Avatar

Marriah G.19 septembre 2020

Handicap : la ville m’invalide

Le mobilier urbain et les regards des gens me rappellent constamment mon handicap. J'ai développé des techniques de compensation afin de ne pas me laisser ronger par les émotions négatives que cela suscite.

Par Marriah G.19 septembre 2020

Vous savez quoi ? L’activité la plus normale pour vous est devenue la plus compliquée pour moi, à cause de mon handicap. J’ai besoin d’outils médicaux pour m’aider à marcher depuis cinq ou six ans parce que, à 15 ans, j’ai perdu une jambe. Entre mes 15 et mes 18 ans, j’ai vécu deux ostéosarcomes. Tu entends le mot « os », qui signifie : cancer des os.

Aujourd’hui, j’ai 20 ans et deux prothèses, interne et externe, à la jambe gauche. Je suis obligée de m’appuyer sur des béquilles. Et m’intégrer dans le monde des valides est un combat constant avec la vie et dans la ville. Car j’habite à Paris, l’une des villes les plus modernes au monde… mais moderne pour qui ?

Vous trouvez ça moderne de rater son train qui arrive dans cinq minutes juste parce que dans la gare où vous êtes il n’y a pas d’ascenseur et que vous mettez vingt minutes à descendre les escaliers ? Pas que dans les gares d’ailleurs ! Quand je descends à République avec mes copines, on tourne en rond pour trouver un ascenseur qui n’existe pas !

Mon problème c’est la mobilité, mais aussi le regard des autres dans ces situations.

Les béquilles et mon handicap, c’est alarmant pour les gens

Une fois, dans un centre commercial, accompagnée d’une copine (et de nos sacs de courses), nous devions descendre des escaliers pour sortir. Il y avait une rampe, j’ai laissé la béquille à mon amie pour m’y accrocher. Soudainement, une passante m’a vue et s’est sentie obligée de m’aider au vu de mon état physique. Les béquilles, pour les gens, c’est alarmant. Et les regards sont très différents les uns des autres…

De rouille est d’os est un film de Jacques Audiard sorti en 2012. Un film sur le handicap physique et social, une ode à la résilience quand deux cœurs se trouvent et se soutiennent dans leurs difficultés.

Affiche du film de rouille et d'os

Je n’ai pas encore essayé les piscines mais je suis allée au spa avec ma mamie, et c’était perturbant de se mettre « à nu », en maillot de bain, dans un lieu public. Heureusement, on était entre femmes ! Je me suis dit : « Je peux le faire mais il faut encore encaisser le regard. »

Les enfants sont les plus insistants. Et ils disent tout haut ce que les gens pensent tout bas. Je pense que ça vient du manque de sensibilisation dans les écoles et les collèges. C’est inacceptable. Pour les adultes, c’est une sorte de curiosité enfantine. Du coup, se balader avec moi peut être gênant. Les gens ont tendance à vouloir savoir ce qui m’est arrivé, inconsciemment ou pas.

« Vous êtes tombée au ski mademoiselle ? »

Une fois, dans la rue, on m’a abordée par surprise : « Qu’est-ce qui vous est arrivé ? Vous êtes tombée au ski mademoiselle ? » Ce genre de questions… c’est une atteinte à ma vie privée, même si ça peut partir d’une bonne intention. Et ça participe à me différencier des gens, alors qu’à une personne « normale » on ne lui dirait rien. Parfois, la question se lit directement dans leur regard, selon la persistance…

Ce sont ces regards qui m’intimident et font ressortir mes émotions. Où que je sois, je ne peux pas passer inaperçue. Même dans une foule de gens… Et je me demande : « Pourquoi ce n’est pas comme avant ? » Pour s’accepter, il est important de bannir ce genre de pensées qui nous rongent de l’intérieur et peuvent se transformer en émotions qui nous affaiblissent, telles que les pleurs. Mais j’aime tellement la vie que j’ai décidé de relever la tête, de lire des livres et d’écouter des podcasts sur le développement personnel. La minute de méditation m’a énormément aidée par exemple !

Killian est malvoyant et, avec son handicap, il voit le monde différemment des autres : « Ce que l’on connait de la normalité n’est pas gravé dans la pierre, elle change tout comme on change au cours de notre vie. »

Je ne peux pas changer mon physique, mais ma mentalité oui. Ça m’aide à compenser ces regards et à m’autoriser à faire des choses que tout le monde fait, à être dans « la norme ».

 

Marriah, 20 ans, en formation, Paris (Insta : marriah.n // Snap : mariebeleg)

Crédit photo Unsplash // CC Anna Shvets

TAGS :

11 réactions

  1. Sa me fait beaucoup de peine courage a toi et force a toi je t’encourage fortement t la meilleure continue comme sa je t’aime Marriah gros bisous a toi ❤

  2. Ton histoire ma toucher , jte souhaite tt le bonheur ta tt mon courage

  3. Waouhh sa me touche énormement ❤

  4. Courage à vous je vous aime de tous mon cœur et vous êtes pas des gens diffèrent que vous avez un handicap ou pas d’handicap vous êtes des gens normal breff voilà à tous les regeux ❤️

  5. Ton histoire mà énormément touché courage à toi

  6. Bon courage pour la suite

  7. Je suis ému bon courage à toi et à ta famille que le bonheur soit pour vous Inshallah

  8. Wow vous avez une véritable histoire je vais prier jesus christ pour vous se soir

  9. Omg cette personne est un exemple . De personne forte je voudrais tellement avoir cette mentalité. bon courage

  10. Sa ma ému et courage ❤️❤️

  11. Courage à toi je suis énormément touché .
    Ne fait pas attention aux regards des autres.
    Bisous Marriah