Blandine

Blandine5 mars 2019

Jeune vendéenne de 22 ans passionnée de nature et d'arts.

Faire mes études à Paris, j’en reviens…

J'ai quitté la Vendée pour Paris. Études obligent. Je me suis vite rendu compte que la vie dans la capitale n'était pas faite pour moi.

Par Blandine5 mars 2019

À 18 ans, j’ai quitté la Vendée pour débuter mes études supérieures. J’ai été acceptée en école d’architecture à Paris et tous mes repères ont été bouleversés.

J’ai grandi en Vendée, en bordure de forêt et à cinq minutes à pied de la mer. Mon enfance se résumait à jouer avec ma petite sœur dans notre jardin. On y grimpait dans les arbres. Avec mes parents, on passait beaucoup de temps à se promener en forêt et à la plage. Après l’école, quand ce n’était pas notre voisine qui venait nous chercher, ma mère nous emmenait prendre notre goûter sur la plage. On y retrouvait toujours des camarades de classe et parfois même la maîtresse. En grandissant, j’ai commencé à y aller avec mes amis. C’était toujours notre point de rencontre. Au lycée, j’y allais tous les soirs toute seule. Ça me vidait la tête de mes soucis et du stress du bac.

Toute ma famille habitait à côté. On se voyait donc souvent. Pour les anniversaires et les fêtes, on organisait de grands repas et, pendant les vacances, on passait nos journées, ma sœur et moi, chez nos grands-parents.

Beaucoup de mépris, des élèves et des profs

En arrivant dans cette école d’archi parisienne, j’étais seule, je ne connaissais personne. Je n’ai pas aimé, car il y avait trop de monde. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui étaient obsédées par leurs études, quitte à oublier le reste de leur vie. On est tout de suite passés à l’excellence et on nous a fait comprendre qu’il fallait être très ambitieux et toujours être les meilleurs.

De mon côté, je ressentais beaucoup de mépris, autant des élèves que des profs. Car je venais de la « province » et, pire encore, de la campagne. À chaque fois que je leur disais que j’allais rentrer, je me prenais des piques du style : « Mais pourquoi tu veux toujours y retourner ? C’est une rue là-bas. » On me méprisait parce que mes parents n’avaient pas de métiers prestigieux et que je n’avais pas vu les dernières expos !

Capucine a grandi dans un village de 3 000 habitants. Étudiante à Paris, elle a joué au jeu des différences entre sa vie dans une grande ville et à la campagne. Pour casser les préjugés ! « Oh les Parisiens, je vais vous expliquer la vraie campagne ! »

Et puis, j’ai vite découvert qu’au quotidien, à Paris, il y a peu d’entraide. Je me souviens d’un homme en fauteuil roulant qui avait du mal à sortir du tram. Personne n’est venu l’aider. Les gens regardaient leurs pieds pour ne pas le voir et se faufilaient pour sortir au plus vite. Dans les transports, le but est d’être le plus rapide et d’avoir une place assise, même s’il faut courir et pousser les autres. J’ai emprunté la ligne 13 quotidiennement pendant plus d’un an  : une bousculade finit très vite en dispute où tout le monde se met à crier. Il y a beaucoup de gens irrespectueux qui ne veulent pas être à côté d’un SDF dans les transports et qui se bouchent le nez.

Paris, pas le bon choix, mais bon pour me connaître

Aujourd’hui, je souhaite partir au plus vite. J’ai eu ma licence l’année dernière et, cette année, je suis en année de césure, en service civique. L’année prochaine, je vais reprendre mes études en faisant mon master d’archi. Après, on verra. Les valeurs les plus importantes pour moi sont la famille, la solidarité, la nature et la bienveillance. Je me suis aussi rendu compte que je ne suis pas du tout carriériste. Ce choix d’aller à Paris n’était finalement pas très bon. Mais il m’a quand même permis de mieux me connaître. 

 

Blandine, 22 ans, volontaire en service civique, Colombes

Crédit photo Unsplash // CC Gijs Coolen

TAGS :

5 réactions

  1. Excellent article! Beaucoup de jeunes de province sont assez déroutés par l’ambiance parisienne quand ils viennent y étudier. J’aimerais bien savoir si ce constat est valable pour d’autres grandes métropoles françaises.

  2. intéressant.. c’est aussi le constat par beaucoup de franciliens vis-à-vis des parisiens. et même en venant d’une ville de la très grande couronne, on peut également avoir ce ressenti. Heureusement ce constat généralisé à ses exceptions.

  3. Je suis une “vraie” parisienne et je me sens un peu obligée de défendre ma ville…
    Paris est critiquée par tout le monde en France, la banlieue et la province. Alors que la majorité des Parisiens sont issus précisément de… la banlieue ou de la province.
    Je suis née et j’ai grandi à Paris. Et je n’ai jamais méprisé quiconque qui vient d’ailleurs, bien au contraire. Et c’est pareil pour mon entourage de “vrais” parisiens. Finalement, les plus prompts à mépriser ou à snober sont ceux qui n’ont pas grandi à Paris. Menez votre propre enquête…

    Paris est une ville internationale qui a beaucoup d’atouts : on croise des gens de tous horizons, on fait à peu près ce qu’on veut sans être jugé, on est “anonyme”. Les vrais problèmes, à mon sens, sont la vie chère et le manque d’espace, de verdure. Pour le reste, il faut vraiment profiter de l’énergie de Paris, de son offre culturelle, de ses gens divers et riches en tous genre, ou au moins de sa beauté en vous baladant dans ses quartiers !

    J’ai eu l’opportunité de vivre en province pendant un an. Et bien que j’ai adoré profiter de la nature et de l’espace, j’ai été très déçue par les gens… je les ai trouvés, pour beaucoup, étroits d’esprit, toujours prêts à faire
    des blagues racistes et homophobes, jaloux… J’ai su au boulot qu’on me surnommait “la parisienne”, que mes choix vestimentaires faisaient jaser… je n’y ai jamais prêté attention (réflexe de parisienne sans doute, on se moque des qu’en dira t’on ;)) mais ça m’a déçue car j’ai eu une certaine confirmation des clichés de la province.
    Cela étant, pour moi la vie est quand même plus douce en province tant qu’on a trouvé les bonnes personnes. C’est pour ça que je compte m’y installer dès que je peux.

    À tous ceux qui ont un bout de chemin à faire à Paris : sortez de votre cocon, ne vous limitez pas à votre entourage de fac ou de bureau. Vous rencontrerez des gens supers, loin des clichés des Parisiens snobs et méprisants 😉

  4. Très bien résumé chère Parisienne normale 😉

  5. Si ça peut rassurer les parisiens cela n’arrive pas qu’à Paris. Je suis Auvergnate et je suis venue faire mes études il y a cinq ans à Lyon dans un BTS Design Graphique où j’ai également fait face à ce mépris au seins de mon BTS tout au long de l’année. Le coup de grâce a été lorsque, pas à l’aise dans ce milieu et cette ambiance, j’ai annoncé à mes professeurs que je ne continuerai pas en deuxième année. Un professeur m’a alors répondu que c’était “marrant que ce soit toujours les plus pauvres qui partent en premier”.