Djamel Y.

Djamel Y.24 mars 2019

« C’était la première fois que j’allais passer du réel au virtuel. J’avais peur, j’avais des papillons dans le ventre et le cœur qui bat à toute allure. Et si le feeling ne passait pas comme derrière l’écran ? »

J’ai matché sur les réseaux et « en vrai » je suis tombé amoureux

Quand Djamel s'est inscrit sur un site de rencontres, c'était sans trop y croire. Et pourtant, tout timide qu'il est, il y a rencontré la fille qu'il aime aujourd'hui.

Par Djamel Y.24 mars 2019

J’ai toujours été timide, alors parler derrière un écran, c’est toujours plus facile pour moi pour faire des rencontres. Un jour, je me suis retrouvé coincé à la maison, vie sociale au point mort, alors je me suis dit : « Inscris-toi sur un site de rencontres. » Ça n’engage à rien à condition d’être clair sur ce que tu veux et ce que tu ne veux pas. Je me lance quand même sans trop y croire.

J’ai commencé à  « matcher » quelques profils de filles qui me semblaient intéressantes … Quinze heures plus tard, j’ai reçu la réponse d’un match sur mon smartphone. Son profil m’a tout de suite plu ! Nous avions pas mal de centres d’intérêt communs : musique, loisirs, religion…

Elle était d’origine algérienne, comme moi. Elle faisait ses études à Paris aussi. Notre premier « chat » a été super décontracté. On a beaucoup discuté de l’endroit où on habitait, de ce qu’on aimait et du site de rencontres en lui-même. Elle était curieuse de savoir comment le sexe opposé s’en servait. J’ai essayé de me montrer plus gentleman que tous ceux qui basculent mécaniquement les profils vers la droite sans les avoir regardés.

Un français sur quatre déclare s’être déjà inscrit sur un site ou une appli de rencontres. Lola, ça fait quatre ans qu’elle cherche le grand amour par ce biais-là. Elle nous offre un petit tour d’horizon de ses rencontres… Sites de rencontres : du faux plan au Prince Charmant

Très vite, on s’est rendu compte qu’on avait vraiment de nombreux points communs. On partageait les mêmes envies, les mêmes goûts, la même vision de la vie. On s’est ajoutés sur Facebook, on a échangé nos numéros. On parlait sur le chat pendant des heures, on se bombardait de textos à longueur de journée. Et puis, au bout de deux semaines, nous nous sommes rencontrés en vrai.

La première fois que je passais du virtuel au réel

C’est la première fois que j’allais passer du virtuel au réel. J’avais peur, j’avais des papillons dans le ventre et le cœur qui battait à toute allure. Et si le feeling ne passait pas comme derrière l’écran ?

Nous avions donc rendez-vous, un dimanche de décembre, devant l’entrée d’un parc. Et par miracle, y avait qu’elle dans le parc, c’était forcément elle ! Elle faisait semblant de lire le journal. Pour introduire la conversation, je lui ai demandé ce qu’elle lisait. Elle est devenue rouge en m’avouant qu’elle ne lisait pas pour vrai !

Au début, nous étions très timides, on savait pas quoi dire, mais la gêne s’est vite estompée. On parlait de tout sans tabou. On se marrait, on refaisait le monde… comme si on se connaissait depuis toujours. En partant, sur le quai du métro, elle m’a demandé : « Tu fais quoi demain ? » Le lendemain, on s’est retrouvés pour aller au cinéma.

Premières vacances c’est Marion et Ben, c’est un match Tinder, c’est des vacances au 2ème date ! C’est bien marrant quoi.

Elle est belle, elle est mignonne, elle me fait rire… Je suis déjà amoureux. Ça a été une sorte de coup de foudre et on réalise aujourd’hui que sans ce site de rencontre, on ne se serait jamais rencontrés. J’ai l’impression d’être un homme nouveau depuis ce rendez-vous, durant lequel je me suis beaucoup plus ouvert. Et cela m’aide également dans ma vie sociale de tous les jours.

 

Djamel, 27 ans, étudiant, Rosny-sous-Bois

Crédit Photo © La ZEP  (+ Unsplash © Caitlyn Hastings et Whereslugo )

TAGS :