Mamadou F.

Mamadou F.12 août 2018

Un jour, j’ai prévenu mes amis que je partais en France

Un jour de février, Mamadou a pris son sac à dos, bien décidé à quitter sa vie d'ado agriculteur à Kayes, au Mali. Direction Paris.

Par Mamadou F.12 août 2018

C’était en février 2016. Je vivais à Kayes au Mali. Je travaillais. Mais un jour, j’ai décidé que je ne voulais plus être cultivateur comme les autres enfants de mon âge. Alors j’ai prévenu mes amis que j’allais partir en France. Mais je ne l’ai pas dit à mes parents. Ils auraient été contre.

Je suis parti la nuit avec un petit sac à dos : des habits, de l’argent et mes papiers de naissance. Un ami m’a emmené en voiture jusqu’au bus à Bamako. J’ai pris le bus jusqu’à Nouakchott en Mauritanie. J’y ai passé deux jours, à la gare, avec d’autres Maliens. J’ai beaucoup dormi, on a regardé la télé et j’ai acheté à manger puis j’ai été dans une voiture qui a roulé pendant deux jours. J’étais fatigué ! Arrivé à Nador, au Maroc, j’ai passé quatre jours dans la forêt. Il y avait d’autres migrants, des Arabes ou des Africains, je ne sais pas trop. J’ai marché avec eux jusqu’à la mer. C’est la première fois que je la voyais ! Mon corps entier tremblait et mon cœur battait fort !

Je suis monté dans bateau avec des gens qui étaient dans la forêt. C’était la nuit. J’ai même pas payé. Je n’ai pas discuté avec eux. Je ne sais même pas comment ils ont trouvé le bateau. On était à peu près 20. J’avais un peu peur. Un peu, mais pas trop ! Je suis comme ça, j’ai jamais trop peur. Le voyage a duré de 3h du matin jusqu’à 18 h le soir. Je suis resté tranquille dans mon coin. Je voyais que la mer autour de moi. On est arrivé en Espagne quand le soleil se couchait. J’étais très content de toucher la terre. Sur la plage, des gens de la Croix-Rouge nous ont donné des couvertures, des vêtements, à boire, à manger et ont regardé notre santé. Je ne comprenais pas quand ils parlaient en espagnol, mais un peu quand ils parlaient français.

Ils m’ont demandé si je voulais rester en Espagne. Je suis resté une semaine à Malaga et puis j’ai demandé où était la gare pour trouver un train pour Paris. J’ai pris le train de nuit directement jusqu’à Gare de Lyon… à Paris ! J’ai été accueilli dans un foyer pour mineurs. Bientôt, en France, je pourrai travailler n’importe où. Si tu veux travailler en boulangerie tu travailles en boulangerie, si tu veux travailler en secrétariat tu peux être secrétaire… Tous les métiers sont possibles ici !

 

Mamadou, 17 ans, en formation professionnelle, Paris

Crédit photo Gratisography // CCO Pexels

TAGS :

3 réactions

  1. Si tu veux travailler en boulangerie tu travailles en boulangerie, si tu veux travailler en secrétariat tu peux être secrétaire… Tous les métiers sont possibles ici !

    Je sais pas dans quel monde il vit lui…. Mais il va vite déchanter..

  2. Bravo pour ton.courage et ta détermination. Il en fallait du cran pour partir tout seul en France sans même prévenir ta famille.

    J’espere que tu y trouveras ce que tu cherches

  3. pfeu Blutch tes vraiment un troll .

    Bravos pour ton courage je te souhaite de réaliser tes rêve et de réussir à trouver du travail .