Tony

Tony30 janvier 2019

Naïf, mais heureux comme je suis !

Je suis français, asiatique et fier de l’être

Né en France de parents asiatiques, Tony n'a jamais fait l'expérience du racisme. Et il le sait : ses origines sont une richesse pour lui et pour la France.

Par Tony30 janvier 2019

Je suis asiatique et plus précisément vietnamien-pakistanais, né en France. Je m’appelle Tony. Ma langue maternelle est le français. Il est alors logique de penser que je suis de nationalité française. Mais pour certains Français, avoir des « origines » fait de vous un étranger, même quand on vit dans le même pays qu’eux.

Je pense, par exemple, à la polémique entre Eric Zemmour et Hapsatou Sy. Pour Eric Zemmour, se prénommer Hapsatou est une insulte à la France. Pour lui, ce prénom d’origine sénégalaise ne respecte pas l’histoire et les traditions du pays. J’ai aimé sa réponse quand elle lui a rétorqué que même si son prénom n’était pas français, elle l’était et elle faisait partie des Français qui construisent l’histoire actuelle de la France.

Personnellement, je n’ai jamais connu de problème d’ethnie. Au quotidien, dans ma famille et avec mes amis, je n’ai jamais senti de différence. Dans la société française, je me suis toujours senti intégré. Même avec toutes les origines qui m’entourent : française, asiatique, maghrébine, africaine… et tellement d’autres encore ! Je sais, et eux aussi savent, que nous sommes Français. Je trouve que ce sont ceux qui pensent le contraire qui ne veulent pas s’intégrer à la société française d’aujourd’hui. C’est triste.

Mangas japonais et musique coréenne

Le fait d’avoir des origines enrichit mon bagage culturel. J’adore dire que j’aime les mangas japonais ou écouter de la musique coréenne. Je fais alors découvrir des choses à d’autres personnes ou j’enrichis mes propres connaissances car mon interlocuteur peut en savoir plus que moi sur ces sujets. Chez moi, avec mes parents, il nous arrive de manger des plats typiquement français, type la raclette, la tartiflette ou alors la quiche lorraine, même si la plupart du temps on mange des plats asiatiques comme le phô, le bò bun  ou alors le riz cantonnais. Mais cela ne nous empêche pas de manger d’autres spécialités venant d’autres cultures, genre le couscous ou du poulet cuisiné à l’africaine.  

Ado, on a souvent réduit Julien à ses origines. Des préjugés auxquels il a échappé… grâce à l’humour. En France, c’est normal d’être « black, blanc, beur », mais Chinois…

Oui, la France change. Et je pense que les personnes qui sont contre cette évolution sont peut-être les moins françaises d’entre nous, car nous sommes les citoyens français d’aujourd’hui. Et je suis fier d’en être un parmi les autres, avec mes origines asiatiques.

 

Tony, 19 ans, étudiant, Paris

Crédit photo Youtube // © Clip Asiatiques de France

TAGS :