Avatar

Abdou2 juin 2019

L’amour de la famille, ça se paye !

Quand je vivais au Sénégal, ma famille en France m'envoyait de l’argent. À Paris depuis peu, je devrai bientôt en faire de même et cela même si, je m'en suis vite rendu compte, gagner de l’argent n'est pas si facile.

Par Abdou2 juin 2019

Pour moi, l’amour de la famille, c’est prioritaire. C’est mon père qui m’a amené ici, en France. Il a la nationalité française. Je suis arrivé au mois de mai 2018. Ma famille était dans un petit appartement, du coup j’ai été hébergé chez mon cousin. Avant, j’étais au Sénégal, j’ai fait mon parcours scolaire là-bas. Je vivais dans notre maison avec toute ma famille, ma grand-mère, les cousins, les oncles et les tantes. Mon père a fait tous les papiers et je suis venu. Maintenant, j’ai la moitié de ma famille ici, l’autre moitié au Sénégal. En France, il faut qu’on travaille pour soutenir la famille. Et les amis aussi qui sont dans le besoin.

Quand j’étais au Sénégal, si j’avais besoin de quelque chose, comme par exemple un ordinateur ou un téléphone, ou même pour acheter des habits, j’appelais mon père ou les amis qui étaient en France. Ils me répondaient. Des fois c’était positif, ils me disaient : « Il y a pas de problème, si je reçois mon salaire, je vais voir si c’est possible. » Mais des fois c’était négatif. Ils me disaient qu’ils avaient beaucoup de dépenses ce mois-ci, tout ça, et qu’ils ne pouvaient pas. Moi je ne comprenais pas. J’avais en tête que s’ils étaient en France, ils avaient beaucoup d’argent. Quand ils disaient qu’ils avaient beaucoup de charges, je ne les croyais pas. Je me disais : « Peut-être ils sont méchants et ils veulent rien t’envoyer. » Je pouvais pas comprendre. C’est quand je suis venu ici moi-même que je me suis aperçu que ce qu’ils disaient, c’était vrai.

Taxes, frais de change cachés… Pour les principaux organismes d’envoi d’argent, les transferts d’argent vers les pays africains sont des opérations juteuses. Le Monde fait un point sur ce commerce qui impacte avant tout ceux qui, comme le père d’Abdou, envoient une partie de leur salaire à leur famille restée au pays.

Ici, c’est difficile. Quand tu reçois ton salaire, tu payes ton loyer et toutes les charges et puis après tu dois envoyer à la famille. Il ne te reste pas beaucoup d’argent pour vivre. Quand on est seul, c’est plus facile. Mais quand tu as une fiancée ou une femme, ça devient plus dur. Parce que les charges de la famille, ce ne sont pas les mêmes. Par exemple, mon cousin a une fiancée au Sénégal et il doit lui envoyer de l’argent. Et parfois, ça le met en découvert.

Quand j’aurai un travail, il faudra que je participe comme les autres

Moi, pour l’instant, je n’envoie rien, j’ai pas de dépenses, mais j’ai rien comme argent. Quand j’aurai un travail, oui, il faudra que je participe comme les autres à envoyer de l’argent, pour la nourriture, la famille au Sénégal et tout. Et ici aussi, pour aider mon père, ma mère, mes frères et sœurs. Pour moi, c’est comme tout le monde. Tu fais ça selon tes moyens. Tu ne vas pas donner tout ton argent. Je vais quand même garder une partie pour moi car il peut y avoir des imprévus : partir en voyage, quelqu’un peut tomber malade ou autre chose. T’es obligé de garder au cas où il y a des besoins. Moi, c’est ce que je ferai. Je suis obligé de le faire. C’est par amour. Ça m’embête pas. Parce que lorsque j’étais là-bas, ils faisaient la même chose, donc maintenant je suis obligé, c’est à moi.

Là, aujourd’hui, dans ma famille, il y en a encore qui comprennent pas qu’on puisse pas envoyer de l’argent. Mais il n’y a pas de conflit. Même si tu dis que ici c’est difficile de vivre, de travailler, de se lever tôt, eux ils vont dire que tu es méchant, alors qu’on se lève sous la pluie, sous la neige. Mais je prends mon temps, je veux un bon travail. Quand on se précipite, on peut ne pas trouver le travail qu’on aime. Là, j’ai trouvé un CFA [centre de formation d’apprentis] en alternance pour septembre pour faire un CAP [certificat d’aptitude professionnelle] d’électricité en 2 ans. Il reste une entreprise à trouver. Ici, à l’E2C [école de la deuxième chance], on a cours jusqu’aux vacances d’été. J’ai hâte d’être à la rentrée. Ça sera une semaine à l’école, une semaine en entreprise. Donc j’aurai un salaire. À temps plein. À la fin, j’aimerais travailler dans une entreprise, peu importe que ce soit à Paris ou ailleurs en Île-de-France.

Quand Rena a débarqué en France à 12 ans, elle a découvert une réalité bien différente de celle qu’on lui promettait. Cinq ans après son arrivée, elle peut enfin penser sereinement à l’avenir. Mon intégration en France a été longue et douloureuse 

Bien sûr, j’aimerais retourner au Sénégal. Ça me manque. Mes amis, ma famille, ils me manquent trop. Eux, je pense pas qu’ils vont venir en France. Mais peut-être certains de mes amis vont venir en France, parce qu’il y a beaucoup d’autres jeunes qui sont venus avant moi et après. C’est pas la même chose entre ce que je pensais de la France et la réalité. C’est difficile ici, trop difficile. Plus difficile qu’au Sénégal. Mais je préfère être ici et de temps en temps aller au Sénégal. Juste pour les vacances.

 

Abdou, 18 ans, stagiaire à l’E2C, Paris

Crédit photo Wikimedia Commons

TAGS :