Avatar

Loïs K.26 février 2019

Maintenant étudiante, j’ai fait ma première fois avec mon premier amour avec qui je suis sortie pendant toute ma terminale.

Faire l’amour pour la première fois, un moment magique

Peur de ne pas savoir comment faire, peur d'avoir mal... J'appréhendais cette première fois. Et puis, avec le garçon, on s'est laissés aller à kiffer. Inoubliable !

Par Loïs K.26 février 2019

Ma première fois, ça fait maintenant six mois. Et franchement, c’était un moment que je ne regrette pas et que je n’oublierai pas !

Sur le moment, je pensais que c’était l’homme de ma vie, comme toutes les filles. On ne finit pas forcément notre vie avec notre premier amour, mais cette relation a changé ma vie. Je ne suis plus avec lui actuellement, mais on est toujours en contact. Notre relation est vraiment compliquée. C’était ma première relation amoureuse, donc tout nouveau pour moi. De base, je suis une fille timide, réservée. Je ne me préoccupais pas trop de sortir avec un garçon.

Je ne pensais pas que ça allait m’arriver maintenant. Être en couple, tomber amoureuse… Je m’étais toujours dit « après le mariage », par rapport à ma famille et à la religion, qui sont contre le fait de faire l’amour hors mariage et avec n’importe qui. Ce qui est normal !

Mais le fait de faire ma première fois avec cette personne était une décision bien réfléchie. Au début de notre relation, on avait déjà essayé de le faire, mais je n’étais pas prête. J’avais pas vraiment confiance pour me donner à lui comme ça. Ce qui m’a poussée à le faire, c’est la prise de confiance que j’ai eue tout au long de la relation.

Avant, j’appréhendais le fait de le faire. J’avais peur, je me disais que c’était un truc de ouf, que j’allais avoir trop mal, saigner, salir mes draps, tout ça. Lui, c’était pas sa première fois. Mais il n’avait jamais « déviergé » une meuf, donc lui aussi appréhendait. Mais il a su me mettre en confiance.

De la peur au plaisir, on a arrêté de réfléchir !

Ce moment, tant attendu (non je rigole, on l’a fait spontanément), on était chez moi, dans mon lit. On a commencé à s’embrasser et vous connaissez la suite. Je me sentais bien à l’aise. Sur le moment, tu ne penses pas à tout ce que j’ai raconté avant ! Ça va tout seul. J’en avais envie, il en avait envie, et puis voilà.

Quand j’y repense, c’est comme si c’était hier. Je ressens encore les sensations de son corps sur le mien, de ses bisous partout, de ses mains qui me touchaient et de sa voix qui me rassurait. Car au début, j’étais terrifiée d’avoir mal, de ne pas savoir m’y prendre ou que ça se passe mal. Mais au final, j’ai même pas eu mal. Pendant l’acte, j’ai même carrément pleuré mdrrr. Pas de souffrance ! Au contraire ! Il m’a dit : « Pourquoi tu pleures ? » Je lui ai dit : « Je sais pas, ça coule tout seul. » C’était un peu marrant dans le sens où ça coulait comme une fontaine quoi. Mais bon, voilà, c’était un moment agréable, j’ai kiffé.

Phyne n’a pas passé le cap ! Elle attend le mariage. Son copain a du mal à comprendre et elle à contrôler ses désirs… « Coucher avant le mariage, hors de question ! »

Après l’avoir fait, j’étais un peu gênée. Je n’en revenais pas ! Enfin… Je n’avais pas vraiment réalisé que je l’avais fait. Mais maintenant, je suis devenue plus à l’aise sur le sujet. La première au courant a été ma meilleure pote. Je n’ai pas honte de raconter à mes copines que j’ai fait l’amour, et si on me pose la question, je vais répondre franchement que oui.

Avant de faire sa première fois, il faut se poser les bonnes questions : êtes-vous réellement prête ? Et surtout, est-ce la bonne personne ? Pour ne pas ensuite appréhender. Pour ma part, je retiens que je n’ai malheureusement pas choisi la bonne personne, car je me suis rendu compte qu’on était pas fait pour être ensemble, même si c’était quelqu’un que j’aimais de tout mon cœur. « L’amour ne fait pas tout », comme on dit. Mais ce n’est pas pour autant que je regrette de l’avoir fait, au contraire, c’était un moment magique, j’ai été mise en confiance, donc pas de quoi avoir peur. C’était un choix et je l’assume.

 

Loïs, 18 ans, étudiante, Paris

Crédit photo VisualHunt // CC Zubrow

TAGS :