Layssa17 juin 2017 2 mn

Transilien : la ligne H est mon deuxième bureau

Layssa habite dans le Val d'Oise. Elle se plait dans sa petite ville tranquille proche de la forêt. Sauf quand il faut aller bosser à Paris : trois heures de transport minimum par jour...

Par Layssa17 juin 2017 2 mn

La Zone périurbaine, vous connaissez ? Il y a Paris, puis la banlieue et ensuite vous arrivez chez moi ! Après 40 minutes de transport. Et encore, ça, c’est seulement à partir de Paris Nord.

Je vis dans le 95, dans une ville qui touche la forêt. Le cadre est agréable, la vie tranquille… jusqu’à ce que j’aie besoin de bouger. Pour le moindre déplacement, c’est toute une organisation. La seule ligne de train qui passe chez moi est le transilien, la ligne H sur laquelle il n’y a des trains que toutes les 30 minutes. Donc, dès que je le rate, je peux être sûre que mes amis me maudissent. Et c’est encore pire quand je dois passer un entretien d’embauche ! Impossible d’arriver en retard, il faut donc prendre des dispositions : concrètement, cela veut dire prendre au moins un train d’avance pour parer toute éventualité de retard ou de problème durant le trajet. Quitte, parfois, à arriver une heure à l’avance et à tourner en rond devant le lieu de l’entretien…

Cela a d’ailleurs été plusieurs fois une question durant les entretiens : « Mais combien de temps allez-vous mettre pour arriver ici ? C’est loin, vous serez motivée ? » Sauf que dans l’état actuel des choses, sans travail, je ne peux pas me payer d’appartement à Paris… en fait, pas d’appartement du tout. Donc bien obligée de continuer à vivre chez mes parents et de me motiver à aller bosser.  

Trouver des stratégies pour passer le temps

Je suis actuellement en service civique. Je dois me rendre à Denfert-Rochereau et me déplacer régulièrement en banlieue parisienne. Sur mon contrat, c’est écrit 26 heures de travail par semaine, mais en réalité, j’en passe pratiquement autant dans les transports puisque c’est minimum 3 heures par jour… Quand tout se passe bien ! Du coup, je trouve des stratégies pour utiliser tout ce temps : je lis tous les livres que je n’aurais jamais pris le temps de lire sans ces temps de transport interminables, je réponds à mes mails, je regarde les annonces pour du travail, etc. Et je ne suis pas la seule !

La ligne H est un véritable bureau ambulant puisque de nombreuses personnes sortent leurs ordinateurs et travaillent, comme moi.

L’autre solution, c’est de finir sa nuit. Après s’être levée tôt pour ne pas arriver en retard, les sièges de la ligne H paraissent tellement confortables !

Et puis, il y a les chauffeurs de la ligne qui rendent ces trajets bien moins ennuyeux : un problème de passage à niveau (à peu près tous les jours) et le chauffeur qui est obligé de descendre de sa cabine et lance un petit message joyeux : « Attendez-moi, je reviens ! » Celui qui est hyper motivé dès le matin et qui raconte des blagues. Celui qui a raté sa vocation de chauffeur de TGV et qui vous lance : « Bonjour, bienvenue dans notre transilien AVOP, à destination de Paris Nord. Il desservira les gares de Taverny, Saint-Leu-la-Forêt, Gros Noyer Saint Prix, Ermont Halte, Ermont-Eaubonne, Champs de course d’Enghien, Enghien les Bains, La Barre Ormesson, Épinay-Villetaneuse, Saint-Denis et Paris Nord. Attention au départ ! Je vous souhaite un agréable voyage dans notre transilien et une bonne journée ! » C’est sympa, ça donne l’impression de partir en vacances, alors que tu vas bosser.

Rentrer après 23h30 : la galère !

Mais une fois arrivée à Paris Nord, le chemin n’est pas terminé et je prends la ligne B, ou un métro, ou la ligne E… Bref, je me rends sur mon lieu de travail. J’ai déjà eu 40 minutes de trajet et je ne suis toujours pas arrivée.

En général, à ce moment-là, je prie juste pour que tout marche bien dans les transports parisiens. On sait tous que mes voeux ne sont pas souvent exaucés…

Et dernière galère mais pas des moindres : comment vous feriez-vous, vous, pour sortir le soir, en sachant que le dernier train qui part de Paris Nord vers chez moi est à 23h30 ?

Mais finalement, même si tous les jours je galère, je ne me vois pas forcément vivre dans Paris parce que j’ai un cadre de vie agréable, moins stressant et avec un air plus sain que dans la capitale. Par contre, pour avoir une vie sociale, c’est plus compliqué… Alors, je me dis que je pourrais peut-être me rapprocher un peu pour diminuer le temps de trajet et avoir une gare où les trains passent plus souvent et dans des directions plus variées…

 

Layssa, 23 ans, volontaire en service civique, Paris

Crédit photo CC Renaud Chodkowski // Flickr

TAGS :