ZEP

ZEP27 février 2019

On compile, on interroge, on résume. Parce que, parfois, nous aussi on a des choses à vous dire !

À Argenteuil, les flics nous mettent à l’amende

Peur, bêtise, manque de formation, sentiment d’impuissance… Qu’est-ce qui déclenche une violence policière ? Pour tenter de répondre à cette question, cinq jeunes d’Argenteuil (Val-d’Oise) racontent dans le détail les brimades et les violences dont ils disent avoir été victimes de la part de policiers.

Par ZEP27 février 2019

« Mon téléphone sonne, y avait écrit « mon amour », il me dit : « Y a ta pute qui t’appelle » – Mehdi, 19 ans

« C’était un soir de ramadan, vers 22 h 30. J’aperçois mes amis qui arrivent en voiture. Un camion de police les suivait. Je m’approche pour venir leur dire bonjour et immédiatement les flics sortent de leur camion. Ils nous braquent avec leur flash-ball, et ils me disent de m’écarter. Ils les contrôlent. Je les attends plus loin. Et là, un grand, boule à zéro, met sa main sur mon épaule et il me dit :  « Je vois que depuis tout à l’heure tu regardes le contrôle, ben viens, tu vas y assister ! »

« Il m’emmène dans le parking où il fait plus sombre. Alors je me dis, tant que c’est un contrôle… Je n’ai rien sur moi, je fume pas. Il me fouille. Après, il m’ordonne d’enlever mes chaussures. Il les prend et me dit : « Elles coûtent combien celles-là ? » Je réponds : « C’est un cadeau, monsieur. » Il me dit : « Ah ouais, c’est un cadeau, tu me prends pour un con ? » Et il jette mes chaussures. À cette époque, je faisais de la livraison de fast-food et j’étais payé au black. Ce jour-là, j’avais reçu ma paie que j’avais dans ma sacoche. 350 euros, rien d’affolant. Il voit l’argent : « C’est quoi ça ? » Je lui explique que c’est ma paie et je lui montre même les messages de mon patron qui me demande de venir la récupérer. Il prend mon téléphone et le jette : « Tu me prends pour un con. » À ce moment-là, je reçois un appel. C’était ma copine. Y avait écrit « mon amour ». Il me dit : « Y a ta pute qui t’appelle. »

« Ensuite, il me demande d’enlever mes chaussettes, alors qu’il n’y avait rien dans mes chaussures. Il appelle ses collègues : « Venez regarder ses pieds. » Ça les fait rire. Et puis il dit : « Ouvre ton pantalon. » « Comment ça ? » Franchement, j’étais dans une position délicate. Il me fait me retourner et là, il tire mon caleçon et met sa lampe torche. Mes amis qui étaient derrière ont vu. Leur erreur, c’est qu’ils ont appelé des gens, ce qui a fait que ça s’est très vite regroupé à une dizaine de personnes. J’entendais les collègues du flic qui parlaient à leur soi-disant chef : « Il commence à y avoir du monde là. » Et là, le type me dit : « Pourquoi t’as craché par terre ? » Je le regarde et je réponds : « Monsieur, j’ai pas craché par terre. » Il interpelle son collègue : « Tu l’as vu cracher par terre. » « Ouais, on t’a vu cracher par terre, on t’aurait pas contrôlé pour rien. » J’interviens : « Ah ouais, j’ai craché par terre ? »

« Le flic me demande pourquoi je crie. Il regarde son collègue et lui dit : « Tu l’as entendu crier. » Son collègue confirme : « Oui, je l’ai vu crier. » Et le flic se tourne vers moi : « Donc là, tu me prends pour un con. » Je lui réponds que non, je le prends pas pour un con. Et là, il s’énerve : « Quoi ? Moi, je suis un con ? Tu m’insultes en plus ? Ça va être la troisième amende, on va te la mettre pour crachat, tapage nocturne et outrage à agent. »

« Ils m’ont laissé comme un chien : pieds nus, sans mes chaussures, pantalon ouvert. Et je suis reparti avec 270 euros d’amende pour un truc que j’ai pas fait. Comme j’ai pas voulu payer, j’ai écrit au tribunal. J’ai reçu un courrier du Trésor public, il veut prendre 780 euros de mon compte et la banque aura 18 % de frais de dossier. Si dans les quinze jours, c’est pas signé, ça augmentera. Alors j’ai signé pour qu’ils prennent l’argent. »

 

« Ouais, c’est du racisme, et tu vas faire quoi ? » – Karim, 21 ans

« C’était pendant le ramadan. Moi et mon ami on était assis à un arrêt de bus. Y a un camion de police qui est venu. Sans raison ils nous ont attrapés, ils nous ont dit : « On vous a vus jeter des pierres. » Alors que je vois pas pourquoi on jetterait des pierres, il était deux heures du matin. C’était soit on disait rien et on partait au commissariat, soit on disait quelque chose et ils auraient une raison de plus pour nous frapper. On n’a rien dit, on est partis au commissariat. Pendant le trajet au commissariat, y a des personnes qui sortaient de la mosquée. Ils ont commencé à nous dire : « Ah ouais, avec votre fête de merde, vous nous cassez les couilles. Vous voulez pas dormir : retournez dans votre pays. » Moi, je leur disais : « Pourquoi vous dites des trucs comme ça ? C’est pas des trucs qui se disent, c’est du racisme et tout. » Après, un policier a commencé à me dire : « Vas-y, ferme ta gueule, c’est du racisme, ouais, et tu vas faire quoi ? » En gros c’est : « J’suis raciste et qu’est-ce que tu vas faire ? » Alors vas-y, on laisse faire, on arrive au commissariat.

