Niran T.17 octobre 2018

J’aime le foot, c’est une passion depuis tout petit.

Ma banlieue, ma fierté et des succès !

Niran a grandi dans une cité réputée "sensible" dans l'Essonne. Il veut surtout en retenir tous les noms de ceux qui ont réussi, notamment dans le sport et la musique, à changer l'image des quartiers !

Par Niran T.17 octobre 2018

Ma cité, les Ulis, dans l’Essonne, on dit qu’elle est “sensible”. Alors qu’il existe plein de points positifs ! J’y vis depuis toujours. Ici, tout le monde se connaît. Il y a une grande solidarité, ce qui n’est pas trop dit dans les médias. Il y a une grande diversité aussi : on peut trouver toutes les origines, toutes les cultures. Et on arrive quand même à vivre ensemble.

Il existe beaucoup de domaines dans lesquels ma ville a « produit » des talents : des footballeurs comme Thierry Henry, Patrice Evra, Anthony Martial, un champion du monde de Boxe Thaï, des sportifs handisport qui ont participé aux Jeux Paralympiques, des rappeurs comme Sinik. Quand on me dit que ces personnes sont originaires de ma ville, je suis fier de là où j’ai grandi. Moi, par exemple, je bosse dans le sport : j’ai fait partie d’une des équipes de jeunes du club de foot. On a une équipe en National 3 (cinquième division française) aujourd’hui. Alors qu’il y a un peu moins de dix ans, on galérait encore au niveau départemental !

Notre équipe féminine de basket des moins de 17 ans a été en Championnat de France. Cela montre qu’on peut faire de grandes choses avec une cité de moins de 30 000 habitants. Les jeunes ne sont toujours pas tous là à traîner dans les immeubles ou à faire des conneries. Ils veulent qu’on les reconnaisse ailleurs, qu’on fasse passer une bonne image de notre cité en faisant comme ont fait les personnes citées précédemment.

En musique aussi on gère !

D’autres se lancent dans la musique, plus particulièrement dans le rap. Des jeunes de mon quartier ont créé un groupe qui s’appelle la MG (Mauvaise Graine). À la base, ils faisaient des petits freestyles entre eux et les publiaient sur YouTube, pour le plaisir. Mais beaucoup de personnes ont aimé alors ils ont commencé à faire des clips, avec d’autres rappeurs de l’extérieur de la cité, pour se faire connaître. Récemment, un clip a été fait avec plusieurs groupes du 91 dont la MG, ils ont fait un peu plus d’un million de vues sur YouTube et ce clip est passé sur une chaîne de télé (Trace Urban). Ils sont actuellement en train de continuer dans cette voie. C’est vraiment dommage que ces choses ne soient pas montrées à tout le monde et qu’on ne parle que du négatif.

Le négatif est bien présent ! Une autre facette qu’a voulu décrire Johnny : Dans mon quartier ça a été la guerre

Même si il y en a. J’ai déjà vu des « guetteurs » ados s’échanger de la drogue, des affrontements entre la police et les jeunes. Par exemple, lors d’un affrontement entre les policiers et les jeunes, un 13 juillet, un homme d’origine marocaine (que je connais bien) s’est pris une balle de flashball dans le visage alors qu’il rentrait chez lui après le feu d’artifice avec sa famille. Il a été hospitalisé et a eu 24 points de suture.

Tous ces événements montrent une image négative de cette ville et de la cité en général, mais il existe beaucoup d’autres choses, pas trop médiatisées, qui montrent tout le contraire. Bref, je peux être fier de ma cité et je vis très bien dedans !

 

Niran, 18 ans, étudiant, Les Ulis

Crédit photo Adobe Stock // © Milan Stock

TAGS :