Avatar

NaÏma D.18 septembre 2017

Je suis noire, on me le fait bien savoir !

Contre les discriminations toujours d'actualité, je suis bien décidée à faire de ma couleur de peau une force !

Par NaÏma D.18 septembre 2017

Je m’appelle Naïma, j’ai 17 ans et je suis noire. Non, je ne devrais pas avoir à le préciser car après tout, ce n’est qu’une simple couleur et pourtant, c’est une précision qui nécessite d’être faite car ça change tout, en tout cas pour moi.

J’habite en banlieue parisienne, dans le 93. A partir de ma cinquième, ma mère a préféré me mettre dans un internat dans un établissement avec un meilleur environnement pour mes études, dans le 77. Je lui en suis très reconnaissante. Ce choix a changé le cours de ma vie et fait de moi la personne que je suis. En effet, le nouvel établissement dans lequel je me suis retrouvée était partenaire d’une association, Télémaque, qui lutte pour l’égalité des chances et j’ai pu bénéficier d’avantages considérables pour ma scolarité :  financement de sorties, ouverture culturelle, découverte du monde de l’entreprise, etc.

Vous les Noirs !

En changeant d’établissement, j’ai aussi eu l’impression de changer d’univers car la mentalité n’était plus la même, la catégorie sociale était sûrement plus élevée et il y avait surtout beaucoup moins de Noirs.

En rentrant en seconde, encore en internat dans le même département, on a commencé à me faire des remarques sur ma couleur de peau.

Comme on était en minorité, je voyais des gens se comporter d’une certaine manière parce que j’étais « renoie ». Aujourd’hui encore, des personnes me parlent avec un soi-disant accent africain, très mal imité. Peut-être pour se sentir « plus proche » de moi. Cela me met surtout mal à l’aise.

J’ai aussi souvent entendu des : « Vous les noirs, vous parlez toujours fort ! » J’aimerais qu’on individualise les gens, et qu’on arrête d’apparenter une seule personne à toute une communauté.

Hawa aussi elle connait ça ! A lire : T’es belle pour une noire ! Une histoire de racisme ordinaire.

Quand je me regarde dans le miroir je vois Naïma. Je ne vois pas « NOIRE ». Pour certains, c’est comme si c’était mon prénom. En Afrique, ce n’est même pas une idée à laquelle les gens peuvent penser, car ils ont tous la même couleur de peau. Les Africains ont plutôt une obsession pour les personnes qui viennent d’un pays occidental ou qui sont un minimum aisées. Dans mon pays d’origine, le Cameroun, les gens perçoivent les personnes vivant en France comme des personnes qui roulent sur l’or. Peu importe leur couleur. Quand ma mère y va par exemple, ils pensent que, dans sa poche, les billets sont illimités. Ils se comportent du coup différemment avec elle, mais de la même manière qu’ils le font avec les blancs. Alors que si elle avait vécu toute sa vie là-bas, elle n’aurait pas été perçue de la même manière.

A diplôme égal, me battre deux fois plus ?

Selon elle,  je devrais « me battre deux fois plus parce que je suis noire », car les blancs seront toujours privilégiés sur le plan professionnel. Ma mère est titulaire d’un master 2 et m’a plusieurs fois fait part du fait qu’elle a été considérée comme moins qualifiée. Qu’elle devait faire plus « ses preuves » en raison de sa couleur, alors que ses études sont toutes aussi honorables que celles d’une autre personne.

Je n’estime pas avoir à redoubler d’efforts juste pour ça. C’est plutôt les mentalités qui doivent évoluer. Plus tard, j’aspire à travailler dans le journalisme ou la communication et ce qu’elle m’a dit ne me freine pas du tout pour l’avenir car je perçois ma couleur comme une force et non comme une contrainte. Malheureusement, je ne pense pas réussir à vaincre les préjugés sur les noirs. C’est ancré chez les gens. Je pense par contre pouvoir faire changer l’opinion de ceux qui en auraient à mon sujet.

 

Naïma, 17 ans, lycéenne, Rosny-sous-Bois

Crédit photo : Peripher pour le film Bande de filles

TAGS :

2 réactions

  1. Tu as rasion Naïma de te battre. Je suis moi même noir et ai quinze ans d’expérience professionnelle. Je dois t’avouer que ta mère n’a pas complètement tort. Mais elle n’a pas à 100% raison non plus!
    Oublie ta couleur et fonce! Dans ta vie pro, tu rencontreras des personnes qui te donneront ta chance justement parce que t’es black. Et tu en rencontreras qui feront l’inverse, mais tu as toujours la possibilité de faire mentir ceux qui te jugent trop vite. Bon courage!!!

  2. Merci beaucoup,ça me fait plaisir qu’on puisse réagir à mon article! Ma couleur est une force, cela ne change en rien mon ambition, vous avez raison de souligner que cela peut jouer sur ma chance!