Avatar

Antoine G.8 mai 2020

Je ne rentre pas dans les cases de Pôle Emploi

Au chômage depuis un moment, j'étais sur le point de décrocher un nouvel emploi. Mais avec le confinement, mes perspectives d'emploi ont d'abord été avortées...

Par Antoine G.8 mai 2020

La dernière fois que j’ai eu un travail régulier, c’était jusqu’en septembre 2019. J’avais démissionné de mon job pour un autre, mais pour diverses raisons j’en ai démissionné rapidement et je me suis retrouvé au chômage. De janvier à mars 2020, j’ai suivi une formation à long terme dispensée par Pôle Emploi qui s’accompagnait du parrainage d’une entreprise. L’idée était de l’intégrer à l’issue de cette formation.

Mais à partir du 17 mars, on est tous entrés en confinement. Il me restait deux semaines de formation. Elles étaient dévolues à un exercice en groupe à présenter sous forme de soutenance à la fin mars. La soutenance, c’était le moment où l’entreprise assistait aux résultats des trois mois de formation et signait le contrat d’embauche.

La situation actuelle faisant, mon entreprise a finalement choisi de ne pas continuer. Plus de trésorerie, plus de clients, des problèmes avec les employés actuels : tout ça a fait que le contrat a sauté. Pas mal de mes collègues de la formation se sont retrouvés dans la même situation.

Heureusement que j’avais mes autres process de recrutement à côté qui, eux, ont continué. J’ai donc pu passer des entretiens en mars. Au final, je me suis retrouvé en liste pour un poste et l’entreprise avait l’air de vouloir me recruter. Mais avec le confinement, ça n’allait pas : pas de prise de poste en télétravail et une embauche en stand-by jusqu’à la fin du confinement.

Au final, j’ai eu un retour positif de l’employeur, j’ai commencé début mai. Le confinement a donc provoqué un retard d’un mois sur l’embauche.

Au chômage, mais je n’ai droit à aucune aide

Ce contrat tombe au bon moment car financièrement, je n’avais droit à aucune aide, n’étant pas un chômeur bénéficiaire des allocations chômage. Dans le cadre de la formation, j’ai eu droit à ce qu’on appelle une « rémunération formation Pôle Emploi ». Mais la formation terminée, je n’y ai plus eu droit.

J’étais entre toutes les cases envisagées par le gouvernement. Et donc concerné par aucune annonce de prolongement d’allocations ou autre. J’avais demandé un réexamen de mes droits parce que ça faisait plus de quatre mois que j’avais démissionné. Mais ça n’a rien donné.

Quentin, lui, travaille dans le BTP et a déjà repris le travail. Mais il est inquiet de l’impact économique que cette mise en arrêt va avoir…

Avec cette embauche, je me sens privilégié car je sais qu’en ce moment ce sont plutôt les licenciements qui sont en hausse. Je reste quand même un peu stressé car la situation actuelle risque de durer et j’ai une période d’essai de quatre mois renouvelable.

Heureusement que je ne vis pas seul. C’est ma compagne qui assure la trésorerie en cas de problème. Pour l’instant, il me reste encore assez d’argent pour payer ma part du loyer pour quelques mois, même si j’ai dû lui emprunter un peu d’argent depuis septembre. Je serai clairement plus à l’aise une fois que mon CDI sera confirmé.

 

Antoine, 29 ans, salarié, Paris

Crédit photo Pexels // CC cottonbro

TAGS :