ZEP

ZEP21 mai 2020

On compile, on interroge, on résume. Parce que, parfois, nous aussi on a des choses à vous dire !

Chez moi, les femmes font tout et les hommes s’en foutent

Je n'ai que 17 ans, mais le sexisme, je le connais déjà trop bien. À la maison, les hommes et les femmes de ma famille m'ont assignée à une place qui ne me convient pas.

Par ZEP21 mai 2020

Charge mentale, contraintes vestimentaires, harcèlement de rue… Le sexisme a différents visages. Hawa, Yvanna et Djery n’ont que 17 ans, mais il s’est déjà invité depuis bien longtemps dans leur quotidien. À la maison, à l’école, dans la rue, les injonctions à être et à se comporter « comme ci » ou « comme ça » quadrillent leur vie.

Hawa, c’est en famille qu’elle en fait les frais. Parce que, chez elle, les femmes font tout et les hommes s’en foutent.

Un problème qui commence déjà par une liberté vestimentaire bien plus importante pour les garçons.

« Mon père ou mon petit frère peuvent se trimballer torse nu ou en short. Mais si nous on le fait, et même avec un short qui descend jusqu’aux genoux, on va dire qu’on est provocatrice. »

Des interdictions donc, mais aussi des devoirs. Les femmes ont chez Hawa un rôle particulier et défini dès la naissance : celui de servir les hommes.

« L’homme ne fait rien. Il est tout le temps assis, on le sert et on doit se charger de tout lui donner, et de débarrasser. »

Ces règles, souvent tacites, proviennent pour la jeune femme d’une seule chose : l’éducation. Une domination et un sexisme masculins, transmis aussi aux plus jeunes par les femmes elles-mêmes.

« Ma mère me donne souvent des conseils sur la manière de me comporter ou de m’habiller, des choses qu’elle ne dit pas à mon petit frère. »

Mais alors derrière toutes ces conditions imposées aux femmes, qui sont-elles réellement ? Peuvent-elles librement montrer leur personnalité, leurs forces ou encore leurs failles ? Pas pour Hawa.

« On est tout le temps obligées de refléter une image de nous qui n’est pas forcément la nôtre, alors qu’on veut tout simplement être libre… »

Ces injonctions, notamment à la pudeur, seraient donc instruites dès l’enfance.

Un propos confirmé par Yvanna qui nous parlera, dans le second épisode, des jugements et remarques que les femmes subissent sur leur style dès leur arrivée au collège, voire même avant…

La ZEP revenait il y a quelques mois, avec son podcast Sample, sur les injonctions à la féminité. Que ce soit par une manière de parler, ou avec une pilosité fièrement arborée, Yasmine, Nathalie et Tess cassent les codes d’une société qui formate les femmes à n’être féminine que d’une seule manière : celle choisie pour elles.

 

Hawa, 17 ans, lycéenne, Noisy-le-Sec

Prise de vue et montage © La ZEP – Elliot Clarke // Sous-titres : Léa Robert // Musique © Ködama – Black Cloud (Mamie’s Record)

TAGS :