Sandy Q.

Sandy Q.27 mars 2019

"Détachez-vous du monde dans lequel vous vivez"

Ma bisexualité brouille mes amitiés

Sandy est bisexuelle et elle a parfois du mal à distinguer, chez les filles, les gestes affectifs qui sont synonymes d'amitié et ceux qui se veulent amoureux.

Par Sandy Q.27 mars 2019

Au lycée, dans mon groupe d’amis, on a des orientations sexuelles variées. Beaucoup sont hétéros mais il y a aussi des pans, des gays, etc. Moi, je suis bi. Je m’attache très vite aux gens, je leur donne beaucoup d’affection. Je suis leur « bébé panda », comme ils m’appellent. Cette affection, ils savent me la rendre, ce qui fait de nous un groupe très fusionnel. Dans ce groupe, il y a notamment une fille que j’adore. Elle a un style un peu masculin, cheveux courts et l’attitude qui va avec. On s’était rencontrées au collège. Au début, on était juste amies, mais arrivées au lycée, mes sentiments ont changé.

C’est arrivé comme ça : j’ai eu envie de plus la voir dans la journée, d’être assise à côté d’elle. Elle est devenue comme une batterie de téléphone pour moi : quand elle n’était pas là, je ne fonctionnais pas. Puis, plus les jours passaient, plus elle et moi étions proches. Je me suis demandée si j’étais en train de tomber amoureuse d’elle et si elle aussi m’aimait. C’était pas la première fois que je ressentais des choses pour une fille. J’étais déjà tombée amoureuse à la Japan Expo l’été dernier. Mais cette fois, j’étais perplexe. J’avais peur que ça perturbe notre amitié, vu que je la voyais tous les jours. Je me suis beaucoup posé de questions et c’est ce qui m’est monté la tête. En fait, il suffit qu’un ou une amie me donne plus d’attention et d’affection que les autres pour que je commence à trop m’attacher. Et si ce genre de relation dure, je tombe amoureuse.

J’ai avoué mes sentiments à mon crush

À chaque fois que j’y pensais, je me sentais perdue. J’avais peur de la regarder dans les yeux quand on se croisait dans les couloirs. Plus les jours passaient, plus j’avais envie de savoir ce qu’elle pensait de moi et aussi envie qu’elle sache ce que je ressentais. Je voulais voir quelle réaction elle aurait. Mais je n’osais pas lui en parler, alors j’ai expliqué ma situation à plusieurs de mes amis du groupe. Je leur ai dit de rester discrets, de ne pas en parler à la fille que j’aimais. Une des amies m’a dit de tenter ma chance. Elle m’a dit d’aller voir mon crush et de lui avouer mes sentiments. Mais j’avais pas envie de la perdre à cause d’un coup de cœur d’adolescence !

Naissance des pieuvres est un film dans lequel trois filles de 15 ans découvrent l’adolescence dans toute sa complexité. Amour, amitié, sexualité… Un premier film réussi pour Céline Sciamma (Tomboy), qui reçoit un César d’honneur l’année suivante ! À regarder sans hésiter.

 

Cinq jours après, j’ai appris que l’une de mes amies lui avait dit que je l’aimais. J’ai vraiment stressé et dans la journée, je l’ai vue… Elle traînait dans les couloirs et elle semblait vouloir me parler ! Elle avait le sourire aux lèvres donc je me disais que la réponse serait positive. Enfin je me disais sûrement ça pour me rassurer… Le soir, en rentrant des cours, ma meilleure amie du collège s’est emparée de mon téléphone et madame a eu la merveilleuse idée d’entamer une conversation par messages avec mon crush !

En tension, jusqu’à la révélation

Sur le moment, j’ai cru que j’allais l’étrangler, mais la réponse est arrivée très vite : mon crush voulait me parler. Le lendemain matin à 10h, je l’ai retrouvée dans la cour. J’étais armée de mon courage et d’un bout de papier et je l’ai rejointe. J’étais très stressée, j’avais écrit que je l’aimais sur le papier. Elle l’a pris et je suis partie vite. Je l’ai recroisée à 15h et elle m’a souri de loin. Le soir, j’étais sur Netflix et j’ai reçu un message d’elle. Elle me disait qu’elle appréciait ce que je ressentais, mais que ce n’était pas la même chose de son côté. Elle m’aimait en tant que super amie, mais rien de plus. Je n’étais pas surprise alors j’ai éteint mon téléphone sans répondre et je me suis endormie quelques minutes après en pensant à comment j’allais faire pour entamer une conversation avec elle le lendemain.

Au lycée, l’entourage de Sandy est bienveillant. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Olivier, lui, a été victime de harcèlement après avoir révélé sa bisexualité. 

Depuis ce jour, ce n’est plus comme avant. Je ne suis plus aussi proche de mon crush car j’ai peur d’en faire trop et qu’elle pense que je l’aime encore. Et je ne fais plus confiance à certaines de mes amies… Résultat : dans cette histoire, j’ai perdu une amie et une personne que j’aimais. Le problème est là : je suis bi et je n’arrive pas à différencier l’affection venant d’un garçon ou d’une fille. Pour les hétéros, quand un garçon est proche de toi, il y a de grandes chances qu’il soit amoureux de toi (ou pas) mais moi, comme je suis bi et pan (tout comme certaines filles que je fréquente), je ne suis jamais sûre. Quand les filles me câlinent sans cesse et qu’elles me collent h24, je me rapproche mais je ne sais pas si c’est de l’amour ou seulement de l’affection amicale. C’est pour cela que j’ai peur de ma bisexualité. Elle me joue des mauvais tours en se servant de la confusion entre mes sentiments amoureux et amicaux.

 

Sandy, 15 ans, lycéenne, Chevilly-Larue

Crédit photo Unsplash // CC Michele de Paola

TAGS :