Avatar

Mohammed T.21 juin 2019

“Détaille la mort avant que la mort te détaille”

Je rappe depuis que je suis petit et ça me fait du bien !

Depuis l'école primaire, j'écris des textes de rap sur mon quotidien. L'amour de la musique m’aide à mieux affronter mes soucis et la vie en foyer.

Par Mohammed T.21 juin 2019

La première fois que j’ai écrit, c’était en CE2. C’est quand Sexion d’Assaut a sorti Disque d’or. Ce son, c’était du feu ! Mon premier texte parlait de foot parce que, quand j’étais petit, je voulais jouer en club. Mon tonton, il avait dit qu’il allait m’inscrire, mais il ne m’a jamais inscrit. Ensuite, en CM1, j’écrivais pas vraiment. Je mettais les écouteurs avec une instru et j’improvisais.

Disque d’or est tiré de l’album L’Apogée, sorti en 2012. Disque de diamant (plus de 500 000 exemplaires vendus), c’est le 3ème album de Sexion d’Assaut, et le dernier avec Maître Gims !

Je parlais que de la hess car je ne connaissais que ça

En CM2, j’ai vraiment commencé à écrire quand un gars du quartier a sorti un clip. C’était la folie ! Il parlait de la hess, des bavures policières, du trafic et même de l’amour. J’étais là pendant le tournage du clip. C’était en 2015 à la Grange-aux-Belles dans le 10e. Tout le monde s’ambiançait. À ce moment-là, je parlais que de la hess car je ne connaissais que ça. Quand j’ouvrais le frigo, y avait que des yaourts nature. En plus, j’avais rien. On galérait. À l’époque, quand mes parents partaient, ils fermaient la porte de la cuisine et ils nous laissaient juste une bouteille d’eau dans le salon. Pas de sodas. Alors rapper, ça me faisait du bien. Chez moi, je chantais et je trouvais des intrus sur YouTube. Souvent, quand j’avais rien à faire, ça me donnait de l’inspi.

J’écris tous les jours

Depuis que je suis passé par la juge en 2016 et que je suis allé en internat en foyer, j’ai commencé à rapper sur les guerres de quartiers, sur mes potes. J’ai aussi fait un texte sur la vie au foyer. Généralement, quand je mange, je suis heureux et quand je suis heureux, j’ai l’inspi. Quand je m’ennuie aussi. J’écris tous les jours : soit je prends le temps d’écrire de mon côté, soit on se fait des freestyles à plusieurs en dix minutes. Je note les paroles sur le téléphone. Des fois, quand je suis au salon du foyer, je rappe avec les écouteurs.

« Les teufeurs harcelé.e.s par les haters sur Twitter, j’ai enquêté ». Yasmine leur a laissé la parole, au-delà des clichés !

Maintenant, tous les mercredis, je vais au studio. La première fois que j’ai enregistré y avait presque tout mon quartier dans le studio. Quand je suis tout seul, je suis à l’aise, mais quand il y a du monde, je fais le guignol car ils sont derrière la vitre et ils m’entendent. C’est marrant ! Je commence à être reconnu par mon entourage et ça fait plaisir.

 

Mohamed T. 14 ans, collégien, Paris

Crédit photo Unsplash // CC Britney Burnett

TAGS :