Avatar

Ozzias M.11 septembre 2019

Sans ascenseur, mon immeuble c’est treize frontières à franchir

Dans ma tour à Clichy Sous Bois, une panne d’ascenseur m'a fait traverser les différentes ambiances. A chaque étage, ses problèmes et ses petites particularités. Suivez-moi...

Par Ozzias M.11 septembre 2019

Dans mon bâtiment il y a treize frontières. À chaque étage, tu passes dans un autre pays. Ils sont tous différents les étages. Souvent, on fait que les traverser en ascenseur du coup on les voit pas. Mais quand l’ascenseur est en panne, tous les deux mois environ, il faut les monter à pied. Et là, c’est la découverte. On voit des trucs qu’on n’avait jamais vu avant. La dernière panne, c’était y a même pas un mois. Donc j’ai traversé les étages entre le hall d’entrée et le onzième où j’habite.

Le rez-de-chaussée : on le connait bien. En fait, c’est juste l’entrée de toutes ces frontières.

Le deuxième : je me disais dans ma tête qu’il serait sale comme une poubelle remplie. C’est comme ça qu’est le deuxième étage du bâtiment 4, celui où habite mon pote. En fait, il est fortement normal mon deuxième étage à moi. En gros, il est propre.

Le cinquième, je n’y suis jamais allé. Au moment d’ouvrir la porte de l’escalier, j’étais stressé, j’ai eu des frissons dans tout mon corps. C’est marrant comme les trucs qu’on ne connaissait pas, ils font peur.

Le huitième, c’est l’étage de l’incendie. À cause de ça, c’est le plus célèbre. On peut tout de suite le voir de dehors à cause des traces sur le mur extérieur. Dedans, les murs sont cramés, la lumière n’est pas réparée. Et ça sent mauvais comme une allumette qu’on vient d’éteindre.

Le neuvième, il doit y avoir plein de gens qui y habitent. Parce qu’à chaque fois que je prends l’ascenseur (quand il fonctionne) y a quelqu’un qui appuie sur le bouton 9. Mais là, à pied, ça fait différent. Je m’attendais à du monde et j’ai trouvé l’obscurité. Au neuvième, ils ont juste une petite ampoule cachée pour s’éclairer. C’est le pays du sombre.

Le onzième c’est le mien. Je le connais par cœur. Il pue à cause d’un voisin qui a plein de chats. Je sais même pas combien, 10 ou 15, mais ça pue. Le onze, on peut aussi le repérer de l’extérieur ,car il y a une fenêtre qui est remplacée par du carton. Pourtant, il est propre le onzième. Sans les chats, ça serait plus agréable. En plus, il y a des portes noires qui servent jamais à rien, on dirait des entrées de passage secrets…

Au-dessus de chez moi, il reste encore deux étages. Mais ceux-là, je n’y suis jamais allé.

 

Ozzias, 13 ans, collégien, Clichy-sous-Bois

Crédit photo Unsplash // Ryan Tauss

Montage son : Edouard Zambeaux // Montage vidéo : Elliot Clarke // Sous-titrage : Léa Robert

TAGS :