Avatar

Johanna C.22 février 2017

Je suis actuellement à l'école de la deuxième chance en Ile-de-France.

Mère adolescente, j’ai dû abandonner mes rêves

Chaque année en France, quelques 5 000 jeunes filles entre 15 et 19 ans deviennent mères. J'ai accouché à 16 ans alors que je rêvais d'être actrice. Mais ça, c'était avant..

Par Johanna C.22 février 2017

Je viens du Portugal où, à 16 ans, j’ai eu un « petit accident » : je suis tombée enceinte. J’ai eu plusieurs problèmes avec mon copain, français, et ses parents. Ils voulaient coûte que coûte que j’avorte. C’était dur, j’ai été insultée.

Mais après une grossesse compliquée, et quand mon bébé a eu six mois, mon copain a finalement ouvert les yeux et est venu me rejoindre chez moi, au Portugal. Je l’ai accepté tout de suite parce que je pensais que mon fils méritait de grandir à côté de son père.

J’ai alors décidé de quitter le lycée et de travailler. Tout semblait aller plus ou moins bien, mais il manquait quelque chose : mes sentiments pour mon copain avaient complètement disparus.

Après tout ce qu’il m’avait fait subir, je n’arrivais plus à l’aimer. Aujourd’hui encore, je n’y arrive pas du tout. Le passé et la souffrance ne sortent pas de ma tête.

Allocations familiales, RSA…

Quelques mois après, on est parti de chez mes parents. La mère de mon copain lui faisait la tête en lui disant qu’ici, en France, on aurait une vie meilleure. Mais bien évidemment c’était faux. Moi, j’ai dû rester trois mois à la maison à garder mon bébé pendant qu’on cherchait une assistante maternelle et une formation ou un travail pour moi.

Quand enfin j’ai trouvé quelque chose qui  me convenait : une formation à l’Ecole de la deuxième chance. C’était l’opportunité parfaite pour trouver un métier adapté à ce que je voulais faire.

Et on a aussi trouvé une assistante maternelle pour mon fils. Mon copain est rentré dans un CFA pour avoir un diplôme post-bac.

Trois mois après mon arrivée, j’ai fait une demande de sécurité sociale, pour moi uniquement puisque mon enfant était déjà rattaché à son père. J’ai dû refaire tous les papiers, puisque le premier dossier que je leur avais donné avait été perdu. L’excuse ? Mon nom était trop long (j’ai trois noms et deux prénoms).

Au mois de mai, on a également fait les demandes d’allocations familiales et du RSA pour mon copain qui y avait droit. Ces aides ont mis jusqu’au mois de novembre à nous arriver ! 

Ma vie comme un tunnel sans fin

Les relations avec ma belle-mère ne sont pas non plus au top, je sais que par devant tout se passe très bien, mais dès que je tourne le dos, il y a des critiques. C’est une situation vraiment compliquée.

À 19 ans, avoir un bébé de 21 mois, être loin de sa famille, et habiter avec une personne qui nous a fait tant souffrir dans le passé et sa famille…

En pleurer presque toutes les nuits… Moi j’avais des rêves. Je voulais être actrice, sortir avec mes amis, profiter de ma jeunesse, être heureuse avec mon bébé… Mais aujourd’hui, tous les rêves se sont écroulés, je fais semblant d’être heureuse pour mon fils, pour ne pas inquiéter mes parents (même si je sais qu’ils le sentent que je ne vais pas bien).

Comment je me vois dans cinq ans ? Je ne sais pas. J’espère qu’un jour j’aurai le courage et la force de décider de penser un peu plus à moi, parce que de toute façon, j’ai toujours entendu que, si nous on est heureux, nos enfants seront heureux aussi. Mais là, en ce moment, je n’arrive pas encore à voir de la lumière au fond de ce tunnel dans lequel je suis rentrée…

 

Johanna, 18 ans, Chelles

Crédit photo © Viviane Dalles

TAGS :

2 réactions

  1. Mais pourquoi ne pas avoir avorté? Attention, je ne juge pas, c’est ton choix mais si tu ne voulais pas abandonner tes rêves (être actrice) et ta jeunesse, il aurait fallu avorter. ça ne sert à rien d’avoir un enfant pour finir par regretter parce que tu n’as pas réalisé ce que tu voulais. Tu risque d’en vouloir à ton enfant un jour pour ça.

  2. Petit message pour Light, Johanna tu peux le passer, c’est aussi (in)intéressant que son commentaire
    Eh Mr light c’est bien de pas juger et d’écraser derrière son ordinateur, beaucoup de courage et d’abnégation pour en arriver là. J’ai accompagné deux amies dans leurs démarche pour avorter, à ce moment là rationaliser est quand même mal aisé. J’aime beaucoup ta conclusion optimiste, c’est beau je pense que ça aide vraiment Johanna a aller de l’avant

    Garde courage à 19 ans rien ai fait. L’école de la deuxième pourra (peut être) t’apporter un travail correcte,donc une situation et un avenir. Je ne sais pas comment ça ce passe au portugal mais en france, bien qu’elle mette du temps, les aides éxiste et notre société ne te laissera pas (complétement) tombé.
    Déjà si tu aimes ton fis il aura le support le plus important, comme tous les parents tu fais de ton mieux pour lui et il le sent (même à 21mois 😉 )
    19ans tu as encore du temps pour profiter, rencontrer, boire, danser… Ca sera compliqué de devenir actrice mais d’autres rêves peuvent se réaliser et d’autres arriver, la vie c’est une putain de surprise qu’on ne comprend jamais vraiment bien

    Tu as déjà prouvé de la ténacité, ne lache rien, ne laisse pas les autres t”écraser et lasse couler, le temps résout bien des choses mais pas la connerie