Avatar

Emmanuelle E.13 février 2020

Twitter, Snap, Insta… mes 52 heures par semaine, je les assume

Je passe trop de temps sur les réseaux. Je devrais faire des pauses, mais j'y apprends plein de trucs, je m'y sociabilise. Y a pas que du négatif !

Par Emmanuelle E.13 février 2020

Regardez dans la fonction « temps d’écran » de votre téléphone, croyez-moi, vous serez surpris ! Cette semaine moi, j’en suis à 52 heures et 23 minutes…

Twitter est mon favori, j’y passe environ 25 heures par semaine. C’est beaucoup, mais c’est un réseau qui regorge d’informations (plus ou moins vraies d’ailleurs) et qui me permet de me divertir. Dans ma TL (timeline), une grande partie sont de courtes vidéos drôles. Mais 25 heures quand même ! Pourtant, je ne vois pas le temps passer lorsque je suis connectée. Parfois, il m’arrive même de fermer l’application pour changer d’occupation, puis de la ré-ouvrir quelques secondes plus tard par réflexe… Le comble, c’est que je ne suis même pas active, je ne tweete pratiquement rien, je me contente de retweeter et de favoriser [liker] de temps à autre.

En 2017, les jeunes de 15 à 24 ans dédiaient près de la moitié de leur temps d’internet aux plateformes sociales. « Hugo Décrypte », un youtubeur, fait débattre des jeunes accros aux réseaux et des « déconnectés » pour connaître leurs motivations.

Twitter ou Snapchat ça sert aussi à s’informer !

Bien sûr, un certain nombre de tweets me permettent de m’informer sur ce qu’il se passe dans certains pays du monde. Des infos qui ne sont pas diffusées à la télévision. Par exemple, j’ai appris comment était traité le peuple Ouïgours en Chine. J’en avais jamais entendu parler dans un autre média. Des twittos prennent le temps de partager des infos pour faire prendre conscience de ce qui nous entoure. Je sais qu’il faut être prudent et vérifier les sources. Je regarde les sources qui sont annotées en bas des tweets, et je prends en compte plusieurs critères, tels que la fiabilité, la date, le nombre de partages.

Le second réseau qui monopolise mes autres heures de temps libre, c’est Snapchat : j’y passe environ 15 heures par semaine. Je reste en communication tout au long de la journée avec mes proches, en envoyant mon visage, en laissant un message ou en envoyant un message vocal. À la fin de la journée, les snaps envoyés peuvent se compter par centaines !

Snapchat me permet également de suivre beaucoup de femmes partageant leur quotidien et leurs bons plans : des conseils et revues sur le maquillage, des échantillons gratuits, des débats… J’ai par exemple eu des infos sur des religions que je ne connaissais pas.

Il faut arrêter de penser que les réseaux c’est forcément nocif

Encore une fois, le temps défile. Le reste du temps je le passe sur Instagram (environ six heures), qui me permet de suivre et voir les photos de célébrités et de mes proches. Et avant tout, de suivre ce que j’apprécie : la mode, le prêt-à-porter, notamment les comptes de haute-couture : Balmain, Marc Jacobs, Gucci.

Nouvellement arrivée en France, Exaucé a eu du mal à s’adapter à sa nouvelle vie. Internet et les réseaux sociaux, ça l’a aidée à garder le contact avec sa famille et ses amis, et donc à avoir le moral !

Alors oui, on peut dire que la vie ne se résume pas qu’aux réseaux sociaux et à l’utilisation de son téléphone, qu’il y a une vie à côté… Je devrais tout de même penser à faire des pauses… Mais il faut arrêter de penser qu’ils sont forcément nocifs et qu’il n’y a rien à y découvrir.

 

Emmanuelle, 19 ans, étudiante, Rennes

Crédit photo Unsplash // CC Emmanuel

TAGS :