Découvrir le monde à travers un bout de carton

carte postale ok
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Le voyage est devenu une chose très commune dans notre société, alors qu’auparavant, ceux qui traversaient l’océan étaient vus comme de véritables aventuriers.

Mes rêves de grande voyageuse

Pourtant, il faut être réaliste, voyager coûte cher, et tout le monde ne peut pas se le permettre. Cela, pour des raisons que je ne détaillerai pas, mais qu’on peut lier à ce que l’on appelle en sociologie « le capital mobilité » (allez voir ce que c’est, si si, c’est intéressant).

Quand j’étais encore au lycée, en internat, mes rêves de grande voyageuse emplissaient mes nuits et mes pensées. J’ai alors vécu une expérience incroyable : le postcrossing. Un site internet a été créé afin de permettre aux gens de communiquer à travers le monde entier, grâce à un moyen qui s’oublie de plus en plus : la Poste.

Voyager à travers le regard d’un autre

Le principe est simple, on envoie une carte postale à l’adresse qui nous est préalablement parvenue par mail. Une fois que la personne qui a reçu notre carte la valide, en rentrant sur internet le code indiqué, une autre personne, n’importe qui dans le monde, de n’importe quel pays, de n’importe quel âge, origine, classe sociale, genre, nous envoie une carte en retour. Cela peut sembler simple, banal, mais je vous assure que le plaisir d’ouvrir sa boîte aux lettres et de découvrir cette carte, qui peut venir de n’importe où, est plus qu’exaltant.

Cela permet de s’ouvrir, à travers un morceau de carton, sur le monde, de découvrir des endroits, des villes, des traditions, des spécialités, des monuments, des histoires, dont on n’aurait même pas eu l’idée de l’existence en temps normal.

Voyager à travers les cartes postales, c’est voyager à travers le regard d’un autre, tout en restant chez soi. Et ainsi, peut-être même, tisser des liens avec la personne avec qui on a effectué cet échange. Tisser des liens qui permettront, par la suite, de créer une relation sur la durée.

Un tout petit rectangle en carton

Je voudrais raconter l’histoire d’une carte postale en particulier, que j’ai reçue un jour d’un petit garçon qui venait d’Ouganda. Il m’avait écrit au crayon noir, en tout petit, c’était à peine lisible à vrai dire et il m’a fallu un temps pour décrypter son anglais très moyen. Dans ce tout petit rectangle de carton, expédié à mon adresse, il m’expliquait qu’il envoyait une carte postale chaque mois, avec le peu d’argent qu’il recevait, pour pouvoir lui aussi, voyager, à sa manière, et découvrir le monde. Mais aussi recevoir des cartes de pays dont il n’avait parfois jamais entendu parler.

Cette carte m’a fortement émue et même si je n’ai pas tenu cette idée, j’avais pensé lui envoyer une carte de chaque pays, lieu, que je visitais, pour lui faire découvrir le monde à mes côtés. Ce garçon avait trouvé le moyen de laisser sa trace un peu partout dans le monde, de montrer qu’il existait, alors que ses conditions socio-économiques ne lui auraient a priori jamais permis cela.

Quelques mots en anglais, en libanais, en laotien…

Aujourd’hui, j’ai un carton rempli de centaines et de centaines de cartes postales, du monde entier. Une boîte remplie de petits morceaux de carton sur lesquels on a griffonné quelques mots en français, en anglais, en allemand, en libanais, en espagnol, en laotien, en russe, en hébreux, en arabe ou encore dans un dialecte autrichien, pour dire « bonjour ».

Des petits morceaux de carton qui symbolisent des morceaux de vie de personnes venant de partout dans le monde, et qui, pendant un instant, quelques minutes, ont pensé à ce qu’ils pouvaient me dire, à ce qu’ils pouvaient m’apporter. Je voudrais remercier ces gens, et vous encourager à prendre part à ce grand mouvement qui rassemble les gens, même pour un court instant.

 

Mélissa, 23 ans, étudiante en histoire et philosophie, Montpellier

Crédit photo Pixabay

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
TAGS :
2 RÉACTIONS
  • lightdys 3 mars 2016

    Wahou, c’est super comme principe, je ne connaissais pas du tout !! Merci !

  • AHV 16 mars 2016

    Déjà, je voulais revenir sur le début de ton article. Je suis étudiante, j’ai pas beaucoup d’argent et pourtant j’ai déjà pas mal de voyages à mon actif. Sur l’aspect financier, tout dépend de la manière de voyager… Connais-tu le couchsurfing par exemple ? Je t’invite à vivre l’expérience ! Personnellement, comme beaucoup d’étudiants je dois travailler à côté de mes études. Et pourtant, j’arrive tant bien que mal à économiser pour me payer un billet d’avion une fois par an qui représente toujours la dépense la plus importante dans mes voyages (et pourtant en général je pars plusieurs semaines!). J’avoue, je ne mange que des pâtes toute l’année mais je m’en fout, c’est mon choix et ça vaut le coup ! Le capital « mobilité » s’enrichit aussi au fur à mesure des voyages !
    Ensuite, je te remercie pour ton très bel article ! Tu m’as fait découvrir un site vraiment sympa qui mériterait d’être plus connu car le concept est génial ! Je viens de m’inscrire et j’attends de recevoir ma première carte ! Merci 🙂

RÉAGIS