• Elodie G. - 13 décembre 2018

    Un copain musulman ? Élodie s’en fichait bien ! Jusqu’à ce que la mère de son amoureux lui parle religion, conversion et mariage. Ils n’avaient que 16 ans.

    Elodie G. - 13 décembre 2018

    J’ai dû quitter mon copain à cause de sa religion

    Un copain musulman ? Élodie s’en fichait bien ! Jusqu’à ce que la mère de son amoureux lui parle religion, conversion et mariage. Ils n’avaient que 16 ans.

  • Deborah P. - 12 décembre 2018

    Deborah a passé un an à l’hôpital. Là-bas, elle a rencontré des amies, qui sont devenues sa famille.

    Deborah P. - 12 décembre 2018

    À l’hosto pour ados, des amies pour la vie

    Deborah a passé un an à l’hôpital. Là-bas, elle a rencontré des amies, qui sont devenues sa famille.

  • Noâm K. - 11 décembre 2018

    Banlieusard venant d’une ville populaire, Noâm a vécu son passage dans une classe prépa parisienne comme un décalage douloureux, mais aussi un moment d’ouverture essentiel.

    Noâm K. - 11 décembre 2018

    Un banlieusard dans une prépa parisienne

    Banlieusard venant d’une ville populaire, Noâm a vécu son passage dans une classe prépa parisienne comme un décalage douloureux, mais aussi un moment d’ouverture essentiel.

  • Tom - 10 décembre 2018

    Tom est timide. Pas de cure magique pour lutter contre ça ! Pourtant, petit à petit, avec l’aide de ses amis, il réussit à dépasser sa timidité.

    Tom - 10 décembre 2018

    Comment j’essaie de soigner ma timidité

    Tom est timide. Pas de cure magique pour lutter contre ça ! Pourtant, petit à petit, avec l’aide de ses amis, il réussit à dépasser sa timidité.

  • Thomas - 9 décembre 2018

    Thomas avait 10 ans quand le juge lui a demandé de choisir entre continuer à vivre avec son oncle et sa tante ou retourner habiter chez son père… Un choix très difficile.

    Thomas - 9 décembre 2018

    Ma famille s’est déchirée pour avoir ma garde

    Thomas avait 10 ans quand le juge lui a demandé de choisir entre continuer à vivre avec son oncle et sa tante ou retourner habiter chez son père… Un choix très difficile.

  • Cassandra - 8 décembre 2018

    Cassandra est malvoyante. Ne voulant pas être stigmatisée, elle a longtemps refusé de se laisser aider, en classe, par un AVS (Assistant de Vie Scolaire). L’une d’entre eux a finalement réussi à lui faire prendre conscience de l’aide et du réconfort que ces professionnels pouvaient lui apporter.

    Cassandra - 8 décembre 2018

    Malvoyante, j’ai mis du temps avant d’accepter d’être aidée

    Cassandra est malvoyante. Ne voulant pas être stigmatisée, elle a longtemps refusé de se laisser aider, en classe, par un AVS (Assistant de Vie Scolaire). L’une d’entre eux a finalement réussi à lui faire prendre conscience de l’aide et du réconfort que ces professionnels pouvaient lui apporter.

  • Louisa - 7 décembre 2018

    Au collège, Louisa a souffert de toutes sortes de moqueries sur sa religion musulmane. De quoi la faire vaciller, puis, quelques années plus tard, de conforter ses convictions.

    Louisa - 7 décembre 2018

    Trop musulmane ou pas assez ?

    Au collège, Louisa a souffert de toutes sortes de moqueries sur sa religion musulmane. De quoi la faire vaciller, puis, quelques années plus tard, de conforter ses convictions.

  • Marie-Ange S. - 6 décembre 2018

    Noire, venant du Val d’Oise et arrivée en classe prépa dans le 16e arrondissement de Paris, Marie-Ange a été confrontée à la puissance des clichés. Elle n’a rien lâché. Et c’est sa fierté !

    Marie-Ange S. - 6 décembre 2018

    Classe prépa : je suis une racaille d’élite

    Noire, venant du Val d’Oise et arrivée en classe prépa dans le 16e arrondissement de Paris, Marie-Ange a été confrontée à la puissance des clichés. Elle n’a rien lâché. Et c’est sa fierté !

  • Yasmine M. - 4 décembre 2018

    Depuis sa banlieue parisienne, Yasmine observe de loin l’effervescence des gilets jaunes. Elle comprend leurs souffrances mais rejette certaines de leurs idées, surtout quand elle entend ce qui se dit sur « les banlieusards ».

    Yasmine M. - 4 décembre 2018

    Banlieusarde, je ne suis pas gilet jaune

    Depuis sa banlieue parisienne, Yasmine observe de loin l’effervescence des gilets jaunes. Elle comprend leurs souffrances mais rejette certaines de leurs idées, surtout quand elle entend ce qui se dit sur « les banlieusards ».