Avatar

Mattéo A.2 juin 2020

Ma sœur qui se drogue, c’est ma famille qui se brise

Ma sœur se drogue, et son addiction crée de vives tensions au sein de ma famille. Parce qu'on ne sait pas s'il faut l'aider ou non, et comment...

Par Mattéo A.2 juin 2020

Ma sœur ne prend plus rien en compte et ne s’occupe plus de son fils de 6 ans. Il vit chez mes grands-parents. Physiquement, on ne la reconnaît plus. Avant, elle faisait 40-45 kilos, maintenant elle ne trouve plus sa taille dans les magasins, elle a pris beaucoup de poids. Ma mère a essayé de l’aider en la raisonnant, mais ma sœur est devenue violente, nerveuse. On a beau lui parler, l’aider et la protéger, elle n’en fait qu’à sa tête : elle répond vaguement et s’éloigne de la famille. Tout ça parce qu’en août 2017, ma grande sœur est tombée dans la cocaïne.

Depuis, elle a beaucoup changé. Nous avons quelques nouvelles d’elle mais pas forcément bonnes à entendre. Elle a été cinq fois en cure de désintoxication en trois ans.

La nouvelle saison de Skam France aborde l’addiction chez les mineurs. On y apprend comment les drogues ont participé à détruire les relations entre Lola, personnage principal de la saison, et sa famille.

Avant, j’étais très souvent chez elle, on passait beaucoup de temps ensemble, même avec mon neveu, et tous ces moments me manquent. Elle était toujours là pour moi et inversement. Puis, son comportement a changé envers moi. Elle m’appelait très souvent pour me demander de l’argent et s’acheter de la drogue sans même se dire qu’en m’appelant, ça allait me faire du mal. Elle me promettait qu’elle allait guérir et retombait à chaque fois dans la drogue. J’y ai cru pendant un an, et à force de la voir se détruire je n’y croyais plus.

Avec ces problèmes, à la maison, je me suis souvent renfermée sur moi-même et il n’y a pas beaucoup de conversations au sein de la famille.

Ma sœur a profité de ma mamie pour financer sa drogue

Au sein de la famille, il y a eu des disputes sur la façon de l’aider. Ma mère voulait lui donner un peu d’argent pour qu’elle se nourrisse, mais on savait très bien ce qu’elle allait en faire. Mon père disait que si on la laissait une bonne fois pour toute, elle allait se rendre compte des choses. Il mettait la faute sur ma mère et pas sur ma grande sœur, parce que ma mère appelait ma sœur pour lui donner des nouvelles, pour savoir si ça allait mieux.

Mon père a dit que si ça continuait, il allait partir. Il voulait aussi changer de région. Finalement, il n’est pas parti et on est restés dans notre ville de base, parce que ma mère a arrêté. Mon père sait qu’elle appelle de temps en temps, mais maintenant c’est pour voir ma sœur à l’hôpital, et c’est très rare.

Ma sœur a profité de la gentillesse de ma mamie pour lui demander de l’argent. Ma mamie, elle n’osait pas lui dire non. Elle retombait souvent car ça lui finançait sa drogue ; ce qui ne l’aidait pas à s’en sortir. Ma mère lui a dit qu’il ne fallait pas et elles se sont embrouillées au téléphone.

Elle a fait du mal à son entourage

En voyant ma sœur dans un sale état, je me rends compte des effets que la drogue peut faire et je n’y toucherai jamais. Aujourd’hui, j’ai vraiment du mal à croire que ma grande sœur va s’en sortir. Apporter de l’aide n’est pas forcément facile. À ce stade-là, on ne peut rien y faire.

Carla a développé avec son ami Léo une amitié particulière, qui tourne autour de la drogue et des excès…

En ce moment à la maison, on ne parle presque plus d’elle et il n’y a plus de tensions. Mais il y a eu des impacts sur le comportement de ma mère : avant, elle pleurait souvent et se demandait quand ça allait s’arrêter. Mes parents ne veulent pas que je la vois et ça me convient. Elle a fait du mal à son entourage. La famille va mieux aujourd’hui, mais il faudra attendre encore longtemps pour qu’elle en guérisse.

 

Mattéo, 15 ans, en formation, Dammarie-les-Lys

Crédit photo Unplash // CC Ramille Soares

TAGS :