Avatar

Carine10 mai 2019

Je suis en formation à l’EDC de Paris pour devenir hôtesse d’accueil.

Sept ans sans ma mère, c’était trop long

Entre 13 et 20 ans, j'ai vécu au Bénin sans ma mère partie en France. Je l'ai rejoint à Paris, mais la séparation a été douloureuse.

Par Carine10 mai 2019

Il y a sept ans, je vivais en Afrique, au Bénin, avec ma mère. Malheureusement, elle est partie en voyage pour l’Europe, précisément à Paris. Et cela n’était pas facile pour moi car je l’aimais et je ne voulais pas du tout me séparer d’elle. J’avais 13 ans.

Une fois arrivée au pays de destination, elle m’a appelée en disant qu’elle était en France. Mais je n’étais pas contente de son départ parce qu’elle me manquait. Elle était partie pour rejoindre mon père et aussi pour travailler et améliorer nos conditions de vie. Elle a trouvé du travail dans une crèche.

Dès son départ, je suis allée vivre chez ma tante où il y avait mes cousins et cousines. Chaque fois ils disaient « maman », alors que je n’avais pas ma mère auprès de moi. J’étais heureuse chez ma tante mais quand j’entendais le mot  « maman », je m’énervais. Le temps passait et je grandissais, j’évoluais dans mes études. Presque tous les jours, ma maman m’appelait au téléphone. Elle me demandait comment j’allais, elle me disait que je lui manquais moi aussi.

Elle est revenue, c’était pour me chercher

Quatre ans plus tard, ma mère est revenue au Bénin. Lorsque je l’ai vue, c’était comme si j’avais gagné au Loto. Elle avait les mêmes sentiments que moi. Elle m’avait ramené plein de choses, des habits, des chaussures, un téléphone et je me sentais bien. Le plus beau cadeau, c’était elle. Elle est restée deux semaines. Elle est repartie et m’a promis qu’elle allait revenir dans un an. Au bout d’un an, je l’ai pas vue donc je l’ai appelée pour lui demander pourquoi elle n’avait pas pu venir. Elle m’a dit que c’était à cause du travail. J’étais mécontente, mais j’avais confiance en elle car elle n’avait pas l’habitude de mentir. Elle est revenue trois ans plus tard, cette fois c’était pour venir me chercher. Tant d’année étaient passées déjà !

Le mardi 8 octobre 2018, j’ai pris l’avion avec ma mère. Il y avait aussi mes frères et mes sœurs qui vivaient déjà avec ma mère. J’avais peur quand j’étais en l’air car c’était la première fois que je prenais l’avion. En arrivant en France, ma mère nous a emmenés manger au McDo, je me suis promenée avec ma famille à Paris. Je suis contente d’être à nouveau avec ma famille.

C’est après 19 ans de séparation qu’Arminder a pu retrouver son père en France. Victime en Inde de la répression contre les Sikhs, il a dû fuir le pays quand elle était encore bébé.

Maintenant, je suis très heureuse car j’aime ma famille. J’aime bien Paris car toute ma famille s’y trouve. Même si j’ai passé toute mon adolescence sans ma mère, je comprends que c’était pour qu’aujourd’hui j’aie une meilleure vie. Mais je préférerais le Bénin s’il y avait toute ma famille là-bas. Je m’y sentirais toujours chez moi si j’y étais avec ma famille.

 

Carine, 20 ans, stagiaire à l’E2C, Paris

Crédit photo Unsplash // CC Eye for Ebony

TAGS :