Etudiant-salarié : le non-choix de la galère

illustration ZEP
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Le quotidien de l’étudiant salarié est un combat de tous les instants. Entre sentiment d’injustice, fatigue, frustration et travail constant, la jonglerie imposée par une vie d’étudiant salarié est une bataille menée contre soi et les heures limitées que contient une journée.

Devoirs vs heures sup’

J’ai aujourd’hui 26 ans et suis étudiante inscrite en Master 1 (seulement !). Le bonheur que j’ai ressenti en tenant entre mes mains mon diplôme de Licence n’a eu d’égal que la douleur du long parcours qui m’y a mené.

Après une année de classe préparatoire qui sans être brillante n’a pas été un fiasco, je me suis dirigée vers une Licence de lettres modernes appliquées à l’université Paris-Sorbonne. La vie à Paris étant ce qu’elle est, avec son lot de complications immobilières et de sorties couteuses, j’ai commencé à travailler à mi-temps dans un restaurant qui me laissait l’opportunité d’assister à certains cours et de garder une aide financière faible mais bienvenue. Sauf que la fatigue voire l’épuisement dû aux longues heures travaillées m’empêchaient bien souvent d’assister à tous les cours de ma licence, spécialement lorsqu’ils étaient programmés à 8h du matin.

La restauration est également un milieu qui a ceci de particulier que les heures supplémentaires sont une constante et que les week-end que j’aurais dû consacrer à mes devoirs étaient les périodes les plus prenantes.

Pas une minute pour soi

Après une année de L2 intense, mon quota d’heures  travaillées a eu pour conséquence ubuesque la suppression des aides auxquelles j’avais auparavant droit, sauf APL. En résumé : peu de moyens, peu d’aides, plus d’heures travaillées donc moins d’aides.

J’ai pris la décision de travailler à plein-temps afin de conserver mon appartement. Je ne parle même pas des sorties ou heures disponibles, qui se sont réduites à portion congrue puisque je n’avais ni le temps ni l’opportunité de consacrer une minute à autre chose que le sommeil ou le travail.

Bien sûr, la satisfaction de l’indépendance financière et de savoir pouvoir d’assumer quels que soient les problèmes était bien la seule chose qui me permettait de tenir le cap. L’isolement social, en revanche, qui en découlait était plus que difficile à vivre.

Comment créer des relations avec des camarades de cours lorsque les seuls cours auxquels je pouvais assister se résumaient à un ou deux par semaine ? Comment expliquer à mes amis de toujours que je n’avais pas le temps physique de les voir, malgré l’envie ? Comment justifier auprès d’enseignants parfois assez hermétiques que je n’avais accès à aucun des cours qu’ils donnaient puisque je n’avais pas les contacts nécessaires ?

Au maximum nulle part

Le temps, c’est bien le problème du salariat étudiant. Et ce qui devrait s’apparenter à des vacances est bien souvent un temps durant lequel l’employeur vous demande « puisque vous êtes disponible » de vous plier en quatre afin de ne pas perdre un emploi qui – vous le savez et il le sait – vous permet de vivre, tout simplement.

Le sentiment le plus compliqué à gérer, lorsque vous tombez dans la spirale du salariat étudiant, est bien la frustration. Frustration car vous savez bien que vous n’êtes au maximum de vos capacités ni dans votre travail ni dans vos études, et encore moins dans votre vie sociale.

Tout est question de choix, me direz vous. C’est vrai. Mais quel choix ? Le choix, je l’ai fait en démissionnant de mon emploi afin de réussir enfin les examens de ma troisième L3. Choix qui m’a conduit à contracter un prêt étudiant sans lequel je n’aurais eut ni le temps ni les moyens d’étudier. Six ans après, je ne regrette pas ce choix malgré le remboursement toujours en cours de ce prêt qui n’aurait jamais dû, dans un monde parfait, apparaître comme la seule option à la réussite de mes études.

Douze emplois en dix ans

Après cinq ans de galère et l’obtention de mon diplôme, après deux ans de vie à l’étranger, j’ai pris la décision de poursuivre ce parcours chaotique en Master, toujours salariée. Aujourd’hui, je démissionne à nouveau de ce qui est mon douzième emploi en dix ans, pour les mêmes raisons qui depuis toujours me poussent à m’accrocher à cette vie épuisante, et m’empêchent de profiter de mes études et de ma vie en général : me consacrer à mes études à plein temps.

J’ai tout de même eu la chance de gravir les échelons dans ma « vie professionnelle » parallèle, ce qui me permet aujourd’hui de pouvoir travailler sur des projets moins prenants. Mais si je parle de vie professionnelle parallèle, c’est aussi parce que la restauration n’est pas le milieu dans lequel je me voyais faire carrière, ou même travailler.

Le problème du salariat étudiant est qu’il est souvent un choix par défaut, et que les compétences acquises, bien que transversales et remobilisables, ne sont pas les compétences premières que quiconque souhaiterait acquérir en s’inscrivant à l’université.

Le sentiment de frustration, je disais… on a toujours le choix, oui. Sauf lorsque les aides financières ne sont pas à la hauteur des dépenses courantes. Sauf lorsque le choix est celui d’un frigo vide ou d’un cinéma. Sauf lorsque la responsabilité qui découle de mener sa vie seul et isolé n’aboutit qu’à une seule conclusion : être étudiant-salarié, ce ni le choix des études, ni celui du travail, c’est le non-choix de la galère et de la précarité.

 

Marie-Marine, 26 ans, étudiante, Paris

Crédit photo Charlotte Christiaën

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
1 RÉACTION
  • Andy
    Andy 31 mars 2016

    Bonjour Mairie-Marine,
    Ton article m’a enlevé un peu de ma douleur en ce qu’il a parfaitement exprimé ce que je ressens depuis 2 ans.
    Ce sentiment de schizophrénie, bloqué entre deux univers, et de choses inabouties, je le ressens jusqu’à l’os, moi aussi.
    Je suis en L3 en Droit, et j’ai mal au coeur quand je vois que mes camarades réussissent et pas moi, parce que moi, contrairement à eux, je n’ai pas le temps de bien réviser.
    Ce n’est là qu’un seul exemple de ce que je peux ressentir…
    Je tiens à te féliciter pour ton courage et ta persévérance, parce que beaucoup auraient lâché il y a bien longtemps!

RÉAGIS