Avatar

Giorgian R.22 juin 2019

Un amour d’été est-il fait pour durer ?

Été 2016. J'ai 15 ans et je rencontre Catalina, 18 ans. Complices, on parle beaucoup, se confie l'un à l'autre. Mais à peine commence-t-on à être encore plus proches que Catalina doit déjà rentrer chez elle, au Portugal. Et après... ?

Par Giorgian R.22 juin 2019

Je crois que ça s’est produit l’été 2016. Je suis rentré dans mon pays natal : la Roumanie. Je crois bien que mon grand-père avait des chèvres cette année-là… Et moi, en tant que « bon petit fils », je devais emmener ses chèvres aux pâturages et nettoyer leur bouse une fois rentrées. J’aidais mon grand-père quotidiennement.

Une semaine après, ma sœur m’a annoncé l’arrivée de quelques amis venant du Portugal. Ils allaient passer plusieurs jours chez nous. À leur arrivée, j’ai fait la connaissance de deux petits enfants qui avaient un air adorable, de leur mère, une femme très charmante, et puis, j’ai fait la connaissance d’une belle jeune fille, blonde, yeux verts, avec une peau légèrement bronzée, et de même taille que moi. Elle s’appelait Catalina, belle Moldave de 18 ans à l’époque.

Moi 15 ans, elle 18 ans…

Après avoir su son âge je me suis dit : « Euh… Moi 15 ans, elle 18 ans… J’ai pas de chance vu son « niveau ». Je vais finir mon travail moi. » Suite à cette décision, je l’ai considérée comme une amie de ma sœur. Le soir, on passait beaucoup de temps à discuter de tout et de rien. On se confessait l’un à l’autre sans craintes.

Tous les jours, j’allais travailler, mais je ne pensais pas énormément à elle, je la voyais toujours comme une amie. Les jours avançaient et on se connaissait de plus en plus. Elle me racontait ses soucis de dépression, son lycée où l’on était jugé à longueur de temps, elle me parlait de ces grands concerts où elle jouait du hautbois, de ses goûts musicaux, on passait des heures à regarder le ciel et les étoiles, on comptait même les étoiles filantes qu’on voyait.

Cinq jours avant son départ, une femme est venue à la maison pour aider à la confection de la confiture de pommes et de la sauce tomate qu’on envoyait à ma grand-mère au Portugal. Elle a pris « mon » lit dans le salon et ne voulant pas aller dormir à l’étage, je suis allé dormir par terre dans la chambre où dormaient ma sœur et Catalina.

Si je vous dis Malory, ça ne vous dit rien ? Pourtant, il a écrit pour Jenifer, M.Pokora, Yannick Noah, Louane, Marina Kaye ou encore Johnny Halliday ! Cette année, il a annoncé la sortie de son premier album en automne prochain, avec deux single : Molly, et Amour d’été !


J’étais allongé par terre sur une épaisse couverture, puis Catalina s’est assise au pied du lit, par terre avec moi, et on a continué nos discussions habituelles. On riait bien, mais discrètement, parce que ma sœur dormait. Les heures passaient, je m’endormais, puis je me suis rendu compte qu’elle ne s’en allait toujours pas, elle attendait quelque chose. J’avais un appareil dentaire à l’époque et les élastiques qui allaient avec ! Bref, je lui ai dit une phrase qui m’amuse encore quand j’y pense, hahahah : « Est-ce que tu penses à ce que je pense ? » Et là, elle m’a répondu : « Oui. » J’ai enlevé mes élastiques qui faisaient « ding ! ding ! » et là, comme un glaçon, j’ai senti sa chaleur m’envelopper.

J’étais carrément fier de moi ! Je me suis dit : « Puto, elle 18, toi 15 !! » J’étais fier de moi car c’était une déesse à mes yeux, mais je savais que les instants passés ensemble n’allaient pas durer.

Cinq jours plus tard, l’heure des adieux a sonné. Je les ai raccompagnés jusqu’au car. On s’est fait un dernier câlin et on s’est quittés. Ma sœur est partie avec eux, je suis donc rentré tout seul. Je ressentais un vide énorme en moi suite à ça…

Et puis un jour, deux, trois, six mois sans réponses

Les premiers jours après son départ, elle répondait à mes messages et puis un jour, deux, trois, six mois sans réponses. Toutes ces conneries m’ont fait tomber en dépression. Ça a été très difficile de me relever de cette déception car cette fissure est devenue, après chaque jour passé à espérer, de plus en plus grosse jusqu’à en devenir un grand vide… que rien ne remplissait.

Vous savez, je suis tombé bien bas suite à ça ! Mais j’ai eu l’énorme chance de rencontrer Maryam, qui est une fille géniale et qui m’a aidé à revoir la vie en rose. Avec le temps, ce grand vide est devenu une fissure et cette fissure s’est refermée grâce à mon entourage, les chansons et surtout, grâce à elle qui a su me réconforter et qui a réussi là où d’autres avait échoué.

Peur de ne pas savoir comment faire, peur d’avoir mal… Loïs appréhendait cette première fois. Et puis, avec le garçon, ils se sont laissés aller à kiffer. Inoubliable ! Faire l’amour pour la première fois, un moment magique

En tout cas, maintenant, j’évite les relations amoureuses d’été, sauf si les personnes rencontrées vivent aussi en France.

 

Giorgian, 18 ans, lycéen, Noisy-le-Sec

Crédit photo Unsplash // CC Ryan Young

TAGS :