Avatar

Jean R.17 avril 2020

Les études et le salariat ? J’ai d’autres rêves !

Il y a cinq mois, j’ai commencé un service civique pour concrétiser ma passion du théâtre et mon rêve d'un autre mode de vie.

Par Jean R.17 avril 2020

Après le bac, j’ai commencé une licence de droit que j’ai bien vite arrêtée. C’était pas pour moi. Ensuite, j’ai travaillé chez Carrefour et McDo. Là encore, pas pour moi. J’ai alors décidé de reprendre les études, en prépa littéraire pour trois ans. C’était très bien, mais continuer d’étudier n’était toujours pas pour moi. Depuis la rentrée et jusqu’en juin 2020, je suis en service civique au sein de l’association Unis-Cité. Et là, je m’y sens bien. Enfin. 

On me dit souvent que je suis un doux rêveur, un jeune utopiste, un beau parleur en somme. 

Si j’ai le droit aujourd’hui à ces qualificatifs un peu méprisants c’est, à mon sens, parce que depuis quelques temps, j’ai décidé d’affirmer ma volonté de vivre autrement. De m’écarter de ce que je considère être un mode de vie classique et dominant : vivre en ville dans des espaces réduits et avoir un travail salarié déconnecté de la terre. 

Un jour, en fouillant internet, je suis tombé sur cet intitulé : « Rêve et réalise ». C’est le beau nom du programme d’Unis-Cité qui propose des missions en service civique. Je me suis dit : « Oui c’est bien ça, j’ai le droit de rêver et, mieux encore, me réaliser ! » Une intuition me disait que ce truc étrange, cette fois-ci, c’était pour moi !

Alors, j’ai foncé. Je me suis inscrit à la session d’information. Là, on m’a expliqué le principe : « Rêve et Réalise » aide des jeunes qui défendent un projet à impact social, pendant huit mois, dans le but de concrétiser ce qui n’est encore qu’une idée. C’était génial d’entendre ça. 

Mon projet ? Organiser des ateliers de théâtre itinérants

Mes années de prépa m’avaient permis de découvrir la poésie, la philosophie, la politique et, surtout, le théâtre. Beaucoup de choses de ma vie ont été changées par le théâtre. Mon rapport aux gens et aux choses. Ma vision philosophique et politique de la vie. Mes désirs personnels et professionnels. Je ne regrette rien. Mais la prépa finie, en juin 2019, je me suis dit qu’il me fallait maintenant commencer ma quête de sens personnel. Que faire qui puisse réellement et pleinement m’épanouir ? 

Partager l’art de Molière à des gens qui n’ont jamais eu la chance d’en faire, c’est aussi l’objectif de la structure « Good Chance Theatre ». Crée en 2015 par deux dramaturges britanniques, elle sillonne la France – et surtout Paris – pour animer des ateliers de théâtre et créer des représentations avec des migrants. France inter est allé les rencontrer il y a deux ans !

Je voulais que le théâtre soit au centre de ma vie. Ce qui n’était pas clair, c’était comment : « Est-ce que je fais un conservatoire, un master ou une école de théâtre ? » Le théâtre que j’aime le plus pratiquer est un théâtre amateur. Celui que je faisais depuis trois ans, qui m’avait changé et fait grandir. Je voulais partager cette pratique, l’ouvrir aux autres et ne pas en faire un objet d’art inaccessible. J’ai compris, à ce moment-là, que j’avais le désir de faire du théâtre avec des gens qui n’en avaient jamais fait. C’est devenu mon moyen de rendre au théâtre ce qu’il m’avait offert. 

Aujourd’hui, mon projet pour « Rêve et réalise » consiste à organiser des ateliers de théâtre itinérants à travers la France. J’aime l’idée de partir à pied à la rencontre de lieux et de gens inconnus pour partager ce que j’aime avec eux et qu’ils partagent en retour ce qu’ils aiment avec moi. Ce service civique est donc apparu comme la meilleure possibilité de m’investir totalement et pour de bon dans cette pratique théâtrale. Enfin, des gens étaient prêts à me faire confiance.

J’ai besoin de gens qui rêvent avec moi

Ce projet est la première étape vers mon grand rêve : celui de monter un lieu culturel et social, un lieu de vie et de partage, quelque part en France. On pourrait venir y jardiner, travailler et lire dans une bibliothèque, faire des activités artistiques dans un local. C’est, pour le moment, ce que j’ai trouvé pour répondre à cette quête de sens. Je sais bien, et on me le dit assez souvent, que ce sera difficile voire impossible de monter un tel projet. Selon certains, je serais trop jeune.

Trop jeune ?! Mais je ne compte pas réussir à monter ce lieu en deux ans. Je sais bien que ça va prendre du temps. Mais je ne peux pas attendre pour commencer à y réfléchir sérieusement. 

Mattis aussi rêve, mais de tout plaquer. Son train-train quotidien et ses études en cinéma l’ennuient. Alors partir, est-ce la solution pour s’épanouir ?

Le plus difficile pour l’instant, c’est d’expliquer ce projet à mon entourage, faire en sorte qu’il le prenne au sérieux et qu’il le soutienne. Car seul, je ne ferai pas grand-chose. J’ai besoin de gens qui rêvent avec moi. Une intuition n’est souvent pas suffisante pour convaincre les gens. Ils attendent des preuves, des actes concrets. Alors, je me remonte les manches et je mets les mains dans le cambouis de mes rêves.

Je crois que mes actions pourront avoir la force de persuader les gens. Ce que je veux, c’est vivre une vie qui me rende profondément heureux et peu importe qu’on la nomme utopie, rêve, désir, intuition ou je ne sais quoi… Je ne sais pas si j’y parviendrai, mais je ferai tout pour. 

 

Jean, 22 ans, volontaire en service civique, Paris

Crédit photo Unsplash // CC Shane Rounce

TAGS :

1 réaction

  1. Bravo à vous .faire en sorte d etre heureux voila un projet formidable pourquoi des grandes études et finir par exercer un métier qui nous plaît pas alors oui rêver et accomplir des choses qui nous apportent épanouissement et joie c est important .