Christelle19 mai 2017 2 mn

T’aimes pas mon look, le regarde pas !

Cheveux verts, fringues d'héroïnes de manga, Christèle a adopté un look qui sort de l’ordinaire...  au risque de subir quelques remarques.

Par Christelle19 mai 2017 2 mn

Depuis l’adolescence, je n’aime pas être comme les autres. J’ai toujours voulu sortir du lot, que ce soit dans ma façon de penser, de voir le monde ou tout simplement de m’habiller. Au fil des ans, mon style vestimentaire a changé, notamment quand j’ai commencé à m’intéresser au manga et à la culture japonaise. Avant d’assumer mon style actuel, j’ai eu une phase gothique et un style émo qui se combinaient aux groupes de métal que j’écoutais.

Avec le temps, mon look a évolué.

J’ai choisi de ressembler à mes héroïnes de manga tout en gardant une part de ce côté gothique que j’affectionne.

Dans la rue, les gens me dévisageaient. Certains se moquaient de moi ou s’avançaient vers moi pour me dire des choses comme « tu as l’air d’une délinquante avec tous ces piercings » ou encore « tu penses que tous ces piercings te rendent belle ».

Des regards difficiles à supporter

Même au collège, soutenir leurs regards était compliqué. Je ne m’assumais pas totalement. J’avais l’impression de devoir m’habiller pour les autres, pour me fondre dans la masse. Je me préoccupais beaucoup de ce qu’on pensait de moi, mais finalement… J’ai eu peur de me perdre.

Au lycée, je me suis reprise en main. J’ai essayé de prendre un peu confiance en moi pour passer au-dessus du jugement des autres, quel qu’il soit. J’ai décidé de les ignorer et d’avoir plus confiance en moi. A cause de mon style différent, je suis devenue presque parano. Aujourd’hui encore, il m’arrive de faire attention aux gens qui me regardent de travers ou qui chuchotent en me croisant dans la rue.

Aujourd’hui, étudiante en BTS Modélisme, j’ai intégré une filière qui me permet de réaliser mes propres modèles ou de refaire les costumes de mes héroïnes préférées.

Je n’hésite plus à les porter en ville ou dans des conventions comme la Japan Touch.

Malgré mon look affirmé, je suis timide, sensible et réservée. Je n’ose pas parler aux gens, je m’angoisse pour un rien et je déteste être au centre de l’attention.

Têtes de mort, squelette… le mal ?

Mon style, je le définirais comme School girl. Mate de peau avec les cheveux verts qui flashent, je m’habille souvent en jupe écossaise (mon motif préféré), généralement avec une chemise et une cravate. Je porte une paire de collants et des bottes à plateforme. Je porte des couleurs foncées, mais j’ajoute toujours une touche de couleur vive comme le rouge, le violet ou le bordeaux, mes couleurs favorites. J’accessoirise le tout avec des bijoux de style gothique.

Il y a toujours des gens qui me regardent de travers, surtout dans les petites villes comme ici, à Dijon.

Pourtant, ce style me plait et j’aime m’habiller différemment. Je ne saurais pas comment expliquer le fait que j’assume le regard des autres dans la rue alors que je suis timide.

Parfois, ma famille ne me comprend pas, ma mère et ma sœur ainée en particulier. Ma famille est très croyante. Elle associe mes différences, mes vêtements sombres ou mes accessoires têtes de mort et autres formes de squelettes au mal.

Mes proches imaginent que je suis perdue, que le mal a pris possession de mon corps.

Pourtant, je reste croyante moi aussi. Même si je m’habille de façon un peu gothique avec tous ces piercings sur le visage et les tatouages, je pense être encore cette petite fille d’avant. Mon anneau sur le nez et les lèvres, mes piercings aux oreilles ou sur la joue ne changent en rien qui je suis, pas plus que le code barre tatoué sur ma nuque et mes autres tatouages sur la cuisse et dans le dos.

Je reste égale à celle que j’ai toujours été et c’est le plus important à mes yeux.

 

Christelle, 18 ans, étudiante, Dijon

Crédit photo CC Simone Marangoni Ryuko Matoi // Flickr

TAGS :