Avatar

Donovan T.19 avril 2020

Ni riches, ni pauvres, on fait quand même attention

Dans ma famille, on ne manque de rien. Mais même sans problèmes d'argent, on fait très attention à la manière dont on le dépense...

Par Donovan T.19 avril 2020

Chez nous, on fait attention avec l’argent. Mes parents gagnent environ 1500 euros par mois chacun. Mon père est réceptionnaire dans une entreprise pharmaceutique et ma mère aide-comptable à Leclerc. Nous sommes quatre dans notre famille. Quand je fais les courses avec mes parents, je vois qu’ils ont fait leur liste. Ils regardent bien ce dont ils ont besoin, ils regardent le prix au kilo, ils utilisent les bons de réduction.

À la maison, ils nous disent de bien éteindre la lumière, de ne pas trop gaspiller l’eau. Le chauffage, c’est une cheminée donc il faut juste ranger le bois. Pour nous habiller, des fois on récupère des habits de copains plus grands. On donne aussi nos habits trop petits à nos cousins ou bien on les mets dans les bennes pour les habits. Avec mes parents, on essaye d’acheter les vêtements un peu plus grands pour qu’ils durent plus longtemps.

On évite d’acheter de la marque

Une fois par mois, on va dans un fast-food où c’est pas trop cher. Pour les vacances, on va dans le Sud à Salon-de-Provence dans la maison de mes cousins. Ils nous prêtent deux chambres et comme ça on partage juste les courses. Ça nous coûte pas le prix d’un mobile-home. Nos parents économisent aussi pour nous faire des cadeaux pour Noël ou à nos anniversaires. Pour mon Noël, j’ai eu un vélo. Pas neuf, d’occasion, mais il est comme neuf. J’ai eu aussi des habits et un peu d’argent pour faire les soldes.

Chez Apuniya, seul son père travaille. À le voir s’épuiser, il a pris conscience que c’était à son tour d’aider financièrement sa famille.

Pour les courses de rentrée, on évite d’acheter de la marque. Je fais du foot en club et donc l’équipement qui me coûte le plus cher, c’est les chaussures. On achète les chaussures sur un site qui s’appelle « Vinted », ce qui nous permet de faire des économies.

Je me sens ni riche ni pauvre mais je vois les inégalités. Mes parents aussi les voient. Comme moi, ils soutenaient les Gilets jaunes, mais sans aller manifester.

 

Donovan, 14 ans, collégien, Bouzel

Crédit photo Unsplash // CC Julia Coimbra

TAGS :

1 réaction

  1. C’est intéressant et très touchant. Je voudrais bien recevoir vos notifications