Bonnie M.

Bonnie M.31 juillet 2019

J’aime découvrir de nouvelles choses et les garder en souvenir.

Dans le jeu, son pseudo, c’était Séa…

Timide, je joue souvent aux jeux vidéo en ligne. Lors d’une partie, j'ai rencontré Séa, un garçon dont je suis tombée amoureuse… sans jamais le rencontrer.

Par Bonnie M.31 juillet 2019

C’était un jour où je m’ennuyais de fou chez moi dans ma chambre. J’ai joué aux jeux vidéo en ligne pour faire passer le temps. Je joue énormément, histoire de me mettre en bonne humeur, depuis que j’ai 7 ou 8 ans ! Comme je suis plutôt une fille connectée, je lance le jeu PUBG sur mon portable. C’est un jeu en battle royale où il faut éliminer tous les autres. Au total, il y a 100 joueurs par partie. Après le chargement, je me suis retrouvée avec mes trois coéquipiers choisis aléatoirement, dont un qui avait activé le micro pour parler dans le jeu. Son pseudo, c’était « Sea ».

C’était un garçon plutôt ouvert d’esprit, bon joueur et très fort aux jeux vidéo (j’ai vu sur son profil qu’il avait un niveau assez haut). J’osais pas trop lui parler. Dans la vraie vie, je suis pas très à l’aise pour parler avec les autres, mais derrière mon ordinateur c’est plus simple. On joue juste et on ne voit pas la personne. Les jeux, ça m’aide à être moins timide.

Bref, ce garçon était vraiment très spécial. Sa façon de parler et sa manière de jouer m’ont fait penser qu’il n’était pas comme les autres joueurs que j’avais pu rencontrer. Les autres font souvent leur partie en solo alors que lui, il restait toujours avec moi. Il me faisait beaucoup rire : il savait que j’avais activé le haut-parleur et que je l’entendais me parler. Quand il se faisait tirer dessus par les ennemis, il imitait des onomatopées de douleur.

De loin une des séries les plus cultes de ces dernières années ! Community c’est un pied de nez au système universitaire américain, chargé d’humour. Par le grand Dan Harmon, créateur de Rick and Morty ! [Les épisodes paintball sont particulièrement géniaux]

Il me posait des questions sur moi, du coup, je me suis enfin décidée à activer le micro pour lui répondre. Il m’a posé des questions sur mon âge, ma région, mon collège. Je lui ai répondu que j’étais parisienne. Il avait juste un an de plus que moi, il habitait en Chine. On se parlait en mandarin.

Durant la partie, j’ai été blessée, il est venu me soigner et me ravitailler. C’était la première fois que quelqu’un faisait si attention à moi dans un jeu. C’est pas tout le monde qui aide ses coéquipiers dans des parties comme ça ! C’était comme dans la vraie vie, mais dans un jeu : il faisait attention à moi comme si je comptais pour lui et qu’il ne voulait pas que je me blesse ou que je quitte la partie. C’était de la séduction virtuelle quoi ! Ça m’a fait plaisir. Je trouvais ça drôle et amusant.

À la fin, on est arrivés à la deuxième place. Du coup, il m’a demandée en amie sur PUBG pour qu’on puisse continuer à jouer ensemble. Et depuis un an, on joue ensemble, on fait au moins 50 ou 60 parties par semaine. Quand vous voulez voir votre copain, vous l’appelez et vous lui dites : « Viens on se voit. » Moi je lui dis : « Viens on joue ! »

J’espère un jour qu’on passera des jeux vidéo à la vraie vie

Un jour, il m’a demandé si j’aimais quelqu’un dans mon entourage et je lui ai répondu « Oui ». Il était déçu, triste. J’ai ajouté : « Pas vraiment dans mon entourage. » Il m’a demandé si c’était quelqu’un dans un autre pays. Alors j’ai dit oui. « Quelqu’un en Chine ? » J’ai dit oui. Il a changé d’humeur. Il était plus positif d’un coup. On a fait un jeu de devinettes et on s’est finalement avoué qu’on s’aimait. C’est lui qui me l’a déclaré en premier car il n’en pouvait plus de laisser durer le suspense. J’étais gênée mais super heureuse au fond de moi et malgré ma timidité, j’ai réussi à lui avouer en retour.

Harry est introverti. Il a quelques amis, mais c’est son ordinateur son premier confident. Le seul qui connait tous ses secrets et lui permet d’échapper à la réalité.

On s’aime depuis un an. On communique par Wechat tous les jours, on se parle, on se voit par Facecam. C’est pas si dur d’entretenir une relation à distance. Quand on se parle, c’est comme s’il était là. Quand je lui réponds pas, il me demande à chaque fois où j’étais, si c’est des filles ou des garçons avec qui je sors. Je sens qu’il est jaloux. Ça me fait rire et souvent il me demande pourquoi je rigole. « Il n’y avait pas de garçons avec moi. » Je l’entends soupirer de soulagement, je ne sais pas pourquoi mais ça me plaît qu’il réagisse comme ça. Je trouve ça plutôt mignon de sa part parce que je pense que je suis amoureuse. On projette de se voir un jour quand j’irai en Chine. On passera, ce jour-là, du jeu à la vraie vie.

 

Bonnie, 14 ans, collégienne, Paris

Crédit photo © NBC // Community (série TV, 2009)

TAGS :