« Moi, j’avais mes papiers d’identité, mon pote aussi. On est restés une demi-heure, même pas. Ils nous ont dit : « Bon bah vous allez prendre des amendes pour ce que vous avez fait. » J’ai dit : « On a fait quoi ? » Réponse :  « On vous a vu jeter des pierres, vous avez essayé de nous viser. » Alors que vraiment pas. Dès qu’ils ont fini leur truc, ils nous ont dit : « Retournez-y, on vous a gardés exprès parce que vous pouvez pas manger là. Vous allez reprendre votre jeûne sans avoir mangé le matin. » Moi, je lui ai dit : « C’est un truc d’enfant, ce que vous faites. » À la fin, j’ai reçu 350 euros d’amende pour « avoir jeté des pierres ». 350 d’euros d’amende gratuitement. »

 

« Ils m’attrapent et je reçois des insultes » – Lamine, 18 ans

« C’était en été, un soir. On était quatre jeunes dans une voiture, on n’avait pas le permis. Au bout d’un moment, celui qui conduisait a décidé de faire un tour du quartier avec la voiture. On se rend compte au bout d’un moment qu’on est suivi par une Renault. Dès qu’ils ont vu qu’on les avait remarqués, ils ont décidé de mettre les gyrophares. La personne qui conduit stresse et ne s’arrête pas. Ça part en course-poursuite. Assez rapidement, on était à 100-120, quelque chose comme ça, en pleine agglomération. Mais arrivé dans un endroit précis, le conducteur fait une mauvaise manip, il prend un poteau et on fait des tonneaux. On tombe dans les pommes, moi en tout cas. Je me réveille. Je saigne, les vitres, tout est cassé. La voiture était penchée, je saute par la fenêtre. Dès que je saute, je vois deux hommes courir vers moi. Je cours et ils courent derrière moi.

« Dans une ruelle, ils m’attrapent. J’étais en état de choc, ils décident de me frapper. C’étaient des policiers en civil en fait, des « baqueux ». Des policiers de la BAC, quoi. Ils m’attrapent et je reçois des insultes. Et j’entends : « On a le conducteur, on a le conducteur ! » J’ai été pris pour le conducteur, mais après j’ai réussi à prouver que ce n’était pas moi. Alors ils m’ont frappé. Ils m’ont dit : « A cause de toi on a failli se faire tuer enculé de fils de pute. » Ils m’ont écrasé la tête contre le sol, ils m’ont frappé. Coup de matraque. Ils m’ont ouvert la tête, maintenant j’ai une cicatrice. »

« C’est comme ça que ça arrive, les bavures » – Ilan, 18 ans

« J’étais vendeur de stupéfiants. Je vois une tête. Pour moi, c’était un acheteur, je prends la pochette derrière les buissons et je la prépare pour lui donner. Il me dit : « Je veux un 10 balles. » Un 10 balles, c’est une certaine dose de stupéfiant. Je lui dis : « Mets-toi sur le côté » pour que j’aille le chercher. Et là, coup de crosse de pistolet. C’était un policier en civil ! J’étais sonné, j’avais la tête qui tournait. Il m’a écrasé la tête avec son pied, m’a mis les menottes et accroché au grillage. J’étais en sang. Ses collègues m’ont essuyé vite fait pour que les gens voient pas que je saignais. Et puis ils m’ont fait entrer dans la voiture. Ils ont démarré. Ils faisaient des gestes brusques dans les virages, et moi, vu que j’avais les menottes, je tombais sur le flic à côté. Mon coude tapait sa côte à chaque virage. Mais, pour eux, c’était un jeu. Dès que je le touchais, il me mettait un coup. Et ils s’amusaient à tourner ! J’essayais de tendre mes jambes, pareil, ils me mettaient des coups partout, des coups de rangers, sur les genoux. Ils me disaient : « Sale putain d’Arabe, qu’est-ce que tu fais ici ? Qu’on te voie plus ici, sinon j’te nique ta mère. » Ils m’insultaient, normal, comme si on était tous des mecs de cité.

« Quand je suis arrivé au commissariat, ils ont vu que j’étais tout gonflé. Moi, je faisais le mec choqué, j’exagérais. Ils ont appelé les pompiers et ils m’ont amené direct à l’hôpital. Dans la salle d’attente, les flics se foutaient de ma gueule : « Tu saignes, on s’en bat les couilles » ; « Si tu veux, j’peux te faire la deuxième pommette, moi, ça me dérange pas. » Ensuite, ils m’ont fait des points de suture. Y avait une autre équipe de police, pas en civil, mais eux aussi ils continuaient de m’insulter. Après, pendant la garde à vue, ils ont dit que je m’étais mis en garde de boxeur, que j’avais fait ma rébellion, alors que c’est eux qui m’ont manipulé ! Quand le flic qui m’a tapé a raconté ce qui s’était passé à l’officier de police judiciaire [OPJ], il l’a fait à sa sauce. Du genre « on a voulu l’interpeller, il a voulu se battre, on a été obligé de le taper ». Il était en train de mentir et l’OPJ a dit : « Moi, je crois mes collègues. » Je pense que c’est comme ça que ça arrive, les bavures policières. L’officier a ajouté : « On t’attrape avec des stupéfiants, maintenant tu te démerdes. » Les flics, contre les jeunes, ils ont la mort ! Ils ont une rage contre les Maghrébins, même contre les Noirs. Même s’il y a des Maghrébins parmi eux. Eux, ils se sont fait martyriser quand ils étaient petits, on dirait qu’ils se vengent. »

 

Illustrations © Hugo Besikian

TAGS :

3 réactions

  1. Merci pour ces recueils. Un sujet à traiter sans tabou

  2. Quelle horreur franchement ^^ Et après ils veulent qu’on les considère comme des “gardiens de la paix”…

  3. Ca me fout la haine ce genre d’article…