qu’assistante recrutement »…. euh. C’est un peu le principe d’une reconversion, le principe de reprise de cours, vous me dites que vous savez que j’allais apprendre et en fait, ça ne correspond pas au poste ? Bon sang. Vous cherchez un poste d’assistante. En alternance. Une gamine qui sort de son BTS, en d’autres termes. Là pour APPRENDRE. J’ai déjà une licence, 4 années d’expérience, et… non ? Non. Ça ne semble choquer personne. Il faut avoir 20 ans et 30 ans de carrière en même temps. C’est si drôle.

  101. Je suis moi-même dans la même situation après ma licence en informatique,j’ai décidé d’arrêter mes études et ne pas poursuivre mon master,à quoi bon ça me fatiguera nerveusement pour rien,au chômage depuis 1 ans et avec le covid ça s’améliore pas,ça en dit sur nos gouvernement et j’ai de plus en plus l’impression que l’école est un camp d’endoctrinment plus que autre chose,je prévois de m’expatrie et de ne plus jamais rebroussé chemin,avec la pression sociale qui pèse sur les épaules,les moqueries des gens aisées et le fait que je vis chez mes parents à 24 ans,j’ai failli me suicider,mais je tiens le coût,un conseil pour les bacheliers ne vous bercer pas d’illusion,Le plus dur est d’être plein d’enthousiasme et d’énergie et de naïveté et la chute est plus dur comme ça,j’aurais même presque envie de vous dissuader de ne pas entrer en fac,mais faîte vous votre propre avis,de toutes façon je regrette d’avoir perdu 4 ans de ma vie pour au final se retrouver dans la moindre connaissance pratique,et c’est le cas en info c’est chiant et c’est pas passionnant du tout à moins d’être un ovni,au moins étudier ce qui vous plaît pour le peu qu’on a est gagné,garder espoir et surtout occuper vous,je songe à une réorientation pour oublier cette échec et essayer de remonter la pente,l’éternel arnaque travailler sur à l’école

  102. Toutes ces réactions me rendent très triste et me font peur aussi. Je suis française mais j’étudie à Montréal. Pour ceux qui peuvent, je vous conseillerai fortement de déménager ici. Je ne dis pas que c’est parfait et que tous vos soucis seront miraculeusement réglés mais il est tout de même plus facile de trouver du travail ici et ce avec un bac +3 (la plupart des gens s’arrêtent à la licence ici et travaillent direct).

  103. Je suis diplômé d’un master en microtechnologie en 2019, suite à cela je rejoins une boite de prestation qui m’embauche sur profil, un mois plus tard j’apprends que je suis licencié car ils n’ont aucune mission à me proposer. Je décide alors de me réorienté dans le web en faisant une POEI où j’étais formé pendant 3 mois et ensuite je rejoignais une boite de prestation. Cette formation était très enrichissante cependant une fois que la formation est terminée je rejoins la boite de prestation et je me retrouve encore une fois sans mission. Je décide donc à postuler à des métiers de technicien en électronique mais on me dit que je suis surqualifié et quand je postule à des postes d’ingénieur en électronique on me dit que je n’ai pas assez d’expérience. Donc je suis un peu perdu et je pense à changer complétement de voie. Si je peux me permettre de donner un conseil aux étudiants, faite une alternance dès la 3 année.

  104. Bonsoir, je suis très atristée de lire vos messages je me reconnais en vous avec un bac +5 type MBA en management des risque j ai 1 experience d’un an et demi et je ne trouve pas d’emploi depuis 1 an peu d experience dans mon domaine trop d experience sur d’autres postes je suis à bout, toutes les portes se ferment et avec le covid ça ne s arrange pas. Quand je pense aux temps investi et à tout ce que j’ai sacrifié je suis juste degoutée au plus haut point.
    Bonne chance à tous

  105. Bon courage à toi !!

  106. @Grace

    Je suis Montréalais et j’ai le niveau bac+5 en administration publique.

    Trilingue, j’ai fait mon master en Chine, en plus d’être boursier et de terminer dans le top 20% des élèves de ma classe (j’ai quand même coiffé des membres du Parti communiste avec mon résultat de thèse).

    Pourtant, ici, que dalle.

    À part être l’instructeur de tennis d’été, j’ai absolument rien trouvé. Une petite soixantaine, centaine de CV envoyés, tant pour des stages que pour des boulots de méga-débutants (j’ai appliqué pour une OSBL qui offrait des camps d’été aux enfants t même-là, quand ils ont su dans quel arrondissement je vis, c’était trop loin pour leurs ”opérations”, j’imagine).

    Niet. Zéro. Nada.

    Donc de dire aux copains Français qu’ici, c’est l’Eldorado, faut quand même pas charrier…

  107. bac+5 physique, même pas embauché pour être simple technicien, même pas d’entretiens, bref je vais bosser à l’usine au smic jusqu’à ma retraite